Le contenu

Existe-t-il une autre méthode pour passer le crux de « Silence » 9c ?

C’est la question que s’est posée Pete Whittaker. Ce célèbre grimpeur spécialiste de l’escalade de fissure était convaincu au fond de lui qu’il était possible de passer le crux de « Silence » d’une manière plus conventionnelle que la lolotte extrême qu’effectuait Adam Ondra.

Pour rappel, « Silence » est le premier 9c de l’Histoire, libéré en 2017 par Adam Ondra. Située à Flatanger en Norvège, la voie est entrecoupée par trois crux. Le premier, le plus dur, équivaut à lui seul à un 8C bloc selon le tchèque. Pour cause, il faut se retourner complètement au beau milieu du toit, envoyer les pieds au-dessus de sa tête, coincer ses deux contrepointes dans une fissure étroite, avant de pivoter totalement autour de son genou gauche pour se redresser. Du moins, c’est la méthode qu’a utilisée Adam, après des heures et des heures de travail, passé suspendu au bout de la corde.

Voici le passage en images, effectué par Adam Ondra:

 

En voyant cette fissure, Pete Whittaker a eu envie d’aller y poser les doigts. Sans prétention d’enchaîner la voie dans son intégralité, uniquement par amour pour ce style d’escalade.


Lire aussi |  « Silence », l’histoire du premier 9c au monde, raconté par Adam Ondra !


Il faut dire que le britannique est un spécialiste en la matière. Considéré comme l’un des meilleurs grimpeurs de fissure au monde, Pete adore repousser ses limites à travers ses ascensions, toutes plus extrêmes les unes que les autres. On lui doit d’ailleurs « Century Crack » 8c, l’offwidth la plus dure du monde (les offwidht sont des fissures très larges), ou encore « Recovery Drink » 8c+, considérée comme la fissure la plus dure du monde. Compagnon de cordée de Tom Randall, les deux hommes, surnommés les Wide Boyz, sillonnent le monde à la recherche des plus belles fissures et partagent dans la joie et la bonne humeur leur passion pour ce style d’escalade si particulier.

Direction la Norvège donc pour Pete Whittaker, dans l’optique de se frotter uniquement au crux n°1 de « Silence ». Existe-t-il une autre méthode que la lolotte spectaculaire qu’effectue Adam Ondra pour passer cette fissure ?

Découvrez-le dans la vidéo ci-dessous:

Note de Pete Whittaker

Je tiens à préciser quelques points dès le début 🙂

Je n’ai jamais commencé la fissure par « en dessous de la fissure », donc je n’ai aucune idée si la séquence que j’ai utilisé fonctionnerait en commençant depuis le bas. Oui, vous pouvez mettre vos mains et vos pieds dans les positions dans lesquelles je les avais, mais je ne sais pas si vous pouvez vous mettre dans ces positions suffisamment bien pour vous permettre d’exécuter la séquence juste au-dessus.

La méthode que j’ai utilisée n’était pas simple, elle impliquait un coincement fin et technique des pieds et des mains. Sécuritaire, mais technique et difficile, tels sont les mots que j’utilise pour la décrire.

J’espère qu’il s’agit d’une méthode alternative que quelqu’un d’assez fort pour enchaîner cette voie peut utiliser efficacement et trouver utile pour une future ascension.

Avant de diffuser cette vidéo, Pete Whittaker a tenu à la présenter en avant-première à Adam Ondra en personne. Le tchèque a tenu à commenter cela.

Note d’Adam Ondra

J’ai vraiment apprécié cette vidéo et j’attendais avec impatience le moment où Pete ou Tom allaient enfin se rendre dans la voie. Enchaîner le crux (même s’il y a des mouvements intrinsèquement plus durs en bas) consistait à coincer mon pied gauche correctement, tout en étant super étendu en tenant le trou plat avec la main droite en bas, et ensuite à saisir les prises juste en dessous de mon coincement de pied. À partir de là, tout était question de cette grosse lolotte, qui fait de la « section en fissure » un unique mouvement, au lieu de coincements plus techniques qui impliquaient plus de mouvements.

Je me mettais souvent dans la position de départ de Pete, avec mon pied qui glissait à moitié et il n’y avait pas moyen d’engager la lolotte, car je me retrouvais pendu dans les airs avant même d’avoir pu commencer à tourner autour de mon genou.

En même temps, si le coincement de mon pied adhérait parfaitement, je ne tombais plus en effectuant la lolotte. Donc je ne pense pas que la nouvelle méthode de coincement m’aiderait, car il faut toujours que le coincement de pied soit au bon endroit pour pouvoir ensuite déplacer les pieds plus haut.

De mon point de vue, je suppose que la nouvelle méthode pourrait présenter le même niveau de difficulté pour moi (je suis tout à fait d’accord que j’ai encore beaucoup à apprendre sur ce style d’escalade que sont les fissures), mais cette nouvelle version méthode exige de porter des chaussons plats aux deux pieds (au lieu d’un chausson souple et cambré à mon pied droit), ce qui rendrait certainement les autres sections de la voie plus difficiles pour moi.

La bonne nouvelle, c’est que la voie est possible sans se déboîter le genou, ce qui la rend bien meilleure !

Publié le : 25 août 2020 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers Falaise

silence