Le contenu

Un lendemain de Coupe du Monde avec La Sportiva

James Pearson prépare le terrain dans le 8c "Face Bouc"

Dimanche 24 juillet, 8h52. Alors que les finales de la Coupe du Monde de Briançon se sont achevées il y a quelques heures à peine, un camion aux couleurs La Sportiva arrive déjà sur le parking du Parc des Sports, à deux pas du mur de difficulté. À son bord, l’Italienne Valéria Manzinello, du département marketing, en charge des athlètes de la marque.

Elle nous accueille, nous sommes les premiers sur place. À peine le temps d’échanger quelques mots en français qu’arrive déjà Arsène Duval, accompagné de sa copine Ilaria Scolaris, puis Diego Fourbet, le Finlandais Anthony Gullsten, et l’Italien Marcello Bombardi. Son téléphone sonne. C’est son compatriote Stefano Ghisolfi qui appelle, afin de s’assurer du lieu de rendez-vous. Quelques minutes plus tard, il arrive à pied, saluant de la main le petit groupe.

Le point commun de tous ces grimpeurs ? Ils sont tous très forts, certes. Mais ils font aussi partie du team La Sportiva, leader mondial du chausson d’escalade. La marque italienne les a invités à se rassembler, pour une journée cohésion et grimpe en falaise.

Alors que le soleil rayonne dans le ciel briançonnais, nous partons donc en direction d’Ailefroide, véritable lieu de paradis pour les grimpeurs du coin, abritant des voies, des grandes voies et des centaines de blocs. Après 45 minutes de route, nous atteignons donc ce hameau, niché à 1500 mètres d’altitude, au pied du Mont Pelvoux. Sur le parking, une famille de grimpeurs nous attend : James Pearson, Caroline Ciavaldini, et leurs deux enfants.

Passer un bon moment en falaise ? Arsène Duval ne dira jamais non !

Pendant la marche d’approche, Stefano Ghisolfi échange avec Anthony Gullsten. Ce dernier conseil l’Italien sur le meilleur itinéraire pour se rendre en Norvège depuis l’Europe. Il faut dire que le Finlandais connaît bien la route. Stefano Ghisolfi a en effet prévu de se rendre à Flatanger dès la fin des Championnats d’Europe de Munich, en août. Son but ? S’attaquer à « Silence », connu pour être le premier 9c de l’Histoire de l’escalade. Après quelques minutes de marche, nous atteignons le pied de la falaise. Nous sommes dans l’un des secteurs les plus connus du coin : Fesse Bouc. Cette barre rocheuse impressionne. Son inclinaison a de quoi faire chavirer ! Cette lame déversante offre un granit magnifique, qui sera parfait pour cette journée en falaise.

Stefano Ghisolfi, qui se remet du Covid-19, se prépare à un projet d’envergure : « Silence » 9c à Flatanger

Sitôt arrivé, James Pearson s’empare d’un élastique et s’échauffe déjà. Il sera le premier à enfiler son baudrier, pour aller poser les dégaines et brosser les prises dans la ligne éponyme du secteur, qui vaut 8c. Pendant ce temps, Nao Monchois et Salomé Romain, également membre du team La Sportiva, nous ont rejoints. Assis au pied de la falaise, les jeunes bavardent. Arsène Duval n’est pas mécontent de sa forme du moment. Au contraire, il se sent même fort malgré sa blessure au biceps, qui le gêne encore. Il compte bien profiter de la fin de l’été pour accentuer ses séances de kiné et revenir encore meilleur l’an prochain sur le circuit des compétitions.

Salomé Romain s’échauffe tranquillement

Pour le local Diego Fourbert, cette falaise est une première. Pourtant originaire de L’Argentière-la-Bessée, le jeune homme de 19 ans n’était encore jamais monté jusqu’au secteur Fesse Bouc. « Moi je préfère m’amuser en bas », déclare-t-il, le sourire aux lèvres, en pointant du bout des doigts les blocs que l’on devine en contrebas. « Là-bas je connais bien oui, mais là c’est une première pour moi », continue-t-il. Il s’élance dans un 7b+ très esthétique, dans la partie la plus déversante du mur, avec de nombreuses lolottes et coincements de genou. C’est ensuite Nao Monchois qui s’élancera dans cette même voie.

Un peu plus bas, les autres grimpeurs s’échauffent. Stefano Ghisolfi ne perd pas de temps, et a déjà enchaîné deux voies, tandis qu’Arsène Duval à clippé le relais d’un 7a+, qui sera ensuite réalisé par Ilaria Scolaris et Salomé Romain. De son côté, Caroline Ciavaldini entame sa journée en douceur, par un joli 6b.

Dans une ambiance conviviale et familiale, la journée passe à vive allure. Motivé par la découverte de ce secteur qui se trouve à deux pas de chez lui, Diego Fourbet décide de hausser le ton, en se préparant pour le célèbre 8c « Face Bouc », préalablement brossé par James Pearson. Ce dernier lui donne toutes les méthodes et l’encourage dans la voie. Grâce aux méthodes du Britannique et à sa bonne forme du moment, Diego parviendra à flasher ce 8c, de quoi conclure en beauté cette belle journée.

Un rassemblement entre grimpeurs, médias et représentants de la marque, qui nous rappelle à quel point ces moments de partage sont si précieux.

Publié le : 26 juillet 2022 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG

La Sportiva