Le contenu

Author Archives: Nicolas Mattuzzi

Extraordinaire ! Adam Ondra vient de libérer le premier 9c du monde !

03 Sep

La nouvelle vient de tomber ! Adam Ondra est enfin venu à bout de « Project Hard », la voie qu’il travaille depuis 2012. Si le tchèque confirme la cotation, cette voie deviendrait le premier 9c du monde ! Et à chaud, Adam s’est empressé de d’annoncer que pour lui, cette voie est clairement bien plus difficile que tous les 9b+ qu’il ait pu faire… et il est quasiment persuadé qu’il s’agit bien du premier 9c du monde !

Tout commença en 2012 pour Adam, qui pensait la ligne impossible à l’époque. Notamment le crux, un 8C bloc des plus extrêmes, où il faut se retourner complètement, caler sa contrepointe dans une petite fissure, puis pivoter autour de son genou pour attraper la prochaine prise.

Mais petit à petit, au fil des années, trips, et séances dans la voie, le champion du monde progressait. Cet été, il parvenait à faire des progrès considérables, sans toutefois réussir à tout enchaîner.

Directement reparti à Flatanger après la Coupe du Monde d’Arco, Adam se sentait bien en forme. Hier, il annonçait être tout près de l’enchaînement, ayant réalisé l’un de ses plus beaux runs en cinq ans de travail.

Cet après-midi, Adam est parvenu à accomplir l’impossible: enchaîner le premier 9c du monde !

  • Plus d’infos très vite !

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Championnats du Monde jeunes: retour sur les demi-finales minimes et les finales juniors !

03 Sep

Les Championnats du Monde jeunes à innsbruck battent leur plein ! Hier se tenaient les phases finales des juniors en bloc, ainsi que les demi-finales minimes. Récap de cette journée haute en intensité !

Juniors

Lors des demi-finales qui se tenaient dans la journée, seul un français parvenait à prendre son ticket pour les finales. Avec 4 blocs en 8 essais, Léo Avezou prenait la 4ème place et serait donc le seul tricolore à jouer les finales – Hugo Parmentier et Kilian Chabrier terminant respectivement 10ème et 20ème.

En finale, il n’est donc pas surprenant de voir les deux japonais prendre les deux premières places quand on sait que le Japon est la nation qui explose en ce moment. Ces deux premiers grimpeurs ne vous sont sans doute pas inconnus: tous deux se sont illustrés sur le circuit senior cette année. Avantage donc à Yoshiyuki Ogata, qui empoche 3 blocs en 7 essais, remportant le titre de Champion du Monde, devant son compatriote Meichi Narasaki (3 blocs en 9 essais).

C’est plus compliqué pour Léo Avezou, qui ne parvient pas à s’exprimer sur ce circuit de finale. Il termine 7ème.

Chez les femmes, ce sont les américaines qui font le show. Des finales particulièrement difficiles, où la victoire se jouera en deux blocs. Claire Buhrfeind tire son épingle du jeu, empochant les deux derniers blocs en trois essais. Elle monte ainsi sur la première marche du podium, devançant une autre américaine, Maya Madere, qui comptabilise 2 blocs en 9 essais.

L’allemande Johanna Holfeld vient compléter ce podium avec un bloc à vue.

Les résultats des finales:

Minimes

La compétition se poursuit pour les minimes. Tout avait commencé jeudi matin, avec les qualifications. Hier, les plus jeunes de la compétition entamaient leur circuit de demi-finale.

Du côté des français, seul Joshua Fourteau portera le maillot tricolore en finale tout à l’heure. En enchaînant 3 blocs à vue, il prend la 5ème place de ces demi-finales. Il manquait un bloc à Paul Jenft et Ilian Cherif pour renter en finale. Ils terminent respectivement 10ème et 12ème.

Chez les filles, pas de française en finale, malgré nos trois tricolores engagées. Naile Meignan termine 8ème avec 3 blocs en 5 essais, devant Solène Moreau, 10ème avec 3 blocs en 6 essais et Luce Douady 12ème avec 3 blocs en 10 essais.

Des demi-finales amplement dominées par le Japon, qui frappe fort de nouveau. Chez les garçons, les trois premiers des demi-finales sont japonais. De même chez les filles, où les deux premières places sont occupées par deux japonaises… La génération futur est largement assurée pour le Japon !

 

Voir l'article 1 Reply

Catégories :

  • # Univers compétition

Ashima Shiraishi et Filip Schenk, champions du Monde cadets de bloc !

02 Sep

Nous enfin connaissons les noms des premiers champions du Monde d’escalade jeunes 2017 !

Hier soir, dans une ambiance de finale de Coupe du Monde seniors, se déroulaient les finales cadets des Championnats du Monde.

Chez les filles, Ashima Shiraishi dominait la compétition depuis le début des qualifications. En demi-finale, l’américaine prenait de nouveau la première place. Hier soir, elle prend son temps, et assure chacun de ses mouvements dans les quatre blocs de finale. Elle parvient à tous les enchaîner, une performance qu’elle est la seule à réaliser.

