Le contenu

Mejdi Schalck répète le mythique « Off the Wagon » 8B+ et nous raconte !

© Vladek Zumr

Notre jeune espoir français Mejdi Schalck est venu à bout de l’un des blocs les plus iconiques de la planète : « Off the Wagon » 8B+, dans le Val Bavona, en Suisse. Il nous raconte ce qu’il qualifie comme « son meilleur moment de grimpe en extérieur ».

« Comment j’ai fait ?!  Comment j’ai fait ?! », s’écrie Mejdi Schalck, alors qu’il est encore dans le bloc. Mais rien ne peut le faire tomber maintenant. Le jeune français de 18 ans, vainqueur de sa toute première Coupe du Monde de bloc plus tôt cette année, vient de passer le crux de l’emblématique « Off the Wagon » l’un des 8B+ bloc les plus célèbres de la planète. Comme si la gravité n’existait plus, il court vers le sommet, toujours aussi incrédule. « Mais comment j’ai fait ? » se répète-t-il de nouveau, ne réussissant pas à prendre conscience de sa performance.

Redescendu sur terre, Mejdi Schalck a pris le temps de répondre à sa propre question et nous raconte les coulisses de cette performance. « Je tenais vraiment à répéter ce bloc, tout simplement parce qu’il fait partie des blocs majeurs du monde », explique-t-il.

Il faut dire que les mouvements en no-foot que propose cette ligne sont très spectaculaires. Au moment de son ascension du bloc en 2019, l’Américain Daniel Woods, l’un des bloqueurs les plus expérimenté de tous les temps, avait déclaré qu’il s’agissait de « l’une des séquences de mouvements les plus incroyables » qu’il n’avait jamais vus et du « jeté le plus technique » qu’il n’avait jamais fait.

Après avoir vu des dizaines de vidéos qui ne cessaient d’attiser la curiosité de Mejdi, il se décidait l’année dernière à faire un aller-retour express en Suisse, le temps d’un week-end, pour enfin mettre les doigts dans ce bloc. « J’ai réussi à faire le premier mouvement une fois, mais j’étais encore un peu trop limite pour faire la suite », analyse le jeune compétiteur.

© Vladek Zumr

Une année plus tard (et une première médaille d’or en Coupe du Monde à son actif), Mejdi décide de revenir au pied de ce bloc, se sachant bien plus fort que la saison précédente : « Je savais que cette fois, ça pouvait faire« . Il décide d’y retourner une première fois pour recaler tous les mouvements et s’approprier les méthodes. « J’ai d’ailleurs changé une méthode de pied (j’ai redescendu mon pied droit sur la bonne marche assez basse), ce qui rendait le premier mouv un poil plus dynamique, mais ça me convenait vraiment mieux », explique-t-il.

Au niveau du jeté, le mouvement si particulier dont parlait Daniel Woods, Mejdi raconte : « J’ai vite compris que je devais directement arriver la main armée avec les quatre doigts en arquée et le pouce sur la prise, c’était plus facile de faire le premier mouv, et beaucoup mieux pour le twist qui suivait ». Une fois les méthodes bien calées, le Français s’oblige à prendre deux jours de repos, afin d’arriver le plus frais possible physiquement et nerveusement au pied du bloc. « J’ai tout de suite senti la différence et à chaque essai, j’étais à rien de faire le premier mouvement », poursuit-il.

Lors de son cinquième essai de la journée, Mejdi parvient enfin à réaliser le premier mouvement, mais il tarde un peu à recoller ses pieds contre le mur, et tombe dans le croisé. « Je savais que dans la séance, j’étais limité à 10 ou 15 runs grand maximum. Au bout du dixième essai de la journée, je ne parvenais toujours pas à refaire le premier mouvement, mais je ne me sentais pas encore complètement lessivé », déclare-t-il, en repensant à ses essais infructueux.

Il décide alors de faire une pause pendant une demi-heure, pour souffler et se recentrer. Puis, il s’élance alors pour un nouvel essai. Cette fois, tout semblait parfait : Mejdi réussit le premier mouvement, sa main se posant exactement à l’endroit de la préhension. Ni une ni deux, il enclenche le mouvement de croisé. Son biceps ne faiblit pas et une nouvelle fois, ses doigts arrivent pile sur la prise. À ce moment là, Mejdi savait que le tour était joué. « J’étais super content et à la fois surpris d’avoir réussi », note-t-il. « Répéter un bloc majeur, qui me faisait rêver depuis longtemps, ça fait rêver ! Ça donne envie de devenir encore plus fort et d’en faire plein d’autres ! ».

Le Français compte bien revenir dès la saison prochaine pour essayer la version basse de ce bloc, qui vaut 8C+. Mais pour l’instant, retour à l’entraînement, afin de préparer la saison de compétition qui arrive à grands pas.

