Le contenu

Author Archives: Nicolas Mattuzzi

Coupe du Monde d’Édimbourg: résultats des demi-finales !

24 Sep

 

Les demi-finales de la Coupe du Monde d’Édimbourg viennent de s’achever. Au bilan: la hiérarchie est respectée, malgré des voies piégeuses. Trois français seront en finale ce soir: Julia Chanourdie, Thomas Joannes et Romain Desgranges.

Résumé de cette matinée.

10h30 ce matin: les premiers grimpeurs prennent d’assaut la haute structure écossaise. L’Edinburgh International Climbing Arena accueille ce week-end la cinquième étape mondiale de la saison 2017.

Au programme en ce début de journée: une voie de demi-finale pour les hommes et pour les femmes. Ces dernières sont sur la partie gauche du mur, dans une voie très longue et à méthode, « l’un de ces types de voies qu’il est très difficile de faire à vue » commente la belge Anak Verhoeven.

Les hommes sont sur la partie droite du mur. Une voie qui commence délicatement où une bonne pose de pied est de rigueur, avant une fin plus physique, en compression.

Qui passe le crux, rentre en finale !

Pour rentrer en finale de cette cinquième Coupe du Monde, il fallait passer le(s) crux de cette voie de demi-finale féminine. Quiconque attrapait la 18ème prise de la voie, était sûre de poursuivre la compétition.

En effet, ce début de voie laissera les trois-quarts des grimpeuses sur la touche. Un premier passage se situant à quelques mètres à peine des premières prises de la voie fera chuter la moitié des demi-finalistes. Il faut bloquer le bras droit pour aller chercher une arquée main gauche très loin. Magdalena Röck se fera emporter par la gravité à cet endroit-là, tout comme Mina Markovic, Anne Sophie Koller ou encore la française Salomé Romain.

L’autre moitié des demi-finalistes ayant passé ce premier crux est alors confrontée à un deuxième passage délicat, seulement trois prises plus loin ! Même style de mouvement, il faut fermer le biceps et aller chercher une prise au loin. Le nombre de rescapées diminue encore fortement: elles sont sept grimpeuses à tomber sur ce mouvement. Hannah Schubert, Mathilde Becerra et même Jessica Pilz n’y échappe pas.

Une quatrième finale consécutive pour Julia Chanourdie !

Passé ces premiers mètres extrêmement délicats, la voie s’homogénéise alors. La française Julia Chanourdie, dont la force est l’une de ses principales qualités, passe ce passage sans encombre. À ce moment, elle est donc assurée de disputer une quatrième finale consécutive cette saison.

Julia avance encore quelques mètres dépassant la marque laissée par la norvégienne Tina Johnsen Hafsaas et la jeune britannique de 17 ans Hannah Slaney, qui disputera sa première finale en Coupe du Monde de difficulté chez elle, devant son public !

Janja Garnbret prend de la hauteur !

La slovène a encore fait parler la poudre ce matin ! Dernière compétitrice à s’élancer, elle est la dernière à pouvoir libérer cette dure voie de demi-finale. Janja passe les premières difficultés de la voie sans encombre, ne tremblant même pas dans le passage redoutable aux 19 autres demi-finalistes.

Sur sa lancée, elle dépasse la marque laissée par Jaïn Kim, pour continuer encore quelques mètres plus loin. Elle non plus ne viendra pas à bout de cette voie. Mais elle épate tout le public en ayant mis dans la vue plusieurs dizaines de prises aux autres grimpeuses ! C’est donc une nouvelle fois en dernière position que la slovène s’élancera ce soir en finale.

2/2 pour Ashima Shiraishi !

Deux départs en Coupe du Monde et deux finales. Peu sont les grimpeurs pouvant en dire autant. La jeune Ashima Shiraishi est parvenue ce matin à nous offrir une magnifique prestation. Comme à son habitude, son évolution dans la voie est très lente et calme, dans le même style que la coréenne Jaïn Kim. La jeune américaine assure chacun de ses mouvements. Au moment de son passage, elle est la première grimpeuse à monter si haut dans la voie.

Au final, Ashima se classe troisième, juste derrière Janja Garnbret et Jaïn Kim, et devant Anak Verhoeven.

Stefano Ghisolfi et Jakob Schubert au sommet !

Chez les hommes, la voie de demi-finale est beaucoup plus homogène. Pas de réel crux faisant chuter les grimpeurs mais il faut garder suffisamment de fraîcheur pour arriver lucide dans les derniers mètres très physiques de la voie.