Avec 4 blocs en 7 essais, elle remporte son 5ème titre de Championne du Monde d’affilé (elle remportait les épreuves de bloc et difficulté à Arco en 2015 et Guangzhou en 2016).

Le podium est complété par la russe Luiza Emeleva (3 blocs en 5 essais) et une autre américaine, Brooke Raboutou (3 blocs en 9 essais)

Chez les hommes, performance majestueuse de Philip Schenk. Le jeune italien réalise la plus belle des prestations possibles en finale: il vient à bout des quatre blocs à vue ! Une telle performance le propulse directement sur la première marche du podium.

Un podium complété par le japonais Keita Dohi, qui vient également à bout des 4 blocs, en 11 essais.

Enfin, c’est un autre japonais qui monte sur la troisième marche du podium, Mizuki Tajima (3 blocs en 5 essais).

Les résultats des finales:

Les podiums:

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Univers compétition

Ascendo, l’application de grimpe 3.0 pour grimper connecté !

01 Sep

Ascendo est l’application pionnière pour les salles d’escalade. Testée et éprouvée depuis 3 ans par des professionnels, ouvreurs et gestionnaires, l’application a démontré sa fiabilité pour répondre aux attentes des salles et s’adapter au monde du digital. Grimper connecté, voilà la nouvelle tendance !

Avec plus de 30 ans d’expérience dans les solutions pour les salles d’escalade, Entre-Prises souhaite apporter aux professionnels des services fiables et simples d’utilisation grâce à Ascendo.

Cette application a été la première à mettre en relation le grimpeur, l’ouvreur, et le gérant de salle. Une interaction inédite afin d’optimiser la progression et les attentes du grimpeur tout en améliorant la qualité d’ouverture et la diversité des voies d’escalade, tout en permettant une gestion adaptée, réactive, et créative de la salle.

Une interconnexion qui fait rentrer l’escalade indoor dans l’ère du numérique et le monde virtuel.

Comme les gestionnaires de salles et les ouvreurs, les grimpeurs ont accès à toutes les informations possibles depuis leur application Android ou IOS telles que leurs statistiques d’entrainement et peuvent adapter leur rythme en fonction de leurs objectifs personnels.

Ils ont également accès aux commentaires des autres grimpeurs sur les voies dans leur salle.
L’application est ainsi entièrement personnalisée tout en créant un véritable réseau dans le monde de l’escalade.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG

Les Championnats du Monde jeunes sont lancés ! Jour 1: résultats des qualifications cadets en bloc.

30 Août

1172 athlètes enregistrés au départ des Championnats du Monde jeunes à Innsbruck.
Si la Coupe du Monde de bloc seniors de Munich battait des records en terme de nombre de participants, les jeunes surenchérissent dix jours plus tard, en faisant des Championnats du Monde jeunes, la plus grosse compétition de tous les temps.

Pourquoi ?

Tout d’abord car c’est la ville d’Innsbruck, en Autriche, qui accueille cette compétition. Une ville imprégnée de la culture de l’escalade depuis des années et qui a l’habitude d’héberger des compétitions d’envergure chaque année. Coupe du Monde, Championnat d’Europe, Championnat du Monde… toutes les grosses compétitions sont passées par cette ville du Tyrol.

D’autant plus que cette année, le complexe d’escalade autrichien a fait peau neuve. Un immense mur de difficulté est sorti de terre ce printemps. Plus de 5700 m2  de mur à corde, intérieur et extérieur, et 1200 m2 de zone de bloc. Une structure artificielle monstrueuse, ayant coûté plus de 12 millions d’euros.

C’est clairement le plus beau mur du monde. En ayant intégré la difficulté, le bloc et la vitesse, c’est l’un des premiers complexes d’escalade à regrouper les trois disciplines. C’est d’ailleurs ici même que dans un an jour pour jour, se tiendront les Championnats du Monde seniors 2018.

Cette compétition bat également des records en terme de durée. Ce n’est pas sur un week-end que se dérouleront les Championnats du Monde jeunes. Ni même sur une semaine. Au total, c’est plus de 12 jours de compétition non-stop qui attendent les compétiteurs.

Et enfin, comme dit précédemment, ces Championnats du Monde rassemblent plus d’un millier de grimpeurs, venus de 50 pays différents. Les meilleurs grimpers de bloc, difficulté et vitesse, des minimes aux juniors, se disputeront le titre de Champion du Monde.

Résultats des qualifications cadets en bloc

Le ton étant donné, venons-en aux premiers résultats de ces Championnats du Monde. La compétition débutait aujourd’hui, avant même la cérémonie d’ouverture qui aura lieu ce soir, par les qualifications cadets en bloc. Pour vous donner une idée, les cadets garçons étaient plus de 132 aujourd’hui, les filles 94 !

Répartis en deux groupes de qualification, il fallait rentrer parmi les 10 meilleurs de son groupe pour prétendre participer aux demi-finales demain.

