Le contenu

Crise sanitaire et confinement: quel impact pour un réseau de salle comme Vertical’Art ?

© Guillaume Pellion

Alors que les salles d’escalade subissent de plein fouet ce 2ème confinement avec une fermeture administrative des lieux de pratique, nous sommes allés à la rencontre du PDG de Vertical’Art, Lawrence Chapelier, qui nous en dit un peu plus sur l’impact de cette crise sanitaire sur une entreprise comme VA, et sur le sport en général. 


Après une première vague du COVID ce printemps, et une seconde à l’heure actuelle, qu’implique ce second confinement pour une entreprise comme VA aujourd’hui ? 

Une grande capacité d’adaptation, et compter intelligemment pour passer le cap et poursuivre le développement en cours. Nous estimons une perte de chiffre d’affaire de l’ordre de 30% jusqu’à septembre 2021. Pas simple donc mais nous nous donnons les moyens de poursuivre.

J’imagine que les effets négatifs de cette crise vont perdurer dans le temps et qu’il y aura des conséquences à moyen et long terme pour VA ? 

Oui cela risque de perdurer. Je ne pense pas que la dynamique de l’escalade sera remise en cause sur le moyen/long terme mais nous risquons d’en souffrir jusqu’à septembre prochain le temps que les grimpeurs reprennent le chemin des salles d’escalade et retrouvent leurs habitudes sportives. Après le premier confinement nos clients étaient au rendez-vous, cela nous permet de rester optimiste sur cette reprise en janvier. Imaginer un retour à la normale immédiatement après la réouverture me parait peu probable. Un chiffre d’affaire amputé d’une partie de ses recettes est à prévoir pendant encore plusieurs mois. Les conséquences sont principalement un ralentissement pour nous. Cette crise tombe à un moment où le groupe est solide. Nous comptons comme tout le monde mais passerons le cap et poursuivons activement notre développement.

Lawrence Chapelier (PDG de Vertical’Art)

As-tu des chiffres concernant les contaminations COVID-19 liées à la pratique de l’escalade en salle ?

Oui. Nous faisons partie de l’UDSE Union des Salles d’Escalade et sommes capables de sortir des statistiques précises. Je n’ai pas tous les chiffres de toutes les salles d’escalade en tête mais pour ce qui est de Vertical’Art nous n’avons recensé que deux cas de Covid depuis le début de cette crise sur l’ensemble du groupe et ces chiffres sont sensiblement les mêmes pour toutes les salles et groupes en France. Les protocoles qui ont été mis en place nous ont permis de maintenir une sécurité optimale pour nos équipes et grimpeurs. Au travers de l’UDSE et en accord avec l’ensemble de la filière les protocoles avaient été renforcés. Le VA Squad s’est démené chaque jour pour cela d’où notre incompréhension lors de cette deuxième fermeture. Nos établissements ne sont pas des vecteurs du Covid c’est une certitude et le sport d’une façon générale ne l’est pas non plus.

Quels sont les arguments pour une réouverture rapide des salles d’escalade ?

L’ensemble de la filière s’est concerté, a mis en place des protocoles renforcés afin de garantir une grimpe en toute sécurité. Distanciation, gel, marquage, sensibilisation, port du masque en toute circonstance dans les salles même en situation de grimpe, généralisation de la magnésie liquide, limitation … Nous sommes capables de créer des espaces très sécuritaires face à la crise, je ne sais pas comment nous pourrions avoir plus d’arguments… Outre le fait que les chiffres parlent d’eux-mêmes et que les cas Covid sont quasi inexistant dans nos structures, ces fermetures/ouvertures vont avoir des effets désastreux pour beaucoup. Le sport reste un moyen efficace de renforcer nos défenses immunitaires. La communication néfaste qui a été faite sur le sport est insensée.

Comment gères-tu la crise ? Reçois-tu des aides de l’état ? Comment t’en sors-tu financièrement ? Qu’en est-il des employés ?  