À ce jeu, Stefano Ghisolfi et Jakob Schubert ont été les plus forts. L’autrichien participe ce week-end à sa deuxième Coupe du Monde de difficulté cette saison, après avoir couru sur le circuit international en bloc. Sa première étape en difficulté s’était conclue par une médaille d’or à Arco. Et ce n’était pas un coup de chance quand on voit la facilité avec laquelle Jakob est monté au sommet de la voie aujourd’hui. Le bloc semble ne pas avoir entamé ces réserves de rési: il est le premier à libérer cette voie de demi-finale aujourd’hui.

Car il ne sera pas le seul. Très vite, il est rejoint par l’italien Stefano Ghislofi au sommet de cette voie. Lui non plus n’a pas trop été mis en difficulté par cette demi-finale. Il est à coup sûr l’un des prétendants sérieux à la médaille d’or tout à l’heure.

Thomas Joannes et Romain Desgranges en finale !

Quelle performance de Thomas Joannes en demi-finale ! Le jeune français, qui s’élançait en milieu de grille ce matin, sera le premier à monter si haut dans la voie, chutant à seulement deux mouvements du top ! La position de leader ? Il la gardera un long moment, jusqu’au passage de Domen Skofic, qui chutera la main dans le bac de fin.

Thomas participera donc à sa deuxième finale consécutive cette saison, l’occasion pour lui d’aller peut-être accrocher le podium !

Et il ne sera pas le seul tricolore en finale ce soir. Romain Desgranges, qui souffle les bougies de sa 100ème Coupe du Monde ce week-end, sera lui aussi de la partie. Le leader du classement général se précipitera un peu trop dans les derniers mètres de cette demi-finale, après avoir avalé les premiers mouvements à une vitesse folle.

Mais l’essentiel est fait: il sera présent en fin d’après-midi dans la course à la médaille.

Après 1 an sans finale, Ramon Julian renoue avec le Top 8 !

Cela faisant plus d’un an que Ramon Julian n’était plus rentré en finale d’une Coupe du Monde. Son dernier Top 8 ? La Coupe du Monde d’Arco, en Aôut 2016.

Depuis, l’espagnol de 35 ans semblait arrivé au bout de sa brillante carrière internationale. Pour preuve, il figure cette année au 31ème rang mondial, lui qui nous a habitué à de multiples médailles d’or en Coupes du Monde.

Mais aujourd’hui, Ramon est redevenu le grimpeur conquérant qu’il était. Il parvient à valoriser cette 37ème prise. Une valorisation qui lui ouvre alors la porte des finales, prenant la 8ème place ce matin.

Les huit qualifiés en finale:
  • Rendez-vous ce soir, à partir de 17h30, pour suivre les finales de cette Coupe du Monde en direct !

Photos: archive qualifications – Eddie Fowke

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Univers compétition
  • Coupes du monde
  • Difficulté

Coupe du Monde d’Édimbourg: un sans-faute pour l’équipe de France !

23 Sep

C’est un sans-faute pour l’équipe de France ! 100% des grimpeurs tricolores au départ de la Coupe du Monde de difficulté passent en demi-finale.

Et cette étape a une saveur toute particulière pour le chamoniard qui dispute à Édimbourg sa centième Coupe du Monde ! Comment le gère-t-il ? Plutôt bien ! Aujourd’hui, il fait partie des quatre hommes à enchaîner les deux voies de qualification, prenant ainsi la première place du classement.

Les trois autres ? Ce sont l’italien Stefano Ghisolfi, le japonais Keichiro Korenaga et l’autrichien Jakob Schubert. Ils font partie des seuls grimpeurs à ne pas chuter aujourd’hui.

Ça passe également pour le deuxième grimpeur français engagé sur cette Coupe du Monde écossaise. Thomas Joannes prend la 13ème place à l’issue des qualifications, validant sa première voie de qualification.

Chez les femmes, la hiérarchie est là aussi respectée. Janja Garnbret, Anak Verhoeven et Jaïn Kim, les trois femmes qui se disputent la victoire sur chaque Coupe du Monde cette saison, passent les qualifications sans encombre. Elles viennent à bout de leur deux voies, sans trop de difficulté.

Sont-elles les seules ? Non ! Mina Markovic et Jessica Pilz réalisent la même prestation, tout comme la jeune Ashima Shiraishi, qui participe à sa deuxième Coupe du Monde de sa carrière. Enfin, Julia Chanourdie est la septième grimpeuse à enchaîner les deux voies. Elle prend donc la première place du classement de ces qualifications.

Salomé Romain enchaîne elle aussi la première voie. Elle se classe 11ème aujourd’hui, devant Mathilde Becerra, 18ème.

Les 26 qualifiés pour les demi-finales de demain:

La suite du programme:

Dimanche 24 septembre
10h30 – 13h00 : Demi-finales difficulté (à suivre en direct)
17h30 – 19h30: Finales difficulté (à suivre en direct)

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Univers compétition
  • Coupes du monde
  • Difficulté

Nalle Hukkataival enchaîne « Singularity » 8B+/C, plus de 10 ans après la première ascension !

