Le contenu

Equipe de France: seulement 2 françaises nous représenteront à Vail…

La sélection officielle vient de tomber. Seules Mélissa Le Neve et Charlotte Durif seront présentes sur la coupe du monde de bloc de Vail, aucun garçon. L’explication est « naturelle » : les critères de sélections. Seuls les grimpeurs à avoir fait un podium sur une étape précédente peuvent prétendre aller défendre la France à Vail : Mélissa Le Neve, logique donc. Quant à Charlotte Durif, elle est sélectionnée pour « Préparation au championnat du monde combiné 2016 », rien d’illogique la dedans non plus ! 

Cependant, à ce petit jeu, on pourrait bientôt finir sans aucun français sur les coupes du monde… D’ailleurs, heureusement que toutes les nations ne fonctionnent pas de la sorte sinon nous n’aurions pas beaucoup d’engagés sur les différentes étapes! 

Mais alors Pourquoi ce critère ultra restrictif  « faire un podium sur une étape précédente pour participer à Vail » ? Et surtout, quel est l’intérêt de tout ça ?

A quelques mois des championnats du monde de Bercy, les grimpeurs français n’ont-ils pas besoin de participer à des coupes du monde, d’accumuler un capital confiance, besoin de se confronter aux autres ? Pourquoi les  bloqueurs de l’équipe de France n’ont-ils pas le droit à une « Préparation au championnat du monde de bloc » ?

Si on en croit les critères de sélection, ils ne sont visiblement pas assez forts. Ils n’ont plus beaucoup de chance de monter sur le podium du général, donc à quoi bon les emmener ? Alors réel problème de niveau? Problème de budget ? Problème d’élitisme instauré par la FFME?

Bon, les autres nations ça donne quoi ?

Voici le nombre d’engagés pour la coupe du monde de Vail :

  • Autriche : 6 grimpeurs
  • Grande Bretagne : 5 grimpeurs (pourquoi n’emmènent-ils pas uniquement Shauna Coxsey…?)
  • Allemagne : 5 grimpeurs

Mais la cerise sur le gâteau nous vient du Japon tout de même…

Comment expliquer que le Japon se déplace à 10 grimpeurs sur les étapes de coupes du monde en Europe ou aux Etats Unis? Ont-ils plus de moyens que nous? Où ont-ils une autre vision du haut niveau? Rappelons tout de même que la fédération japonaise pourrait se contenter de quelques grimpeurs surpuissants qui montent sur les podiums régulièrement. Mais non, les quotas sont remplis, et même celui qui termine 40ème fait partie du voyage. 

Au final, beaucoup de questions … Nous avons contacté la FFME, bien sûr, et on attend ses réponses.

Affaire à suivre donc

Publié le : 03 juin 2016 par Charles Loury vues

# Actualités PG# Univers compétition