Le contenu

Événement: Grimpeuses 2021, J-7

© Stéphanie Buche

Si l’édition de Paris a du être annulée, ce n’est pas le cas pour La Capelle! Il y a un peu moins d’inscrites que les années précédentes, étant donné la situation, et pourtant le plateau est alléchant… alors n’hésitez pas!

Vous retrouverez comme speakeauses: 

  • Anak Verhoeven, très forte falaisiste,
  • Caroline Sinno, Bleusarde d’exception, ouvreuse, et une fille qui a clairement choisi de faire de la grimpe sa vie!

Et en coaches illustres:

Florence Pinet qui revient juste de maternité, Marion Poitevin, Camille Pouget, Caroline Ciavaldini, mais aussi Coralie Havas, qui travaille pour Outside.fr et est l’organisatrice de l’évènement, Maëlle Olive et Fanny Girard. L’événement accueillera également Sandra BERGER, la secrétaire générale de la FFME! Cette année, la FFME fait un beau cadeau à toutes les licenciées d’occitanie, en leur offrant 50% de l’inscription!

Caroline Ciavaldini nous explique un peu l’événement:

Nous nous appuyons et nous inspirons directement d’un événement créé par la championne du monde, Shauna Coxsey, au Royaume Uni, et développé depuis maintenant 8 ans. Il y a actuellement plus d’hommes que de femmes adultes licenciés à la FFME et ce chiffre n’a pas raison d’être.

Certaines grimpeuses débutantes se sentent mal à l’aise, n’arrivent pas à s’exprimer physiquement en présence d’hommes, nous leur proposons donc un environnement dans lequel, pour une journée, elles peuvent se sentir en confiance.

Les jeunes filles et femmes ont besoin de pouvoir s’identifier à des modèles qui leur ressemblent, voilà pourquoi nos orateurs sont des oratrices.

« Il y a encore 2 ans je ne voyais pas l’intérêt d’une telle manifestation, pour la très simple raison que je ne me sentais pas le moins du monde « différente », ou oppressée… Mais j’ai eu la chance de participer à l’une de ces manifestations, surtout parce qu’on m’avait proposé de faire une présentation payée, et à la fin de la journée, j’ai vu des nanas qui avaient plus que jamais envie de grimper, de s’exprimer, bref, une influence positive.

L’affaire est assez subtile, mais on se rend compte que souvent (je n’ai pas dit tout le temps, bien sûr), la fille est une suiveuse, elle n’ose pas prendre les devants, elle ne choisit pas le secteur, elle se contente d’apprécier. Ce qui est super, mais… choisir sa falaise, sa voie, monter les paires au fesses, se faire peur, surmonter sa peur, échouer pour finalement réussir son projet personnel, c’est quand même fabuleux non?

Alors voilà, si l’on devait résumer en quelques mots, l’idée est finalement de pousser les filles à réellement s’impliquer dans leur grimpe, à prendre acte de leurs souhaits, envies et peurs, et finalement à progresser en tant que grimpeuses, et en tant que personnes. La journée n’est pas contre le sexe masculin, pas du tout, mais «mettre les hommes de coté » pour une petite journée va forcer les femmes à sortir de leur zone de confort, à se demander: « et moi, de quoi j’ai envie? ».

​Voilà le lien pour prendre les derniers billets: https://www.grimpeuses.com/lacapelle

Publié le : 06 septembre 2021 par Charles Loury vues

# Actualités PG