23 Sep

 

Il aura fallu attendre plus d’une décennie pour que ce bloc soit enfin répété ! Le 21 Mai 2007, Tim Clifford signait la première ascension d’un bloc aussi monstrueux qu’extrême: « Singularity » 8B+, à Squamish, au Canada.

21 Septembre 2017: le finlandais Nalle Hukkataival annonce avoir enchaîné ce bloc.

Entre le 21 Mai 2007 et le 21 Septembre 2017 ? Aucune répétition, c’est comme si jamais personne n’avait essayé le bloc. Pourtant, des grimpeurs de haut rang se sont attelé à la tâche. Pendant plus de 10 ans, des grimpeurs ayant déjà enchaînés plusieurs 8C ont tenté ce bloc… En vain.

Alors un 8B+ bloc qui n’a pas été répété en une décennie mérite-t-il la cotation de 8C ? Ou bien est-ce juste un 8B+ très dur ? Y a-t-il une réelle différence entre les deux ? C’est ce sur quoi se questionne Nalle…

Quoi qu’il en soit, c’est une belle performance que vient d’accomplir le finlandais.

« Enchaîner un bloc dont tu as entendu parler depuis des années rend toujours l’ascension spéciale. Quelle inspirante vision a eu Tim Clifford qui a ouvert ce bloc il y a plus de 10 ans ! »

Vidéo à suivre très prochainement…

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Une Coupe du Monde de difficulté en Écosse ce week-end !

23 Sep

 

Après un mois sans Coupe du Monde de difficulté, les meilleurs grimpeurs du monde reprennent du service ce week-end, à Édimbourg, en Écosse, pour une nouvelle manche internationale.

Après plus de 14 ans sans Coupe du Monde, Édimbourg accueille la cinquième étape mondiale 2017. Après Villars, Chamonix, Briançon et Arco, l’élite mondiale est arrivé en Écosse, dans l’immense antre de l’Edinburgh International Climbing Arena, l’une des plus grandes salles indoor du monde.

L’occasion d’accueillir également une Coupe du Monde de vitesse, mais aussi d’handi-escalade.

Édimbourg a toujours été une terre de compétition. Depuis 2009, cette ville accueille les plus grandes compétitions jeunes. Nombreux sont ceux ayant participé aux Championnats du Monde jeunes à Édimbourg en 2010 et qui prendront le départ de cette Coupe du Monde seniors demain.

Les regards seront bien sûr tournés vers Romain Desgranges, qui prendra le départ de sa 100ème Coupe du Monde ce week-end ! Et dans quelle position va-t-il démarrer cette 100ème échéance internationale ? En tant que leader du classement général 2017. Après deux victoires sur les quatre premières manches de la saison, il compte près de 90 pointes d’avance sur l’italien Marcello Bombardi, 2ème du classement.

Terminer 1er de sa 100ème Coupe du Monde ? Ce serait énorme !

Finalistes en 2010 lors des Championnats du Monde jeunes, Marcello Bombardi, David Firnenburg, Stefano Ghisolfi, Masahiro Higuchi, Domen Skofic et Loïc Timmermans retournent à Édimbourg avec plus de 7 ans d’expérience au plus haut niveau.

Chez les femmes, la bataille entre Janja Garnbret, Anak Verhoeven et Jaïn Kim s’annonce une fois de plus palpitante ! La coréenne mettait fin à la série de victoires de la slovène à Arco, empochant une 26ème première place en Coupe du Monde.

Et Julia Chanourdie sera bien entendu de la partie, bien décidée à monter sur le podium de cette étape. Elle l’a déjà frôlé à plusieurs reprises cette saison…

  • La composition de l’équipe de France:

Difficulté:
Mathilde Becerra, Julia Chanourdie, Salomé Romain, Romain Desgranges, Thomas Joannes, Sam Avezou

Vitesse:
Anouck Jaubert, Aurélia Sarisson, Victoire Andrier, Elma Fleuret, Guillaume Moro, Bassa Mawem

  • Le programme complet du week-end, heures françaises:

Samedi 23 septembre
10h00 – 16h00 : Qualifications difficulté (valides et handi, hommes et femmes)
17h00 – 19h00 : Qualifications vitesse

Dimanche 24 septembre
10h30 – 13h00 : Demi-finales difficulté
13h30 – 14h30 : Finales vitesse
14h30 – 15h30 : Finales handi-escalade
17h30 – 19h30: Finales difficulté

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition
  • Coupes du monde
  • Difficulté

À suivre aujourd’hui en direct: une compétition internationale de difficulté… Sans corde !

