Le contenu

Interview croisée: Laura Michelard, Julia Chanourdie et Thomas Joannes

Nous sommes allés à la rencontre des 3 espoirs français qui montent sur le podium des championnats de France seniors 2012.

– Tout d’abord, un premier podium au championnat de France senior, qu’est-ce qu’on ressent? Vous y pensiez? Vous réalisez maintenant?

Julia: Je ne pensais pas du tout être sur le podium sachant que je n’étais déjà pas sûre d’aller en finale. J’étais vraiment très contente, j’ai mis du temps à comprendre que j’étais 3ème des championnats de France séniors ! Et que je suis qualifiée pour Bercy !

Laura: le podium au championnat de france senior c’est incroyable ! Je suis fiere d’y etre arrivée mais c’est vrai que je realise pas vraiment.par contre Ca m’a procuré une motivation en plus, et de la confiance en moi-meme. Je n’y pensais vraiment pas ! J’etais vraiment surprise, c’etait mom objectif mais je me disais que ca serait super difficil et quasiment improbable.

Thomas:
Je suis super heureux, je ne pensais atteindre un tel résultat. Dans cette compétition mon objectif était d’accéder à la finale. Une 3ème place c’est que du bonheur en plus. Je pense que je réaliserai vraiment quand je serai dans l’ambiance des premières étapes de coupe du monde.

 


Thomas en finale

 

– Faites nous un peu revivre ce we à Arnas de votre point de vue.

Julia: Je suis arrivée sur cette compétition sans objectifs, juste pour me tester chez les grands. Les 2 premières voies de qualifications se sont super bien passées (je m’attendais à avoir des voies plus dures).
Le lendemain j’étais quand même un peu stressée pour la demi-finale, même si je n’avais pas d’objectifs, j’espérais rentrer en finale. Dans cette voie de demi-finale, j’ai très bien grimpé tout le long mais j’ai explosé d’un coup. Je m’attendais à ce que beaucoup de filles me passent devant et que je n’aille pas en finale. Mais bonne surprise, je me qualifie 6ème ex-aequo.
Dans l’isolement pour la finale, je me sentais toute molle et fatiguée, c’est juste après la lecture de la voie que je me suis reboustée car j’avais très envie de grimper dans cette voie. En arrivant au pied du mur, j’avais le sourire, je me suis battue jusqu’au bout et dans tous les cas, peu importe la place que je faisais, j’aurais été contente. Lorsque j’ai vu Hélène se faire arrêter à cause de son oubli de dégaine, j’étais super triste pour elle car je savais qu’elle aurait pu sortir cette voie. Mais quand j’ai su que j’étais 3ème je n’y croyais pas, c’est génial ce qu’il m’est arrivé et je suis très heureuse !

Laura: les qualification n’etaient pas tres dures donc la journée du samedi s’est bien passée. Le samedi pour les demis, c’etait vraiment la que la compétition commencait ! J’étais a fond en iso ! La voie avait l’air vraiment cool et pas mutante. En rentrant de la lecture j’etais impatiente de grimper. Et quand vient mon tour de grimper j’ai la tete vide, je ne penses a rien sinon a sortir ma voie. Malheureusement j’hesites au niveau de la derniere degaine (« je la clippe, je la clippe pas ? ») Ca me fait perdre de l’energie et je tombe sur l’avant derniere prise. J’etais decue parce que j’avais envie de sortir la voie. Je suis 3eme au classement provisoire a la suite de cette demi. Je commence a me rendre compte que le podium est possible, mais j’en fait pas un fromage et je reste dans ma compete. Dans l’iso pour la finale je commence a ressentir la fatigue et ca m’inquiete un peu. Mais la lecture arrive et je tombe amoureuse de la voie ! J’ai envie de grimper et ca me met la patate. Dans ma voie de finale je suis concentrée et décontractée. Pareil qu’en demi, j’ai envie de sortir la voie. Je me laisse aller jusqu’en haut de la voie… Le publique me porte et m’enmene jusqu’au bac final. Je me suis vraiment libérée dans cette voie, j’etais dans ma bulle. Arrivée au bac final, je clippe le relais et je n’en reviens pas. Quand je traverse le publique pour rejoindre ma soeur, tout le monde me felicite , j’en ai les larmes aux yeux. C’est magique ce qui s’est passé dans cette finale. Quelques minutes après je me rend compte que je suis sure de faire un podium, et la je suis super heureuse ! C’etait incroyable !

Thomas: J’arrive sur la compétition en me sentant bien préparé et assez confiant.Les voies de qualif sont bien ouvertes , je passe dans les premiers et je ne rencontre pas de difficultés en sortant les 2 voies. La voie de 1/2 finale me paraît dure( surtout le début) mais faisable. Après 1h30 d’attente, c’est enfin à moi.Je m’élance. je passe plus facilement les premiers mouv que prévu , je me sens à l’aise. Je chute finalement à l’avant dernier mouv après m’être un peu trop précipité! Je suis satisfait car j’ai atteint mon objectif: la finale en me plaçant 4ème des 1/2.
A la lecture de la voie de finale, je suis vraiment étonné par sa longueur; elle traverse la moitié du mur et zizague dans tous les sens. Je reviens à l’isolement en n’ayant mal mémorisé la voie…. A l’isolement j’ai envie que le temps s’accélère, être vite dans l’action…. c’est à mon tour, je fonce, je n’ai rien à perdre. Les premiers mouvements passent plutôt bien, j’arrive au repos total, content de lâcher les 2 mains. Bien que je sois très concentré, j’entends les encouragements du public ce qui me booste encore plus. Je tombe quelques mètres plus haut avec le sentiment d’avoir donner le maximum.Je sais que j’ai bien grimpé mais je ne sais pas encore que je serai sur le podium. Finalement je suis 3ème, super content de mon classement.