Ils étaient quatre français chez les garçons et deux chez les filles, engagés au départ des qualifications. Malheureusement, seul Nathan Martin concourra demain pour une place en finale. En enchaînant 3 blocs en 8 essais, il fait partie des quatre meilleurs grimpeurs de son groupe, parvenant à valider trois des quatre blocs du circuit.

Car le niveau était déjà très élevé aujourd’hui. Dans l’autre groupe, il suffisait d’enchaîner un bloc en trois essais pour pouvoir se qualifier en demi-finale. Même constat chez les cadettes.

Sam Avezou termine 23ème, à un petit essai de faire partie des 20 meilleurs. Léo Favot prend la 41ème place, devançant Mathieu Miguel, 55ème.

Les meilleurs aujourd’hui ? Le japonais Keita Dohi, qui sera le seul grimpeur à enchaîner deux blocs dans son groupe, et le suisse Filip Schenk, qui enchaîne 3 blocs en 4 essais dans le premier groupe.

Chez les filles, c’est Ashima Shiraishi qui prend la tête du classement. Pour vous donner une idée du niveau des blocs aujourd’hui, même elle n’a pas réussi à enchaîner tous les blocs de qualification. Elle bute dans le bloc 2, enchaînant les trois autres en 8 essais. Un bloc 2 qui restera d’ailleurs vierge de toute ascension… Excepté pour la jeune italienne Laura Rogora, qui l’enchaînera à vue, prenant la deuxième place des qualifications !

Dans l’autre groupe, c’est l’autrichienne Sandra Lettner qui prend les rênes, avec 3 blocs en 7 essais.

Avec 1 bloc en 4 essais, la française Lucile Saurel termine 31ème, devant Mailys Piazzalunga 51ème.

Le top 20:
Le programme complet:

Mercredi 30 Août

10:00-15:00     Qualifications bloc cadets
20:00                Cérémonie d’ouverture

Jeudi 31 Août

10:00-14:00     Qualifications bloc minimes
19:00-21:15      Demi-finale bloc cadets

Vendredi 1er Septembre

10:00-14:00     Qualifications bloc juniors
20:00-21:40     Finales bloc cadets

Samedi 2 Septembre

10:00-12:15     Demi-finales bloc juniors
14:30-16:45     Demi-finales bloc minimes
20:00-21:40     Finales bloc juniors

Dimanche 3 Septembre

13:00-15:30     Qualifications vitesse cadets
16:00-17:00     Finales vitesse cadets
18:00-19:40    Finales bloc minimes

Lundi 4 Septembre

10:00-12:30     Qualifications vitesse minimes
13:00-15:30    Qualifications vitesse juniors
17:00-19:00    Finales vitesse minimes et juniors

Mardi 5 Septembre

10:00               Qualifications difficulté cadets

Mercredi 6 Septembre

10:00               Qualifications difficulté minimes
15:00               Qualifications difficulté juniors

Jeudi 7 Septembre

12:00-14:45     Demi-finales difficulté minimes
15:00-17:45     Demi-finales difficulté juniors
20:00-21:00     Finales difficulté minimes

Vendredi 8 Septembre

12:00-14:45     Demi-finales difficulté cadets
19:00-20:00     Finales difficulté cadets
20:30-21:30     Finales difficulté juniors

Samedi 9 Septembre

09:00-09:30     Finales vitesse combiné minimes
10:15-13:45     Finales bloc combiné minimes
13:45-15:30     Finales difficulté combiné minimes
16:00-16:30     Finales vitesse combiné juniors
17:30-19:10     Finales bloc combiné juniors
20:15-21:45     Finales difficulté combiné juniors

Dimanche 10 Septembre

10:00-11:20     Finales vitesse combiné cadets
12:20-14:30     Finales bloc combiné cadets
15:30-17:30     Finales difficulté combiné cadets

Voir l'article 1 Reply

Catégories :

  • # Univers compétition

Préparation mentale: parler de manière positive

28 Août

Chaque année, les sportifs s’intéressent de plus en plus à la préparation mentale. Mais aussi les entraîneurs, les cadres, les élus, les parents… Parfois, c’est encore un peu confus, secret. On ne dit pas. On pense tout bas. On n’ose pas vraiment dire que. Cela dépend des caractères, des disciplines, des axes travaillés également. L’idée n’est pas de parler de tel ou tel « prep mental, mais bien de valoriser cette piste d’entraînement. Des routines de performances à la recherche de la réussite, de la fixation d’objectifs aux déclenchements d’états sur commande, des séances méthodiques aux pures évasions, il existe différentes méthodes, différents jeux, différents exercices, différentes approches. Le bon « prep mental » est celui avec qui vous avez envie d’avancer. En toute confiance. Avec un large sourire, intérieur ou pas.

Mais qui dit « intérêt pour la prep mentale » dit aussi « petites phrases qui montrent qu’on s’y connait un peu ». Alors, si on faisait un point sur tout ça ?