22 Sep

Une compétition de difficulté sans corde ? Oui, c’est l’idée folle qu’on eut un jour nos amis autrichiens. Organiser un événement sur un haut mur d’escalade, situé au beau milieu de la ville de Lienz et monté exprès pour l’occasion, sans corde, ni baudrier.

À la place ? Un énorme air-bag installé au pied du mur afin d’amortir les chutes des grimpeurs ! Dans le même style que les compétitions de deep-water donc, sauf qu’à la place de l’eau, c’est un gigantesque matelas gonflable qui réceptionne les compétiteurs.

Car la structure artificielle s’élève cette année à plus de 18 mètres de haut ! Force, puissance, et résistance ne sont donc pas les seuls éléments nécessaires pour l’emporter… Il faut aussi avoir un mental de guerrier pour oublier que vous êtes à 18 mètres au-dessus du sol.

Cette compétition reprend donc le même format que les compétitions classiques de difficulté. D’ailleurs, ce n’est pas un simple contest amical… Le « Free Solo Masters » fait bel et bien partie du calendrier officiel des compétitions autrichiennes.

Et de nombreuses stars internationales seront présentes ! Parmi les 75 compétiteurs, on retrouvera Katja Kadic, Karoline Sinnhuber, Rustam Gelmanov ou encore Alexey Rubtsov. Deux français figurent même dans les listes de départ: Micka Mawem et Alban Levier, venu remettre en jeu son titre de vainqueur raflé l’an dernier.

La compétition, qui se déroule demain toute la journée, sera à suivre intégralement en live. Plus d’infos dans le programme ci-dessous, avec le lien du direct.

Le résumé vidéo de l’année dernière:

Le programme:

10h30: Qualifications
16h00: Demi-finales
19h30: Finales

Toutes les phases de la compétition seront à suivre en direct !

Le live:

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition

Alex Puccio enchaîne « Riverbed », son 22ème 8B bloc !

21 Sep

Alex Puccio est plus en forme que jamais !

La grimpeuse américaine semble se rapprocher plus en plus de son premier 8C bloc. Après avoir récemment enchaîné « New Base Line » 8B+, il semblerait que les 8B soient devenus une habitude pour elle.

Tenez-vous bien, Alex vient d’enchaîner son 22ème 8B bloc, avec l’ascension de « Riverbed » à Magic Wood. Combien de temps a-t-il fallu à l’américaine pour travailler ce bloc ? Seulement deux jours ! Après avoir calé les mouvements lors d’une première séance de travail mardi, Alex enchaînera le bloc le lendemain !

Alex Puccio a passé un super été :
–  Elle terminait dans le Top 5 de la Coupe du Monde de bloc à Munich.
–  Elle remportait le KO Boulder Contest à Arco.
–  Elle gagnait également les Adidas Rockstars ce week-end.
–  Une répétition de « New Base Line » 8B+
–  Et enfin, son ascension de « Riverbed » 8B cette semaine
.

Et Alex a annoncé être plus motivée que jamais à croiter d’autres blocs extrêmes dans les prochains jours !

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Cortigrimpe et WACT vous invitent au CORTI-CONTEST #4

20 Sep

La dernière étape du contest multi-salles « On the bloc again tour » se déroulera à Cortigrimpe le Samedi 30 septembre prochain!

Après l’étape de Vitam Parc et celle d’Ablok le week-end dernier, direction la plus grande salle de bloc annécienne pour clôturer dans la joie et la bonne humeur ce contest.

Un événement ouvert à tous, à partir de 14 ans, des débutants aux plus énervés de l’arquée !

Le principe: 30 blocs de qualification tous niveaux, avec essais illimités dans les blocs. Le but ? Se faire plaisir et enchaîner le plus de blocs ! Chaque top vous rapporte 1 point.
Les six meilleurs hommes et femmes comptabilisant le plus de points à l’issue des qualifications participeront aux finales, où trois blocs inédits les attendent.

Un moyen ludique et convivial de faire du bloc, en famille ou entre amis !

Le programme:

14h00 – 17h00: Qualification
18h00: Finales hommes et femmes

Attention: le nombre de places est limité ! Il est donc vivement conseillé de vous inscrire en ligne, au prix de 10€, à cette adresse: http://resa.corti-grimpe.deciplus.pro/

Inscription sur place sera également possible, au tarif de 15€.

En plus, de nombreux lots seront à gagner ! Alors à très vite !

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers SAE
  • Evenement

Adam Ondra, un dernier 9a et puis s’en va !

20 Sep

Certains bouquinent, jouent sur leur smartphone ou vont boire un café. D’autres se promènent dans les allées, font les boutiques ou réfléchissent à leur séjour qui vient de s’écouler.
C’est ce que font la plupart des gens, attendant patiemment leur avion à l’aéroport.

Mais quand Adam Ondra attend son vol au retour de Norvège, hors de question pour lui de se prélasser à l’intérieur de l’aéroport !

