Le contenu

Interview d’un ancien champion du monde et aujourd’hui patron du groupe Climb’Up: François Petit

Salut François! Ancien grimpeur de haut niveau, tu es aujourd’hui à la tête d’un réseau de SAE, comment en es-tu arrivé là? 

Pendant mes études à l’INSA, une école d’Ingénieur à Lyon, j’ai continué mon parcours de grimpeur de haut-niveau et j’ai gagné entre autre les championnats de France à Mur Mur Pantin en 1996 et les Championnats du Monde d’escalade au Zénith de Paris en 1997. Les fondateurs de Mur Mur m’ont alors connus et ont apprécié ma proposition de devenir associé dans la salle d’escalade Mur Mur Lyon en 1997. En 2000, à la fin de mes études d’ingénieur en Mécanique de Construction, j’ai fait mon stage a Mur Mur afin de développer un concept novateur d’Equipement dédié à l’escalade, aux parcours aventure… J’ai ainsi commencé ma vie professionnelle comme « responsable du Développement » pour Mur Mur, en travaillant sur une dizaine de projets en France et même à l’étranger. A l’époque, Mur Mur ne pouvait réaliser et gérer autant de projets en même temps.

Je me suis donc concentré sur Mur Mur Lyon qui est devenu Le Mur de Lyon en 2007 lorsque j’ai pris la direction de la salle lyonnaise. En 2008, nous avons été retenu pour gérer en Délégation de Service Publique la salle d’Epinay sur Seine. En 2011, je me suis associé avec un porteur de projet qui vient du monde de l’automobile afin d’ouvrir Climb Up Orléans. 2012, nous avons décidé de reprendre la salle de bloc à Dijon afin qu’elle continue à accueillir des grimpeurs. Et en 2014, vu les bonnes relations que nous avons avec Marc IVORRA, Climb Up a repris la salle M’Roc de Villeurbanne.

Arriver à la tête d’un réseau de salle d’escalade est due à des opportunités, et le fait d’avoir été champion du monde d’escalade et ingénieur donne une caution. Les banques sont sensibles à cela, les partenaires et les associés aussi.

La réussite du concept que je développe : de grandes salle d’escalade ouvertes à tous 7j/7 avec une haute qualité d’accueil, du bloc, des voies, sauna, fitness,… nous a permis de dégager des résultats importants. Cela nous donne la possibilité de reprendre ou réaliser de nouvelles salles d’escalade.

– Aujourd’hui, combien de salles appartiennent à ton réseau? 

Climb Up est le premier réseau de salles d’escalade en France puisque nous comptons près de 400 000 grimpeurs qui rentrent chaque année dans nos 6 salles :

– Le Mur de Lyon qui est la plus grande salle de France avec 240 000 entrées annuelles

– Climb Up Dijon avec 25 000 entrées

– Climb Up Orléans avec 30 000 entrées

– Urban Evasion avec 30 000 entrées

– M’Roc avec 40 000 entrées

– Climb Up Aix devrait réaliser 50 000 entrées la première année. Cette salle ouvre le 2 avril 2015.

– Quelles sont les caractéristiques d’une bonne salle d’escalade selon toi?

« Une bonne salle d’escalade » est une salle d’où vont sortir des clients satisfaits ! Les clients sont exigeant et nous devons mettre à leur disposition un service de qualité, que la salle soit propre (Le Mur de Lyon dépense plus de 100000 € pour l’entretien de la salle hors travaux de maintenance), et des prestations qui puissent satisfaire tout le monde : de l’enfant de 2 ans, au champion en passant par la personne à mobilité réduite.

Le plus important c’est que la salle soit un lieu de vie, un lieu de rencontre, d’échange, convivial et chaleureux. Le plus important, c’est déjà que tous les collaborateurs viennent travailler avec le sourire, car en plus de leur compétence, le contact avec le client est important afin que tous passent un « bon moment » dans nos salles : les clients et les salariés.

10842153_10152662965208333_3051679428712092493_o

– Comment imagines-tu le développement des salles d’escalade en France dans les 10 prochaines années?

Le rythme de croisière de Climb Up est d’ouvrir (ou reprendre) une salle d’escalade chaque année. Depuis 2011 et la création de ma holding « Climb Up Investissements », nous avons repris 4 salles d’escalade et allons ouvrir notre deuxième salle en avril avec Climb Up Aix. Nous sommes donc déjà au-dessus de mon objectif.

Devant notre développement et la réussite du Mur de Lyon de nombreuses personnes nous demandent des conseils pour les aider à développer leur projet de salle d’escalade. Nous avons donc décidé de soutenir certains projets, techniquement, humainement et financièrement afin de leur permettre d’ouvrir de belles salles d’escalade grâce à notre concept.

Les grandes villes sont bientôt toutes équipées de grandes salle d’escalade, Climb Up se développera alors en reprenant des salles existantes et en leur permettant de s’améliorer encore.

– On a entendu parlé d’une prochaine ouverture de salle entre Aix et Marseille, tu peux nous en dire plus sur le projet? Y’aura-t-il des nouveautés? L’ouverture est prévue pour quelle date?

Climb Up Aix va ouvrir le 2 avril 2015 avec une inauguration ouverte à tous. Ce sera la deuxième plus grande salle d’escalade de France…derrière Le Mur de Lyon. La salle est construite sur le village Décathlon de Bouc Bel Air et sera un condensé de savoir-faire, fruit de 20 ans d’expérience à la gestion de salles d’escalade.

La salle fera plus de 2000m² de surface grimpable avec des voies de 9 à 12 mètres de haut, du bloc, un espace enfant, un parcours aventure et surtout un Fun Climbing avec une trentaine d’ateliers ludiques et novateurs pour les enfants et les grands…

Pour encadrer et manager, Climb Up pourra compter sur une équipe d’une dizaine de salariés dont les meilleurs grimpeurs français en escalade…

– D’autres projets en cours à moyen ou long terme?

Nous allons ouvrir une nouvelle salle de bloc cet été sur Lyon, ce sera l’une des plus grande de France. Pour encore mieux réussir ce beau projet, nous nous sommes associés avec Arkose qui cartonne sur Paris.

Sinon,nous venons effectivement de signer pour acheter un terrain sur Bordeaux afin d’ouvrir une très grande salle d’escalade qui fera la part belle au bloc, au Fun-Climbing et bien sûr avec des voies pour les champions et la pédagogie des plus petits.

Un autre très grand projet est en discussion sur la région parisienne, mais pour l’instant rien n’est encore signé.

Publié le : 04 février 2015 par Charles Loury vues

# Actualités PGInterviews

françois petit