Parler de manière positive

C’est à la mode, on demande aux sportifs de fuir la négation. D’ailleurs, beaucoup de personnes ne disent pas « parler de manière positive » mais… « ne pas utiliser la négation ». Contradiction amusante, tendez l’oreille et vous sourirez. Le but de tout ça, c’est de rester positif justement, parce que le cerveau ne semble pas apprécier qu’on lui parle avec des négations.

Alors, on fuit les « je ne vais pas y arriver », « je ne réussirai pas », « je ne sais pas faire », et toutes les déclinaisons possibles.

Les études sont formelles, le cerveau est beaucoup efficace si on dit « je vais y arriver », « je sais faire ».

Allons un peu plus loin. Si on écoute aussi un peu ce qui se dit…on entend souvent que… « le cerveau ne comprend pas la négation ».

Le cerveau ne comprend pas la négation

« Ne saute pas dans la flaque d’eau ». Ou comment associer mentalement « flaque d’eau » et « sauter ». Comment déclencher les foudres corticales !

« Ne retiens pas ta jambe », « n’arrête pas ton geste ici »…

Alors, si notre cerveau ne comprend pas la négation, est-ce qu’il comprend plutôt le contraire ?

Dans ces cas, quelle importance accorder aux propos formulés positivement ? Peut-être que notre cortex comprend « je vais y arriver », au lieu de « je ne vais pas y arriver »… ? Et dans ce cas, c’est plutôt positif, n’est-ce pas ?

Fuir les émotions négatives

Pour bien faire, et c’est toujours le cas, les entraîneurs, les amis, les parents, demandent aux sportifs de ne pas ruminer (oui, parce que c’est toujours demandé en utilisant la négation !), de ne pas rester dans des émotions négatives. Parce que ça fait échouer.

Mais, honnêtement, que se passe-t-il dans votre tête quand vous avez eu peur, quand vous avez vécu une expérience de manière négative, et que, soudainement, la tempête se calme. Les émotions changent de cap. C’est mieux, non ? C’est intense. Le positif est encore plus beau, plus fort. On le perçoit ainsi, on le sent, on le vit.

Devons-nous vraiment fuir le négatif ?

Les souvenirs positifs

L’entraîneur veut toujours bien faire. Alors il tente des expériences mentales, parce qu’il sait que c’est important. Il cherche à mettre en condition un sportif, à lui rappeler des souvenirs. Parfois, lorsque c’est facile, il choisit lui-même ces images mentales positives. Parce qu’un entraîneur veut aller vite, parce qu’il n’a pas toujours le temps. Parce que c’est un métier multicasquettes. Trop souvent, surtout dans les petites fédérations.

Avant une compétition, pourquoi ne pas montrer la vidéo d’une compétition précédente, avec une jolie performance ?

Sauf qu’il ne manque pas un « petit truc » quand même, pour que cela fonctionne vraiment ?

  • La suite de l’article à lire ici !
Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • entraînement
  • Prépa mentale
  • Theme entrainement

Margo Hayes et Janja Garnbret, élues meilleures grimpeuses de l’année !

28 Août

Depuis 2006, les Arco rock Legends couronnent les grimpeurs les grimpeurs ayant marqué l’année. Vendredi soir, l’heure était venue de célébrer cette 12ème édition, et ainsi élire le meilleur falaisiste et compétiteur de l’année.

Pour rappel, ils étaient six nominés au total: Margo Hayes, Stefano Ghisolfi et Adam Ondra pour le Wild Country Award, récompensant le meilleur falaisiste de l’année, et Janja Garnbret, Shauna Coxsey et Domen Skofic, nominés pour le La Sportiva Compétition award, qui, comme son l’indique, couronne le grimpeur le plus performant en compétition.

Margo Hayes, pour le Wild Country Award !

Elle représente la jeunesse, la joie de vivre, la force et l’endurance. Quatre paramètres qu’elle a profit lorsqu’elle grimpe. Et puis Marg Hayes a réalisé cette année l’une des plus belles performances de l’histoire de l’escalade. En mars dernier, elle devenait la première grimpeuse à atteindre la cotation de 9a+, avec son enchaînement de « La Rambla » à Siurana en Espagne.

Ainsi, les treize juges des Arco Rock Legends ont décidé de lui attribué le trophée des Wild Country Award cette année.

Janja Garnbret, pour le La Sportiva Competition Award !

Janja Garnbret n’est plus à présenter. Vainqueur du classement général des Coupes du Monde de difficulté, championne du Monde à Paris en septembre, victorieuse sur de nombreuses étapes mondiale, aussi bonne compétitrice en difficulté qu’en bloc… Tout cela du haut de ses 18 ans seulement. Il n’y a pas de doute, la slovène compte déjà l’un des plus beau palmarès de tous les temps, après seulement deux saisons à l’international.

Elle est un exemple pour la nouvelle génération de grimpeurs qui travaillent en vue des Jeux Olympiques. Elle représente le futur de notre sport, toujours plus vite, plus haut, plus fort.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG

Coupe du Monde d’Arco: un scénario de finale que personne n’aurait soupçonné !