Il profite des quelques minutes dont il dispose avant le décollage pour se rendre à Hell, un petit village norvégien situé à seulement quelques centaines de mètres de l’aéroport. Le spot parfait pour attendre son avion !
Il renfile donc le baudrier et se lance dans « Hello », un 9a encore jamais enchaîné.

Mais il ne faut pas longtemps à Adam pour faire la croix et signer ainsi la première ascension de cette voie, dont la difficulté principale réside dans les premiers mètres. En effet, comme le montre la vidéo ci-dessous, le départ de
 « Hello » est digne d’un bon bloc du huitième degré ! Car arrivé à la deuxième dégaine, la voie ne cote déjà plus que 7c+… C’est dire si ce début est teigneux !

C’est donc le deuxième 9a que le tchèque enchaîne en quelques jours, après avoir récemment ouvert le 9a+ de « Thor’s Hammer II », qui n’est autre que le prolongement de « Thor’s Hammer ».

Au total, Adam compte maintenant plus de 134 voies dans le 9a et plus. Un tel carnet de croix le classe bien sûr au premier rang mondial. À titre de comparaison, Alex Megos, le deuxième grimpeur au monde à comptabiliser le plus de voies dans le neuvième degré, n’en compte qu’une soixantaine.

C’est donc la fin d’un séjour de trois semaines en Norvège bien prolifique pour Adam. Rassurez-vous, ce dernier n’a pas loupé l’avion et rentre au pays en héros : il y a 17 jours, il réalisait « Silence », le premier 9c au monde.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Adam Ondra ne s’arrête plus ! De nouveaux projets tombent déjà à Flatanger !

18 Sep

Enchaîner le premier 9c du monde n’allait sûrement pas arrêter Adam Ondra dans sa quête de voies extrêmes…

Après plus de trois semaines passées dans la grotte de Flatanger, il est temps pour le tchèque de rentrer à la maison. Ce séjour, Adam ne l’oubliera jamais de sa vie. Quelques jours après être arrivé en Norvège, il parvenait à empiler tous les mouvements du projet de sa vie: « Silence », la voie la plus dure du monde. Si dure qu’Adam devait repousser les limites des cotations et ainsi créer le 9c.

« Exchange Project », le successeur de « Project Hard » ?

Mais Adam ne s’est pas arrêté suite à cette performance. Ayant prévu de rester en Norvège encore deux semaines après cette ascension, il n’est pas du genre à rester les mains dans les poches, surtout lorsqu’il est dans son spot fétiche. Profitant de son incroyable forme du moment, il s’attèle directement à un nouveau projet au coeur de la grotte de Flatanger: « Exchange Project », une voie flirtant également parmi les lignes les plus dures de la planète et cotant approximativement 9b+ selon les pronostics d’Adam.

Malheureusement, le tchèque est contraint de partir avant d’avoir pu enchaîner cette nouvelle voie. En effet, un mouvement d’épaule était particulièrement traumatisant pour son épaule gauche, si bien qu’il décida de stopper momentanément ses essais dans la voie. Et quand on connaît la faculté d’Adam à se tordre dans tous les sens autour de son épaule sur de minuscules prises, on se dit que ce mouvement doit être tout droit sorti d’une autre dimension !

Après le 9a de « Thor’s Hammer », le 9a+ de « Thor’s Hammer II » !

Du coup, le champion du monde en titre s’est rabattu sur un autre projet: une extension du célèbre 9a « Thor’s Hammer », équipée il y a six ans par le local Magnus Midtboe. Cette extension n’est autre qu’une deuxième longueur à ce 9a de 50 mètres, qu’Adam est allé essayer au jumar, comme s’il était au pied d’une nouvelle voie.

Bien que le tchèque ait déjà essayé les mouvements il y a quelques années, il n’avait pas réussi à bouger dans cette extension, la pensant impossible à l’époque. Cette année, plus fort que jamais, il parvient à trouver la bonne séquence de mouvements, pour finalement signer la première ascension de cette deuxième longueur, qu’il nomme « Thor’s Hammer II », l’estimant à un 9a+ bien dur.

Et pour cause, cette seconde longueur de 30 mètres se termine juste à la sortie de la grotte, qui déverse à plus de 60°. Et pour en venir à bout, il faut lutter contre la gravité dans trois séquences de bloc aux mouvements délicats, comme la grotte de Flatanger en a le secret.

Pour l’ascension globale de « Thor’s Hammer » + « Thor’s Hammer II » depuis le sol, Adam Ondra reviendra. Mais il s’agirait d’une voie énorme de 80 mètres au total, empilant un 9a et un 9a+ pour une ascension globale valant autour de 9b+ selon l’expert. De quoi le motiver à revenir dans sa « caverne d’Ali Baba » assez rapidement…

Voir l'article 1 Reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Adidas Rockstars 2017: des finales spectaculaires !

