Le contenu

En solo intégral, Pete Whittaker enchaîne les 800m de la falaise de Kjerag !

La falaise de Kjerag est si abrupte qu'elle est l'un des terrains de jeu préféré des amateurs de base jump.

800 mètres d’escalade sur une falaise abrupte, sans la moindre protection. C’est en solo intégral que Pete Whittaker a gravi les 20 longueurs lui permettant d’atteindre le sommet de Kjerag en Norvège, le tout, en seulement 2 heures et 25 minutes.

Il y a quelques jours, nous vous relations les exploits d’un grimpeur anglais parvenu à trouver une nouvelle méthode dans le crux de « Silence » 9c. Ce même grimpeur a réalisé il y a quelques jours une performance d’un tout autre registre. Pete Whittaker a enchaîné en solo intégral les 800 mètres de la falaise de Kjerag, située au sud de la Norvège.

Il s’agit d’une première historique ! Aucun grimpeur n’avait encore osé se frotter à cette montagne en solo intégral. Pete avouera lui-même avoir attendu plusieurs années avant de se lancer. Il faut dire que la voie est très capricieuse… Les conditions sont souvent instables sur ce rocher. Pour cause, d’énormes chutes d’eau parcourent la paroi avant de se jeter en contrebas dans le Lysefjord. De plus, la fonte des neiges est fréquente, les résurgences nombreuses et le soleil pas toujours au rendez-vous. De quoi décourager bon nombre de grimpeurs… Alors, se lancer à l’assaut de cette falaise sans la moindre protection peut paraître insensé pour le commun des mortels !


Lire aussi | Existe-t-il une autre méthode pour passer le crux de « silence » 9c ?


Mais pour Pete Whittaker, c’était l’un des objectifs de sa carrière. Il grimpera la face par « Renshaw/Foulkes », une grande voie de 20 longueurs, ouverte en 1985 par Adam Renshaw et Lyndsey Foulkes qui donnèrent leur nom à la ligne. Celle-ci se compose de nombreux passages dans le 6b+ avec quelques crux assez techniques.

Finalement, le plus dur a été de partir et de me dire « C’est bon, tu peux y aller. Tout va bien se passer, tu vas bien grimper. »

Une fois dans la voie, Pete se sentira à l’aise. Il fera face à quelques passages humides, mais les conditions s’amélioreront au fur et à mesure de son ascension. Finalement, il ne mettra que 2 heures et 25 minutes pour gravir les 800 mètres et atteindre le sommet de la falaise. Une performance hallucinante !

Pete Whittaker est un accoutumé des ascensions extrêmes. Amateur de trad et de fissures, il signait en 2011 la première ascension de « Century Crack », une énorme fissure cotée 8c, aux côtés de son compatriote anglais Tom Randall. L’an dernier il passait un cap en réalisant « Recovery Drink », l’une des rares fissures cotée 9a. Pete Whittaker et Tom Randall travaillent d’ailleurs depuis des années sur une fissure située en plein toit dans l’Utah, appelée « Crucifix », qui pourrait bien devenir la voie de trad la plus dure du monde.

Enfin, soulignons le fait qu’en 2016, Pete Whittaker était devenu le premier grimpeur à enchaîner en solo encordé El Cap, en moins de 24 heures, par « Freerider ».

Publié le : 04 septembre 2020 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers Falaisecroix en falaise

free solopete whittaker