Le contenu

Bercy 2012, des premières finales magistrales

Ca y est nous y sommes, le moment tant attendu est arrivé, les premières finales des championnats du monde seniors ont frappé. La salle est comble, et ça fait vraiment plaisir à voir. Le pari de la FFME est franchement bien réussi, chapeau. Des lumières au top, des blocs magnifiques, un son dément, une organisation millimétrée, des officiels en costard, bref on a sorti le grand jeu. Et même notre Christopher national est plus chic que jamais. Le ton est donné, le spectacle promet d’être grandiose.

On commence par la finale bloc messieurs. Les blocs sont parfaitement dosés par l’équipe d’ouvreurs. Variés, originaux, et suffisamment difficiles pour départager les grimpeurs tout en assurant le spectacle avec tous les blocs au top.

6 mutants se présentent à nous, Kilian Fischubber, Dimitry Sharafutdinov, Rustam Gelmanov, Sean McColl, Jan Hojer et Rei Sugimoto.

Le premier bloc est sorti par tous les grimpeurs, assez facilement. Etrangement, c’est le champion du monde en titre, le russe Sharafutdinov qui patauge le plus, avec 4 essais pour en venir à bout. Le 2ème bloc, tout en compression monte d’un niveau, et le russe sera cette fois impressionnant de puissance. Kilian et Sean en feront de même. C’est finalement le bloc 3 qui fera la différence, un bloc à sensation, que le russe parviendra à sortir, laissant derrière lui ses poursuivants, Sean et Kilian ne parvenant pas au top. L’autre russe de ces finales, Rustam, sortira également ce bloc 3. Le bloc 4, tout comme le bloc 1, sera sorti par tous les compétiteurs, à l’avantage de Dimitry, qui, avec 4 blocs au compteur, conserve son titre de champion du monde ! Avec 3 blocs au top, Kilian terminera 2ème, suivi de Rustam Gelmanov. 2 russes sur le podium, respect ! Et n’oublions pas de féliciter Sean McColl qui participe au 3 disciplines depuis mercredi. Avec la demi finale de difficulté le matin même où il se qualifiait pour la finale du dimanche, il parvient ce soir à atteindre une énorme 4ème place. Que dire de plus de ce monstre de puissance et d’endurance ?

 

Suite à cette première finale, nous accueillons la finale handisport déficient visuel. Pour résumer, humainement et sportivement très intense. 3 grimpeurs et leur guide se lancent à l’assaut d’une voie cotée 7c, dans un silence de cathédrale pour que les grimpeurs puissent entendre toutes les infirmations de leurs guides. Au final, c’est notre représentant français Nicolas Moineau qui montera le plus haut, et il se verra rattraper par son émotion une fois de retour au sol, sous un tonnerre d’applaudissement. Bercy aura été magique, grosse émotion.

Place à l’entracte avant d’accueillir les finalistes femmes de la difficulté. 8 grimpeuses au départ, qui peuvent toutes prétendre au titre tant convoité de championne du monde.

La française Charlotte Durif, est la première à s’élancer. Elle réalise un énorme run, prise de risque, gestion du temps, elle chute très haut dans la voie. Petite nouveauté pour l’occasion, la grimpeuse leader de la compétition se faisait accompagner jusqu’à un espace réservé, à la vue du public, sur un beau fauteuil sous le feu des projecteurs, et nous pouvions suivre ses réactions durant l’ascension des grimpeuses suivantes. L’idée est bonne, mais pas assez mis en valeur, dommage. Hélène Janicot s’élance, et n’engage pas sur un crux de milieu de voie où il fallait envoyer un mouvement dynamique, elle chutera prématurément. Evgenia Malamid ne fera pas mieux. C’est au tour de l’autrichienne Angela Eiter de  se présenter au pied du mur. Rappelons que cette année Angy a nettement ralenti les compétitions, et ne participe qu’à certains grands rendez-vous (Arco, coupe du monde à Imst, et Bercy), la retraite approche…! Comme à son habitude, Angela grimpe et se bat comme une lionne, elle donne tout jusqu’au bout, dépasse Charlotte et réalise plusieurs mouvements de plus, Bercy était en ébullition, les yeux rivés sur la performance de l’autrichienne ! Mais il reste quelques pointures de taille : sa compatriote Johanna Ernst, Kim Jain et Momoka Oda. La japonaise Momoka grimpe avec une fluidité incroyable, elle sera la seule à avaler le crux du milieu sans aucune difficulté, ni vu ni connu. Elle chutera sur le même mouvement que Charlotte mais son meilleur résultat en demi sera à son avantage. Johanna Ernst, qui avait été sacrée championne d’Europe à Bercy il y a 4 ans alors qu’elle n’avait que 16 ans, comptait bien réitérer l’exploit dans cette salle mythique. Posée et précise, elle enchaîne les mouvements les uns après les autres, pour arriver au crux final qui a déjà laissé Charlotte et Momoka sur le carreau. Elle hésite quelques secondes, et finit par tenter un blocage statique qui ne sera hélas pas suffisant. Elle prend tout de même la seconde place du provisoire grâce à une demi finale rondement menée. Kim Jain, dernière grimpeuse de la soirée, est très attendue. En l’absence de Mina Markovic (blessée au pouce), elle devient la grande favorite de l’épreuve. Toujours aussi féline, elle semble avoir la caisse malgré les demi finales de bloc du matin auxquelles elle participe (et elle se qualifie d’ailleurs au passage pour la finale de bloc…). Le premier crux sur le mouvement dynamique passe sans problème. Le crux du haut de voie passe également, mais elle chutera 2 mouvements plus haut ce qui ne suffira pas à inquiéter Angela Eiter. L’autrichienne devient donc pour la 4ème fois championne du monde (record jamais égalé), et ne pourra retenir ses larmes dans les bras successifs de toute son équipe. Encore une fois beaucoup d’émotions…

Pour clôturer cette première soirée de finale, place à la vitesse femme. Autant vous dire que c’était un peu un fiasco… Les starter qui n’en font qu’à leur tête, des faux départ en veux-tu en voilà, bref, l’ambiance était nettement moins chaude que lors des 3 finales précédentes, et on le regrette. Même le public s’y est mis en sifflant à 2 reprises… ! Bref un peu dommage pour le spectacle. Néanmoins, signalons tout de même que le record du monde a été battu 2 fois dans la soirée par la russe Yuliya Levochkina. Il est désormais de 8.37 !! Je vous laisse deviner la nationalité des 2 grimpeuses qui complètent le podium…? Russe bien évidemment, à 100%. La première française, Esther Bruckner, termine 7ème. Anouck Jaubert, qui avait des chances de médaille, se fait éliminer dès les 8èmes de finale.

Malgré ce petit couac en vitesse, si on devait résumer cette première soirée, en un seul mot : magistrale. Le défi de Bercy a bel et bien été relevé, pour le bonheur des 6000 spectateurs présents sur place.

Podium bloc homme:

1.Dimitry Sharafutdinov
2.Kilian Fischubber
3.Rustam Gelmanov 

Podium difficulté femme:

1.Angela Eiter
2.Jain Kim
3.Johanna Ernst

Podium vitesse femme:

1.Yuliya Levochkina
2.Iuliia Kaplina
3.Natalia Titova

Podium handisport déficient visuel:

1.Nicolas Moineau
2.Kenji Iwamoto
3.Matteo Steffani 

 Les résultats complets

 

Publié le : 16 septembre 2012 par Charles Loury vues

Non classé

alaunechampionnats du monde 2012