17 Sep

Toutes les stars du monde entier sont présentes, l’arène de Stuttgart est pleine à craquer, les blocs envoient du lourd et les finalistes ont les crocs. C’est rock, ce sont des stars, oui, les Adidas Rockstars portent bien leur nom !

Hier soir avaient lieu les finales de cette édition 2017. Des finales dont la recette est unique: ici, les six finalistes s’affrontent d’abord dans deux blocs. Seuls les trois meilleurs grimpeurs poursuivent la compétition dans un troisième bloc de finale, qui sélectionne alors les deux meilleurs grimpeurs pour la super-finale: un ultime bloc, identique pour chacun des deux finalistes, qu’il faut enchaîner le plus vite possible pour remporter le titre de « Rockstar ».

Les deux premiers blocs…

Volumes, jetés, mouvements dynamiques, contrepointes… Voilà le thème de la soirée décidé par l’équipe de choc venue ouvrir les blocs de cet événement.

Et à ce jeu, le champion du monde en titre Tomoa Narasaki est le plus fort. Le premier bloc ? Il le sort à vue, quand Jongwon Chon mettra six essais. C’est dire si le japonais était en forme ! Le deuxième bloc ? Il lui demandera un peu plus de travail que le premier, mais tout de même, il parvient à l’enchaîner en quatre essais.

À l’issue des deux premiers blocs, Tomoa Narasaki prenait donc la tête de la compétition, devançant son compatriote japonais Kokoro Fujii et le coréen Jongwon Chon. Ces trois garçons seraient donc les trois finalistes à poursuivre la bataille dans le bloc 3. Ainsi, Makoto Yamauchi se faisait écarter, terminant entre les deux russes Dmitrii Sharafutdinov et Alexey Rubstov. Mission réussie pour les asiatiques: à ce moment déjà des finales, le podium était déjà 100% asiate.

Chez les femmes, le classement sur ces deux premiers blocs se dessine assez facilement. Elles ne sont que trois à toper les deux premiers blocs, et ça tombe bien, il y a trois places pour la suite. Mention spéciale tout de même à l’américaine Alex Puccio, impressionnante sur ce début de soirée. Elle se paye le luxe d’enchaîner le premier bloc, puis le deuxième bloc à vue !

Même Janja Garnbret ne peut pas en dire autant, elle qui mettra quatre essais dans le deuxième bloc. Mais en prenant la deuxième place à ce moment des finales, elle s’assure de son billet pour le troisième bloc.

Enfin, pour ajouter un peu de piment japonais à cette finale, c’est Miho Nonaka qui prend la troisième place, validant les deux premiers blocs en six essais. L’aventure s’arrêtait donc pour Akiyo Noguchi, qui ne réalisera que le premier bloc. Shauna Coxsey ne parvient pas à s’exprimer pleinement, n’enchaînant aucun bloc, tout comme Aya Onoe.

Le bloc #3

Plus que trois grimpeurs dans le bloc 3 donc, avec seulement deux places à prendre. Moment décisif de ces finales donc.

Et chez les hommes, ça ne plaisante pas. Tout le début du bloc se fait en traversée, dos au mur, face au public. Jongwon Chon donne le ton. Il est le premier à s’élancer dans le bloc… Et le sort à vue ! Le coréen est assuré de participer à la superfinale.

Kokoro Fujii tombe à plusieurs reprises dans le crux du bloc. Les minutes s’écoulent, il ne parvient pas à enchaîner le bloc.

Tomoa Narasaki n’a donc pas le choix. S’il veut défendre son titre de Rockstar remporté l’année dernière, il doit monter au sommet de ce bloc pour aller défier Jongwon Chon en superfinale. Encore plus épatant que le coréen, il avale les mouvements de ce troisième bloc en quelques secondes, le réalisant à vue lui aussi. Les deux superfinalistes étaient donc Jongwon Chon et Tomoa Narasaki. Un duel qui s’annonçait palpitant !

Chez les femmes, le bloc 3 demande de la force et un bon gainage au moment d’envoyer la main droite sur cette épaule. Et cette fois-ci, c’est Janja Garnbret qui sera la grimpeuse à enchaîner ce bloc le plus rapidement. Plutôt que d’envoyer en épaule sur la prise, la jeune slovène décide de jeter à deux mains dessus… Un mouvement qui s’avère payant au cinquième essai !

Quand on demande de la force, la puissante américaine Alex Puccio répond présente. Et même si elle mettra un essai de plus que Janja pour atteindre le sommet, elle s’assure de prendre sa place en superfinale.