27 Août

Alex Megos qui ne fait que dix mouvements, Adam Ondra en difficulté, Janja Garnbret qui chute sur un mouvement dynamique, Anne-Sophie Koller qui se transcende… Ces finales n’étaient décidément pas comme nous l’avions imaginé.

Adam Putselnik, chef ouvreur de cette compétition, avait annoncé la couleur: les demi-finales avaient été très dures afin d’établir un vrai classement et ainsi prendre plus de risque sur les voies de finale.

Les principales difficultés que devaient gérer les finalistes ? La voie, certes, mais aussi la chaleur, étouffante à Arco. Le taux d’humidité dans l’air était extrêmement élevé en cette fin d’après-midi. L’autre facteur qui a fait trembler les grimpeurs ? Le chrono ! Le temps a été le pire ennemi des finalistes hier soir. Difficile de venir à bout d’une voie d’une cinquantaine de mouvements en seulement six minutes… Nous y reviendrons plus loin dans l’article, pour le moment intéressons aux belles performances de ces finales.

Jaïn Kim renoue avec la victoire !

Cela faisait près de deux ans que Jaïn Kim n’était plus montée sur la plus haute marche d’un podium international. Deux ans et treize Coupes du Monde plus tard, la coréenne est de nouveau décorée d’or. Une médaille amplement méritée pour elle, qui a été la plus impressionnante hier soir.

Elle négocie parfaitement la lignée de volumes qui composaient la voie de finale féminine. L’équilibre et la sensation sont de rigueur dans ce tracé.

Pourtant, dans la partie la plus délicate du mur, Jaïn Kim hésite: elle tente de shunter le crux mais se ravise. Elle opte pour la méthode prévue par les ouvreurs: envoyer la contrepointe sur le bord du mur, aller chercher cette épaule main gauche et engager le mouvement suivant. Là encore, deux options: tenter d’envoyer directement la main droite dans l’élan, ou bien, enlever en douceur sa contrepointe et gainer le ballant. La coréenne opte pour cette deuxième méthode, qui s’avère fonctionner pour elle !

Mais à ce moment, il ne reste plus que vingt secondes à Jaïn, qui n’est qu’aux deux tiers de la voie… Elle avance encore quelques mouvements, jusqu’à ce que le temps soit définitivement écoulé… Quelle frustration pour la coréenne, qui semble encore bien fraîche, mais qui est contrainte par les juges de stopper nette son ascension…

« Le temps est passé si vite dans cette voie de finale ! C’est dommage que je n’ai pas eu la chance d’aller jusqu’au sommet de cette voie. Je pense que j’aurais pu continuer encore beaucoup plus. »

Heureusement pour elle, aucune grimpeuse n’égalera sa prestation. Jaïn Kim monte ainsi sur la plus haute marche du podium.

Janja Garnbret, Anak Verhoeven, Ashima Shiraishi, Julia Chanourdie, piégées dans le crux.

Ce fameux crux ne s’est pas laissé dompter si facilement… Janja Garnbret, Julia Chanourdie et Ashima Shiraishi se font avoir au moment de lâcher la contrepointe et d’envoye la main droite dans l’élan. Retour au sol plus vite que prévu pour Ashima Shiraishi, qui est tout de même ravie de sa performance.

Julia Chanourdie a loupé de peu son premier podium en Coupe du Monde ! À l’aise dans tout le début de la voie, elle ne sait pas comment appréhender ce passage, qui lui sera fatal. Départagée avec Ashima et Janja sur les résultats des demi-finales, elle prend de nouveau la 4ème place de cette compétition, après avoir déjà été au pied du podium à Briançon. Mais la progression de la chambérienne se fait sentir cette année. Sur chaque compétition, elle joue à chaque fois pour la gagne, au milieu des meilleures mondiales.

Déception également pour celle qui gagnait tout depuis le début de la saison. Janja Garnbret n’ira pas chercher une quatrième médaille d’or d’affilée. La slovène ne parvient pas à tenir la prise et se fait emporter dans son élan. Elle termine tout de même sur la troisième marche du podium.

Anne-Sophie Koller ne lâche rien !

Elle ne monte pas sur la première marche du podium, mais pour elle, cette deuxième place est déjà une victoire ! La jeune suissesse de 21 ans a assuré le show hier. Le style de la voie semblait bien lui convenir, si bien qu’elle se retrouve dans le crux de la voie encore bien lucide.

Elle n’opte pas pour la méthode statique comme Jaïn, mais envoie la main droite dans l’élan. La suissesse se retrouve alors en plein ballant, pendue à une main sur la petite prise. Anne-Sophie recolle les pieds sur le mur et poursuit son ascension. Encore quelques mouvements et la suissesse se fait rattraper par la gravité.

L’année dernière à Arco, Anne-Sophie réalisait la meilleure performance de sa carrière. Cette étape italienne semble bien lui convenir, car cette année, elle améliore, en montant sur son premier podium international.