© Vanessa Winter

Pourquoi « Off the Wagon » est-il l’un des blocs les plus iconiques au monde ?

En 2005, l’un des meilleurs bloqueurs de l’Histoire, Dave Graham, décidait de s’installer dans le Tessin, en Suisse, attiré par le potentiel inépuisable de blocs durs. « Le nombre de projets est énorme ici. Pour moi, c’est le royaume du futur », s’exclamait-il à l’époque. Ses premiers essais dans des blocs durs ont été filmés et présentés dans le documentaire Dosage III de Sender’s Film. Le film comprenait un court clip de l’Américain travaillant sur un bloc surplombant de 50° qui débutait par un départ sauté depuis une vieille remorque qui semblait abandonnée depuis des années au pied du rocher.

Un an plus tard, l’équipe de production Sender’s Film retourne au Tessin pour tourner Dosage IV, qui incluait cette fois des images de Chris Sharma dans ce même bloc. Le documentaire montre Sharma commençant à déchiffrer les méthodes, notamment un mouvement tout particulier qui consiste à effectuer un puissant croisé en no-foot. Bien qu’il ne réussira pas à signer une première ascension de ce bloc, sa méthode non-conventionnelle pour l’époque ouvrira la voie à de nombreux forts grimpeurs, qui tenteront ce bloc en utilisant la méthode en no-foot pensée par l’Américain. Pourtant, tous se font renvoyer au tapis face à la difficulté extrême de ce court passage.

Intrigué par ce bloc, le Finlandais Nalle Hukkataival commence lui aussi à le travailler, dès l’été 2006. Malheureusement, saison après saison, il est obligé de quitter la Suisse sans avoir réussi à dompter ce passage. Les années se succèdent et le bloc reste sans ascension pendant plus de six ans. Mais en novembre 2012, Nalle retourne dans le Val Bavona avec la ferme intention de réaliser la première ascension de ce projet de longue date, devenu son ennemi juré. Sa détermination l’emportera et le 21 novembre de cette même année, il réussira à vaincre tous les mouvements de ce passage et à se rétablir au sommet du bloc. Après avoir réussi la première ascension de ce bloc notoire, Nalle l’a nommé « Off the Wagon », et a suggéré la cotation de 8C.

Mais alors que ce bloc était resté à l’état de projet pendant des années, il ne faudra attendre que deux jours pour qu’il soit enchaîné une seconde fois, par l’Allemand Jan Hojer. Comme beaucoup de bloqueurs de haut niveau, Hojer ne pensait pas réussir un jour « Off the Wagon », comme il l’avait déclaré : « Je n’osais même pas rêver de ce bloc lorsque je l’ai vu dans le documentaire Dosage pour la première fois ». Mais inspiré par la récente ascension de Nalle, Jan a commencé à l’essayer et il est rapidement devenu évident qu’une répétition était possible. Après une vingtaine d’essais répartis sur deux sessions, Hojer a réussi à enchaîner le mouvement crux et a remporté la première répétition de cette ligne. Bien que ce passage soit difficile, il a suggéré une cotation personnelle de 8B+.

Ce bloc a de nouveau évolué en 2018, quand Shawn Raboutou et Giuliano Cameroni ont découvert la possibilité d’un départ bas. Ils ont remarqué une prise de départ un peu plus bas et ont commencé à plaisanter sur l’ajout d’un départ assis depuis la vieille remorque. Ils ne savaient même pas si cette extension du bas était possible, jusqu’à ce que Raboutou réussisse le mouvement, puis finisse par signer la première ascension de ce départ bas d' »Off the Wagon » le 27 novembre 2018. Il a suggéré la cotation de 8C+, ce qui en fait l’un des blocs les plus durs de Suisse et du monde.

Depuis l’ascension de Shawn, d’autres grimpeurs de classe mondiale ont revendiqué une ascension du départ assis. Certains, comme Daniel Woods et Jimmy Webb, optent pour un départ assis sur le chariot, d’autres comme Sergei Topishko ou Giuliano Cameroni, déplacent le chariot et partent debout depuis le sol. Qu’ils optent pour le départ bas ou le départ assis depuis la remorque, les prises de départ restent les mêmes.

Mais en janvier 2022, Sergei Topishko a tenté un départ assis depuis le sol cette fois, ajoutant deux mouvements supplémentaires au bloc. Bien qu’il n’ait pas été en mesure d’enchaîner cette nouvelle séquence, il s’agit sans aucun doute de la prochaine progression de ce bloc, devenu iconique à travers le monde.

La vidéo de Mejdi lors de son ascension dans « Off the Wagon » 8B+ :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mejdi Schalck (@mejdi_schalck)

Publié le : 10 novembre 2022 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers Falaisecroix en falaise

mejdi schalck