En effet, la japonaise Miho Nonaka ne parviendra pas à enchaîner ce bloc, ne validant que la prise bonus. Les finales s’arrêtent là pour elle. C’est depuis le banc des spectateurs qu’elle regardera le combat final entre Janja Garnbret et Alex Puccio.

La superfinale !

Nous y voilà ! Le grand moment attendu par tous: la superfinale des Adidas Rockstars. Il faut à la fois enchaîner ce bloc, mais surtout être le premier grimpeur à le faire.

3, 2, 1… C’est parti. Janja Garnbret et Alex Puccio grimpent en parallèle, sans se voir. Première tentative: elles chutent, en même temps, au même endroit. Changement de méthode pour les deux superfinalistes. Nouvelles chutes. Ce bloc est loin d’être si facile, surtout que les deux grimpeuses ne prennent quasiment aucun temps de repos entre les essais.

Finalement, Alex Puccio fait parler sa force et serre cette grosse pince main gauche, un mouvement qui posera problème à Janja. L’américaine est déjà sur la prise suivante, et s’envole au sommet du bloc Elle tape le buzzer, remportant ainsi les Adidas Rockstars. Alors que sa dernière victoire sur cette compétition remontait à 2012, cette année, Alex Puccio est la nouvelle Rockstar !

Chez les hommes, Jongwon Chon et Tomoa Narasaki sont bien décidés à ne faire qu’une bouchée de leur bloc de superfinale. À peine le chrono lancé que les deux grimpeurs se ruent sur leur bloc ! Et en terme de vitesse d’exécution, le japonais Tomoa Narasaki est imbattable !

Il jette sur l’énorme prise, avant de la chevaucher en un mouvement et de filer vers le buzzer. L’année dernière, il avait réalisé le bloc de superfine en 14 secondes. Cette année, en 16 secondes, le japonais remportait son deuxième titre d’affilée de Rockstar !

 

Les résultats des finales:
Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Live
  • # Univers compétition

Championnats d’Europe jeunes de bloc: deux médailles d’or, deux d’argent et deux de bronze pour nos français !

17 Sep

Moisson de médailles tricolores ! Sur les Championnats d’Europe jeunes qui se déroulaient ce week-end en République Tchèque, la France repart les bras chargés de médailles. Deux médailles d’or, deux de bronze et deux d’argent pour nos jeunes français qui se sont illustrés en finale. Un grand bravo à Naïlé Meignan, Paul Jenft, Noé Moutault, Léo Favot, Nathan Martin et Hugo Parmentier pour leur podium.

Dix jours à peine après les Championnats du Monde jeunes, c’est à Slany, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Prague, en République Tchèque, que les meilleurs espoirs européens s’étaient donnés rendez-vous.

Une dernière compétition internationale de bloc de l’année, après une saison très chargée, entre Coupes d’Europe, Championnats du Monde et Championnats d’Europe. Les athlètes ayant performé quelques jours plus tôt à Innsbruck veulent confirmer. Les autres veulent prendre leur revanche.

Minimes

Chez les minimes filles, deux françaises se hissent en finale de ces Championnats d’Europe: Naïlé Meignan, faisant partie de ces athlètes ayant une revanche à prendre sur les Championnats du Monde, et Luce Douady, déjà finaliste à Innsbruck il y a quinze jours.

Et ce sont des finales très serrées qui ont attendu nos jeunes minimes. Les cinq premières se tiennent à trois essais seulement. L’erreur n’était donc pas permise. Et en ayant enchaîné les trois premiers blocs à vue, c’est Naïlé Meignan, la recrue de la Team PG qui remporte ce titre de Championne d’Europe de bloc minimes.

Si Luce Douady trouvera elle aussi la méthode pour enchaîner ces trois premiers blocs, six essais lui seront nécessaires. Elle prend la 5ème de ces finales.

  • Ci-dessous, le commentaire de Naïlé suite à son titre:

« Premier Championnat d’Europe et dernière compétition de la saison, je souhaitais donc tout donner et effacer un peu ma prestation des Championnats du Monde et cette finale ratée de peu.

Lors des qualifications je n’ai pas bien grimpé, je ne trouvais pas mes marques et je passe de justesse en finale, à la 6ème place, dernière qualifiée ! Je n’avais donc plus rien à perdre. Je me suis remobilisée avec l’aide de tout le monde et me voilà reparti…

À la lecture des blocs de finale, les trois premiers me semblaient accessibles et le dernier un peu plus dur. Mon ressenti lors de la lecture s’est avéré être correct. Je fais les trois premiers blocs à vue et je ne trouve pas la solution dans le 4ème bloc ! En passant la première j’ai le temps de voir les autres et de stresser sur le résultat ! Et …. je termine finalement championne d’Europe de bloc 😍  En plus de cela, je remporte le classement général des compétitions européennes ❤