Première Coupe du Monde de l’année, première médaille pour Jakob Schubert !

« Je n’ai pas très bien grimpé, je ne me sens pas encore super fort en difficulté. Je pense que j’ai besoin d’un peu plus de temps encore. Cette voie m’a vraiment fatigué. Il n’y a pas de mouvement très difficile, je suis sûr que des gars vont monter bien plus haut que moi ! »

Ce sont les mots de Jakob Schubert, tout juste de retour au sol après son run de finale. L’autrichien se trompait amplement… Il ne s’attendait pas du tout à cette victoire hier. « Pour moi, le simple fait d’être en finale était déjà une victoire. »

Retour tonitruant pour Jakob, qui participait ce week-end à sa première Coupe du Monde de difficulté de l’année, après avoir participé à la saison entière de bloc.

L’autrichien sera le premier grimpeur à monter si haut dans la voie. Il dépasse la verticale limite fixée par les autres finalistes, avant de se faire lui aussi arrêter par le temps.

Une médaille d’or inespéré pour lui, qui n’avait pas gagné depuis 18 compétitions.

Adam Ondra VS Alex Megos: le duel n’aura pas eu lieu…

On attendait avec impatience le duel final entre les deux falaisistes Adam Ondra et Alex Megos, venus s’inviter à cette Coupe du Monde de difficulté.

Ex-aequo en qualification, c’est Alex Megos qui prenait haut la main la première place des demi-finales. Heureux d’être en finale, l’allemand n’aura malheureusement pas le temps d’en profiter…

Il chute dans les tous premiers mètres de la voie, sur un jeté qui aura déstabilisé plus d’un grimpeur. Pourtant pas loin en terme de distance, sur une prise très bonne, il faut néanmoins contourner l’arête du mur pour l’atteindre. Alex hésite un moment entre une méthode statique ou dynamique, et finit prématurément au sol, en ayant loupé son jeté. Dommage, nous n’aurons pas le temps d’admirer son potentiel dans cette voie de finale…

Pour Adam Ondra, ces finales furent difficiles à gérer. « Les conditions étaient les pires que je n’ai jamais connu sur une Coupe du Monde de difficulté. Il fait peut-être moins chaud que lors des demi-finales, mais le taux d’humidité est juste impressionnant. J’étais plutôt bien dans la voie, mais à l’endroit où je tombe, j’avais l’avant-bras complètement en sueur. Et comme il fallait tenir une prise vissée sur le côté d’un cratère dont l’extérieur est lisse, mon avant-bras glissait littéralement contre la prise. Au moment d’envoyer l’autre main, j’ai glissé du bras tout simplement… »

Tout est dit. Adam Ondra ne parviendra pas à aller chercher cette médaille d’or. Il prend tout de même la deuxième place de cette Coupe du Monde. Maintenant, retour à l’entraînement pour lui. Dans peu de temps, il sera de nouveau à Flatanger, pour peut-être enchaîner le premier 9c du monde.

Les autres finalistes ?

L’autrichien Max Rudigier, qui semblait déjà très en forme lors des demi-finales, confirme hier soir. Il rejoint son compatriote Jakob Schubert, et monte sur son premier podium de Coupe du Monde.

Notons également l’incroyable performance de Yoshiyuki Ouata. Le japonais, plutôt habitué aux podiums internationaux en bloc, participait ce week-end à la première Coupe du Monde de difficulté de sa carrière. Hé bien le nippon n’en espérait pas tant. Être en finale sur cet énorme mur était déjà grandiose pour lui. Mais alors terminer au pied du podium de cette étape mondiale était inespéré !

Du côté français, Thomas Joannes, qui avait été très solide en demi-finale, prend la 6ème place des finales après s’être bien battu dans la première partie de la voie.

La règle des six minutes continue de faire des ravages…

Jusqu’à cette année, les grimpeurs disposaient de huit minutes maximum pour atteindre le sommet de la voie de finale. Depuis le début de la saison, le règlement international a changé. Les finalistes n’ont plus droit à huit minutes, mais à six, soit un quart de temps en moins, pour des voies toujours aussi longues.

Un changement qui avait déjà fait couler beaucoup d’encre dès le début de la saison. Pourquoi mettre la pression aux grimpeurs de difficulté, qui doivent maintenant être plus concentrés sur le temps qu’il leur reste plutôt que sur les prochains mouvements de la voie ?

Non, depuis le début de la saison, les grimpeurs ne profitent plus des temps de repos pour regarder vers le haut les prochains mouvements. Maintenant, on les voit baisser la tête et chercher du regard le (peu) de temps qu’il leur reste.

Le spectacle n’est-il pas gâché quand on contraint Jaïn Kim, qui pouvait sûrement libérer la voie de finale, de descendre ?