Bien que nous ne comprenions pas les choix qui ont été faits par le gouvernement notamment l’image délétère qu’ils ont donné au sport d’une façon générale, de nombreuses aides ont été adoptées. Nous avons notamment eu recours aux PGE et au chômage partiel. Vertical’Art compte 170 collaborateurs aujourd’hui et la grande majorité est en partiel jusqu’à la reprise. Seule une partie du siège continue de travailler sur le développement. La grande discussion de cette seconde fermeture tourne principalement autour des loyers qui pèsent très lourd. Sur le premier confinement les discussions avec nos différents bailleurs s’étaient plutôt bien passées avec des abandons de loyers sur les mois de fermeture. Cette seconde vague est plus compliquée. Un bailleur a aussi besoin d’encaisser et nous, nous devons préserver notre trésorerie pour passer la crise et poursuivre notre développement. Nous allons passer mais c’est financièrement compliqué comme pour tout le monde.

Le sport en salle en général ne risque-t-il pas de régresser au profit du sport outdoor, notamment pour les activités qui, comme l’escalade, se pratiquent à la fois en intérieur et en extérieur 

Jusqu’à la réouverture oui bien sûr mais je pense que le sport en salle a encore de beaux jours devant lui ! La reprise se fera par étapes c’est certain, nous souffrirons encore plusieurs mois après la réouverture, mais nos grimpeurs sont des passionnés et la salle fait partie intégrante de notre sport aujourd’hui. Grimpeur moi-même, l’exté ne se soustrait pas à l’indoor. Les deux sont complémentaires, donc non je suis optimiste sur le sujet. Nous recevons beaucoup de messages de soutien de la part de nos adhérents qui ont hâte de venir serrer de la prise ! Nous avions fait le choix de stopper tous les prélèvements et de proroger les abonnements, nous ne souffrons pas de désengagement massif jusque-là.

Ton avis sur l’escalade avec un masque ?

Désagréable mais faisable… Nous l’avons imposé à la suite de la première fermeture comme beaucoup d’autres groupes et salles d’escalade. Je ne peux pas dire que ce soit confortable ni optimal pendant la pratique mais cela faisait partie des protocoles renforcés qui avaient été mis en place. Les grimpeurs s’y étaient faits et cela renforçait un peu plus la sécurité  de tous en complément de la généralisation de la magnésie liquide. Il faut se dire que ce n’est qu’une période et que pour le bien commun c’est un effort acceptable afin de pouvoir ouvrir le plus vite possible.

Accueilles-tu malgré tous les sportifs de haut niveau et autres publics autorisés à pratiquer ? Est-ce rentable économiquement parlant d’ouvrir à une petite quantité de personnes ?  

Nous accueillons des athlètes sur rendez vous mais nous n’avons pas généralisé l’ouverture au public spécifique. Vertical’Art Toulon et Vertical’Art le Mans sont ouverts mais ce sont de jeunes salles qui peuvent se le permettre avec à leur tête des franchisés motivés et disponibles pour cela. Dans le cadre du groupe c’est plus difficile cela nécessite une masse salariale importante et nous ne trouvons pas l’équilibre financier. Il faut chauffer les salles, avoir au minima deux personnes tout au long de la journée afin de garantir une pratique sécurisée et encadrée, remettre en route un service de nettoyage…  C’est très coûteux. Déjà avec la limitation c’était compliqué mais avec un public spécifique ça n’a aucun sens économiquement parlant.

Plus globalement, quel est l’effet de cette crise sur le monde du sport? 

Désastreux. Je ne suis pas inquiet pour l’avenir du sport sur un moyen long terme mais sur le court terme beaucoup de petits exploitants risquent la cessation. Nous avons la chance d’avoir un groupe solide, nos ouvertures étaient bien « calées » avec cette crise mais pour d’autres un investissement engagé au mauvais moment, un bail signé quelques mois avant la crise, une trésorerie un peu courte peut avoir des répercussions terribles sur l’équilibre financier. Les effets court terme sont financiers, sur le long terme le sport retrouvera sa place et les sportifs retrouveront le chemin des salles j’en suis certain. Toute la question se pose sur notre capacité à tenir jusque-là.

Cette crise va-t-elle faire évoluer VA sur certains plans ?  

Nous avons fait de ce temps une opportunité pour avancer sur de nouveaux concepts Vertical’Art, de nouvelles façons de voir l’escalade en salle. Ce temps peut, malgré les circonstances, être bénéfique. Nous avons donc travaillé et avancé sur beaucoup de sujets que nous avons hâte de pouvoir vous présenter !

Un mot à ajouter ?  

Stay Calm and Go Climb… Soon!

Publié le : 04 décembre 2020 par Charles Loury vues

# Actualités PG# Univers SAEInterviews

vertical'art