Les copains étaient là, c’était juste énorme ! Une méga ambiance 😍 Merci à ceux qui m’ont soutenu tout au long de la saison, en particulier ma famille et mes parents puis forcément mes coachs Kevin Arc et Philippe Collard, mes amis, mes sponsors et aussi les entraîneurs nationaux »

Chez les garçons, ils étaientégalement deux à porter le maillot bleu-blanc-rouge. Si Paul Jenft et Noé Moutault se classaient 4ème et 5ème des qualifications, ils bouleversent la tendance en montant tous les deux sur le podium ! Et ce fut très serré aussi chez les garçons puisque les places sur le podium se jouent à l’essai près. Mais en laissant échapper seulement un essai sur ces quatre blocs, le chambérien Paul Jenft remporte la victoire, devançant de deux essais Noé Moutault, médaille de bronze.

Cadets:

Nos cadettes tricolores ne passeront pas le cap des qualifications sur ces Championnats d’Europe 2017. Il fallait au moins enchaîner six blocs pour espérer prendre son ticket pour les finales. Les 4 blocs à vue de Mailys Piazzalunga ne suffiront donc pas pour se frayer un passage parmi les six meilleures. Elle termine 15ème, devançant Lucile Saurel, 18ème.

La victoire finale revient ainsi à la russe Elena Krasovskaia, étant la seule grimpeuse à compléter les quatre blocs en finale.

Chez les garçons, la Marseillaise a bien failli résonner de nouveau dans la petite ville tchèque. Léo Favot restera un long moment en tête des finales, étant le seul grimpeur à enchaîner les deux premiers blocs à vue. Il ne perd pas le rythme dans le troisième bloc, qu’il réalisera au bout du deuxième essai. Mais c’est finalement dans le dernier bloc que le titre de champion d’Europe se jouera puisque le bulgare Petar Ivanov sera l’unique finaliste à atteindre la dernière prise.

Léo Favot termine 2ème, concluant une belle saison internationale. En effet, tout comme Naïlé Meignan, il remporte le classement général européen de cette année 2017.

L’autre français de ces finales, Nathan Martin, finaliste des Championnats du Monde, nous prouve sa régularité. Avec 3 blocs en 7 essais, il prend la médaille de bronze de ce championnat européen.

« Jamais deux sans trois » L’expression s’est avérée vraie hier soir, puisque ce n’est pas seulement deux français qui étaient en finale chez les cadets, mais bien trois. Sam Avezou conclut cette compétition à la 5ème place, complétant 1 bloc en 5 essais.

Juniors:

La finale juniors femmes s’est disputée sans française hier. Nos trois tricolores engagées sur la compétition restent clouées en qualification, enchaînant toutes les trois trois des six blocs. En 3 essais pour Juliette Beer, qui prend la 13ème place. En deux essais supplémentaires pour Maurane Jelic, qui termine 16ème. Enfin, Coraline Ribeil se classe 19ème des Championnats d’Europe avec 3 blocs en 6 essais.

Une compétition remportée par l’autrichienne Franziska Sterrer qui comptera plus d’un bloc sur ses adversaires en finale.

Chez les hommes, c’est également un autrichien qui l’emporte: Jan-Luca Posch fait forte impression en finale, parvenant à valider l’intégralité des blocs.

Et puisqu’aucune médaille tricolore n’avait encore été gagnée chez les juniors, c’est Hugo Parmentier qui s’est chargé d’accomplir cette tâche. En enchaînant les deux derniers blocs des finales en 4 essais, le jeune français repart de cette dernière compétition de bloc de l’année avec la médaille d’argent autour du cou.

Léo Avezou, l’autre français de ces finales termine 5ème, avec un bloc à vue.

  • Photos: archive, Ricardo Sacramento, Anastas Tarpanov et Shane Murdoch
Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition

Et les nouvelles Rockstars sont: Alex Puccio et Tomoa Narasaki !

16 Sep

Voilà, les finales viennent de se terminer à Stuttgart, sous une ambiance de folie !

Des finales fantastiques, qui valaient largement celles des Coupes du Monde de bloc. Et pour cause, les finalistes de cette année étaient tous des athlètes s’étant illustrés sur le circuit international cette saison.

Mais alors finalement, qui sont les grands champion des Adidas Rockstars 2017 ?

Chez les femmes, c’est l’américaine Alex Puccio qui l’emporte, enchaînant le bloc de super-finale qui posera des problèmes à Janja Garnbret.

Chez les hommes, Tomoa Narasaki n’aura pas perdu son titre de « Rockstar ». Ayant remporté la finale l’année dernière, il renoue avec la victoire une deuxième fois d’affilée, coiffant au poteau le coréen Jongwon Chon.

  • Un résumé complet de ces finales à retrouver sur PlanetGrimpe dès demain matin.
Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Live
  • # Univers compétition