Il y a des murs où cette règle des six minutes posent moins de problèmes. Mais sur des structures immenses comme Imst, ou Arco, les six minutes ne suffisent pas pour empiler les cinquante mouvements que compte la voie. N’est-il pas triste, qu’en pleine finale, en étant au beau milieu du mur, un grimpeur se dise que de toute façon il n’aura pas le temps d’atteindre le sommet de la voie, alors qu’il est encore bien physiquement…?

C’est à se demander si l’on cherche bien à récompenser le grimpeur le plus fort sur une Coupe du Monde de difficulté…

Les podiums:

Les résultats complets ci-dessous.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition
  • Coupes du monde
  • Difficulté

Adam Ondra et Julia Chanourdie remportent les mythiques Rock Master Duel à Arco !

27 Août

Hier soir, c’est Adam Ondra et Julia Chanourdie qui se sont imposés en finale des traditionnels Rock Master Duel ! Retour sur cette épreuve.

À vos marques. Prêt ? Partez !

Hier soir, au terme d’une journée très chargée en compétition, le festival d’Arco se clôturait par l’étape phare: Le Rock Master Duel.

Une compétition exclusive, dont la formule a été « inventée » ici à Arco, il y a quelques années, et qui est maintenant reprise à travers le monde. Les huit finalistes de la Coupe du Monde de difficulté étaient sélectionnés pour cette dernière épreuve, ainsi que deux invités supplémentaires, pour porter à dix hommes et dix femmes le nombre de compétiteurs.

La règle est simple: deux voies sont tracées en parallèle. Top départ ! Le premier grimpeur au sommet élimine son adversaire et poursuit la compétition. C’est de l’escalade de difficulté… en vitesse ! Ainsi, il faut un savant mélange de tactique, détermination, de contrôle et d’explosivité pour être le premier grimpeur au sommet du mur.

Adam Ondra triomphe chez les hommes !

Il était le maître des duels en 2015. Puis en 2016, il renouait de nouveau avec le succès. Cette année, Adam Ondra remporte une troisième victoire consécutive sur le Rock Master Duel.

Lors des phases éliminatoires, Stefano Ghisolfi, Marcello Bombardi, Jakob Schubert ou encore Adam Ondra sont les plus rapides.

En demi-finale, Jakob Schubert est opposé à l’italien Marcello Bombardi. L’autrichien, poussé à la faute, commet l’irréparable: il chute dans la première partie de la voie, laissant Marcello filer vers la victoire et se qualifier en finale.

En petite finale, Jakob Schubert remporte tout de même son duel, montant ainsi sur la troisième marche du podium.

Le duel final a donc opposé Adam Ondra à Marcello Bombardi. La technique et la rapidité d’Adam face à la puissance et le fait que l’italien était porté par son public.

Biiip. Le signal retentit, Adam part comme une fusée. Marcello essaye de suivre le rythme imposé par le tchèque, mais ne peut pas lutter. Dans ce run de finale, Adam Ondra passe sous la minute, achevant la voie en 58″53. Un record ! Avec plus de 9 secondes d’avance sur l’italien, le tchèque remporte la compétition.

Julia Chanourdie imbattable hier soir !

Chez les femmes, la liste de départ est assez impressionnante. Toutes les finalistes de la Coupe du Monde de difficulté ont renfilé le baudrier pour cette épreuve.

Si Anak Verhoeven, Julia Chanourdie, Janja Garnbret ou encore Molly Thompson-Smith passent les premiers tours éliminatoires sans encombre, tout se corse dans les phases finales.

Dans la course à la médaille de bronze, l’anglaise Molly Thompson-Smith est opposée à la belge Anak Verhoeven. Très rapide sur cette voie, avantage à Molly, qui accède en fin de voie. Elle monte sur la troisième marche du podium de cette édition 2017.

La grande finale opposait alors la tenante du titre, Janja Garnbret face à  Julia Chanourdie. Le ton est donné !
Et dans cet ultime run de finale, la slovène aura beaucoup de difficultés à suivre la française, qui file à toute vitesse vers le sommet dès le début de la voie.

En frappant le buzzer en seulement 1’09 », Julia Chanourdie remporte haut la main ce duel final, remportant pour la première fois le Rock Master Duel.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Univers compétition

Le KO Boulder Contest, une compétition unique en son genre remportée par Alex Puccio et Jongwon Chon !

27 Août

Un Rockmaster Festival sans une épreuve de bloc ? Ce n’est pas un Rockmaster. Alors pour cette 31ème édition, on ne change pas les bonnes habitudes. Hier, entre les demi-finales de la Coupe du Monde de difficulté et les finales, se déroulait le KO Boulder Contest, une compétition unique en son genre, made in Arco.

Pourtant, le principe est simple: quatre blocs, que l’on prend un par un, trois essais maximum, et sept compétiteurs. Celui qui réalise la moins bonne prestation au terme du premier bloc ne passe pas au deuxième et ainsi de suite… Une compétition qui se déroule sous forme d’éliminante donc, de quoi changer du règlement habituel, pour le plus grand plaisir des bloqueurs invités pour l’occasion.