Julia en finale

 

– Si vous ne deviez retenir qu’un seul moment de la compétition, ce serait lequel?

Julia: Mon meilleur moment : c’est lorsque je suis redescendue de ma voie de finale. Je suis très contente d’avoir pu me battre comme ça dans une voie de compète.

Laura: Le moment que je retiendrais c’est le celui ou j’ai clippé le relais de la voie de finale. Je n’y croyais pas, je me suis laissée envahir par l’emotion. C’etait magique.

Thomas: Mon meilleur moment: quand je suis redescendu de la voie de finale.

– Ces championnats de France étaient-ils un objectif pour votre saison ou juste une compétition préparatoire pour les futures échéances chez les espoirs?


Julia: Ces championnats de France n’étaient pas du tout un objectif, je voulais juste me tester dans ces voies de séniors.

Laura: Je ne saurais pas dire si c’etait un objectif ou non… J’esperais y faire un truc bien, mais je n’avais pas d’obectif en soit. Je voulais juste donner le meilleur de moi-meme parce que je ne savais pas trop ce que je valais par rapport aux autres. Après un break de 3 mois, j’ai repris l’entrainement depuis 3 mois. J’ai progréssé vite mais je ne me sentais pas assez forte pour perfer en senior. J’ai participé a deux stages senior cette année mais je ne me voyais pas en equipe, pour moi je n’avais pas le niveau. Ca a été une belle surprise.

Thomas: Pas vraiment, c’était plus une compétition préparatoire mais je m’étais bien entrainé. Pour emmagasiner de la confiance, rien de mieux qu’une belle performance comme celle là.

– Vous voila maintenant propulsés en équipe de France senior, et vous aurez la chance de grimper à Bercy… comment imaginez vous la suite de votre saison désormais?

Julia: J’ai toujours le même objectif chez les jeunes (de gagner les championnats du monde). Chez les séniors je vais faire un stage équipe de France à Oloron puis la coupe du monde à Chamonix, Bercy et peut-être Briançon.

Laura: Du coup ma saison va changer par rapport a ce que j’avais prevu. Je vais me caler sur le saison senior, parce que c’est ce qui me motive le plus et qui me fait plus progresser que les jeunes. Jusqu’a Bercy, je ne vais participer qu’a une coupe d’europe jeune, et au championnat du monde jeune, pour laisser place a 3 nouveaux stages seniors et 3 coupes du monde, plus le championnat du monde.

Thomas: Je vais d’abord faire le maximum pour me qualifier au championnat du monde jeune( qui reste un objectif majeur pour moi), puis me préparer au mieux pour Bercy et les 1ères coupes du monde.


Laura en finale

 

– En dehors des compétitions le grand public ne vous connait pas vraiment, présentez vous en quelques mots!

Julia: Je suis en seconde, j’ai 15 ans, je fais de l’escalade depuis toute petite grâce à mes parents qui tenaient une salle de bloc. Mon père est mon entraîneur. J’ai aussi fait de l’athlétisme jusqu’à l’âge de 13 ans, j’étais bien partie dans le sprint mais j’ai du faire un choix en 4ème parce que ça devenait trop dur à gérer avec l’escalade. Je fais beaucoup de falaise, j’adore ça ! Je ne me vois pas faire que de la résine. C’est important d’allier les 2, j’éprouve d’autres sensations en falaise, c’est un vrai plaisir pour moi.

Laura: J’ai 18 ans, je suis ètudiante a Grenoble ce qui me permet de m’entrainer sur l’ancien creps de voiron avec Sylvain Chapelle. Je suis bien entourée la bas avec des jeunes athlètes motivés et motivants qui font d’autres disciplines que moi et c’est enrichissant !
Je grimpe depuis l’age de 7 ans, j’ai commencé dans mon petit club romanais, qui m’a transmis la passion de l’escalade et qui m’a appris a grimper dans une ambiance familiale.
J’ai toujours aimé la compétition, ca a toujours été le meilleure moyen de me depasser. Mais je trouve important de se considérer comme seule adversaire et ne pas gacher l’amitié au nom de la compétition.
Voilà, pour moi l’escalade c’est une famille. Je n’ai jamais su m’entrainer toute seule.

Thomas: J’ai 17ans, je suis en 1ere S, j’ai commencé l’escalade à l’âge de 11 ans après avoir été passionné de judo. L’escalade m’apporte un challenge toujours renouvelé car rien n’est jamais acquis. J’aime bien avoir des objectifs et la compétition me convient bien . J’aime aussi beaucoup me faire plaisir en falaise avec les copains . Contrairement au judo l’escalade à un côté beaucoup plus sain et plus cool avec des relations aux autres toujours sympa . La vrai compétition c’est d’abord avec moi même avant d’être avec les autres.

– Un dernier mot à ajouter?


Julia: Je tiens à remercier Béal, La Sportiva, Petzl, Planetgrimpe et Bloc Trotters qui m’aident à avancer et qui me font confiance.

Laura: Mon dernier mot sera pour mes sponsors. Je remercie Beal qui m’accorde leur confiance depuis quelques années maintenant, ainsi que Planetgrimpe pour conserver l’esprit famille de notre sport et aussi pour avoir mis a notre disposition des blogs. Merci a Picture et a Petzl, de me supporter dans ma pratique sportive.

Thomas: Je remercie Beal mon sponsor qui me suis depuis plusieurs années. Je remercie aussi mon entraineur Marc IVORRA et ma famille toujours présente pour m’aider à pratiquer mon sport.

Publié le : 10 juin 2012 par Charles Loury vues

Interviews

interviewthomas joannes