Et ces grimpeurs, ce ne sont pas n’importe qui. Tous ont déjà brillé sur le circuit mondial, et font partie des meilleurs athlètes du monde.

Chez les hommes, la victoire finale revient au coréen Jongwon Chon. Mais la première place n’a pas été aussi facile à aller chercher pour le récent vainqueur du classement général des Coupes du Monde. En effet, à l’issue des quatre blocs, il se retrouve ex-aequo avec l’italien Gabriele Moroni.

Le jury décide alors d’envoyer ces deux grimpeurs dans un ultime bloc de super-finale, tout comme Janja Garnbret et Stasa Gejo l’avaient fait en finale des Championnats d’Europe de bloc le week-end dernier. Le coréen et l’italien sont donc renvoyés de nouveau dans le deuxième bloc, qui leur avait posé problème à tous les deux suite à un triple jeté des plus difficiles à maîtriser.

Cette fois-ci, c’est bien Jongwon Chon qui atteint le sommet, remportant ainsi l’édition 2017 du KO Boulder Contest.

La troisième place revient au russe Alexey Rubstov, qui dans son élan, loupait la prise sur le gros volume du dernier bloc.

Et le niveau était particulièrement élevé chez les hommes cette année. Ils ne montent pas sur le podium, mais n’ont pas démérité hier: Jan Hojer, Keita Watabe, Jernej Kruder et Michael Piccolruaz.

Chez les femmes, c’est Alex Puccio, qu’on ne présente plus, qui l’emporte cette année !

La grimpeuse américaine était simplement incroyable hier. Elle enchaînait les quatre blocs du circuit féminin du premier coup ! Face à une telle puissance, les autres grimpeuses ne peuvent pas rivaliser et laissent la première place à Alex Puccio.

Pourtant, la jeune serbe Stasa Gejo l’aurait bien voulu cette victoire. Malheureusement, elle chutait au sommet du dernier bloc de la compétition.

Enfin, c’est finalement la slovène de 22 ans, Katia Kadic qui malgré une blessure à l’épaule, venait compléter ce podium féminin.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Univers compétition

Anouck Jaubert en or sur la Coupe du Monde de vitesse à Arco !

26 Août

La Marseillaise a retenti à Arco !

Et l’hymne national, on le doit à Anouck Jaubert ! La française avait comme objectif de remporter cette Coupe du Monde pour remonter au classement général. Objectif atteint !

Opposée à Iuliia Kaplina, la numéro une mondiale en finale, le duel s’annonce palpitant. Mais la russe commet l’erreur fatale: un faux départ éliminatoire, qui propulse Anouck sur la plus haute marche du podium.

C’est la deuxième victoire consécutive en Coupe du Monde pour notre championne de France, après sa médaille d’or à Villars début Juillet.

Au classement général, Anouck remonte en deuxième position, comptant 316 points, seulement 44 de moins qu’Iuliia Kaplina.

Tout reste possible pour notre française, vu qu’il reste encore trois étapes de Coupe du Monde: Edinburgh fin septembre et Wujiang et Xiamen en octobre.

Belle prestation également d’Aurélia Sarisson, qui se classe 6ème ce week-end, avec un temps de 8″80 en quart de finale. Son meilleur résultat cette saison.

Enfin, Victoire Andrier, la troisième grimpeuse française de ces finales termine la compétition à la 17ème place.

1- Anouck Jaubert
2- Iuliia Kaplina
3- Anna Tsyganova

Chez les hommes, scénario similaire. Le recordman du monde Reza Alipourshena est opposé au russe Vtanislav Deulin en finale.

Parti peut-être un peu trop déterminé dans la course à la médaille d’or, l’iranien commet l’irréparable en début de voie, loupant un pied. Le russe s’envole ainsi jusqu’au sommet, célébrant sa deuxième victoire cette saison. Et on peut dire que Vladislav est joueur. Lors d’un faux départ, le grimpeur n’était pas à l’origine de celui-ci se doit quand même de grimper la voie tout seul. Le russe, assuré de la victoire prend tout de même tous les risques, signant le meilleur temps des phases finales de la compétition: 5″83.

Guillaume Moro, l’unique français sur cette compétition, termine 10ème, avec un temps de 6″43 en huitième de finale.

1- Vladislav Deulin
2- Reza Alipourshena
3- Ludovico Fossali

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Univers compétition

Et le vainqueur de la Coupe du Monde d’Arco est… Jakob Schubert !

26 Août

Surprise ! Ce n’est ni Alex Megos, ni même Adam Ondra qui a gagné cette Coupe du monde de difficulté à Arco.

Celui qui monte sur la plus haute marche du podium ce soir ? C’est l’autrichien Jakob Schubert, qui, comme Jaïn Kim, se fera arrêter par le temps.

Adam Ondra prend la deuxième place de cette compétition, devant un autre autrichien, Max Rudigier.

Thomas Joannes termine 6ème de ces finales. Quant à Alex Megos, il chute lors du premier jeté, au tout début de la voie…

Les résultats complets:

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Univers compétition