Le contenu

Test matos: Le Birdie de chez Beal passé au crible.

- Le 24 mars 2020 -

Après presque 30 ans de règne sans partage sur le royaume des assureurs, communément appelés « autobloquants », le roi Grigri vient se faire disputer le trône par un jeune prince fougueux issu de la dynastie Beal : le Birdie !

Le Grigri, mine de rien, a pris l’habitude de se faire chahuter avec l’arrivée et le succès grandissant des assureurs auto-freinant  comme le Mammut SMART et autre Edelrid JUL par exemple qui mettent en avant une simplicité d’utilisation, une grande légèreté et des prix contenus. Mais le Grigri résiste plutôt bien à toutes ces attaques, notamment chez les falaisistes.

Il faut dire que l’on ne balaye pas d’un revers de la main 30 ans d’histoire aussi facilement et ce pour une raison essentielle : l’habitude. Nous sommes parfois attachés à du matos que certains jugeront obsolète, dépassé ou vieillo. Mais peu importe, on a l’habitude de ce matos, on le connait par cœur, on peut anticiper la moindre de ses réactions les yeux fermés. Cette règle s’applique à notre matériel d’escalade dont fait partie notre assureur au risque de provoquer des dialogues de sourds…

« C’est trop chiant de donner du mou avec ton truc !! » « Non, il faut avoir l’habitude, moi je trouve ça facile… »

Mais revenons à notre jeune prétendant au trône. Le Birdie est, il faut le reconnaître, assez classe en affichant fièrement son armure tout en métal avec des choix de coloris sympas !

Plus petit, le Birdie tient bien en main et dégage une belle sensation de résistance : c’est du solide !

Bon alors, c’est mieux ou pas ?!

Ne tournons pas autour du pot, car là est bel et bien la question que tout le monde se pose du fait de leur grande ressemblance: OUI !!! et NON…

Ah, je lis la déception dans vos yeux. « Ils ne veulent pas se mouiller chez PG !! »

Alors pourquoi non ?

Le Birdie fonctionne de la même manière que le Grigri. Partant de cet état de fait, presque tout ce qui était reproché au Grigri va l’être au Birdie. CQFD. Le Birdie n’est donc pas en capacité de clore le débat qui agite son monde depuis toujours aux pieds des voies…

  • « C’est un assurage anti pédagogique qui déresponsabilise l’assureur! »
  • « On ne peut pas dynamiser correctement avec un Grigri… 
  • « L‘assurage en tête est trop compliqué! !
  • « Ça coûte trop cher ! »
  • « Il n’existe pas en rose ! »

Bref autant de légendes que de grimpeurs! L’outil ne fait pas le moine! heu… l’habit ne fait pas le grimpeur…

Toutes ces questions ne sont que des apprentissages, bons ou mauvais, de l’utilisation de l’appareil…

En moulinette, il n’y aura pas de différence entre un Grigri et un Birdie. L’assurage se fera de la même manière et la méthode en 5 temps sera toujours de mise en ne lâchant jamais la main du bas même si l’appareil pince la corde.

Pour la descente, pas de surprise, on retrouve les mêmes sensations qu’avec un Grigri et un mode opératoire identique. Malgré tout il faut noter la présence d’un effet de seuil aux ¾ de la course de la poignée. Passé ce seuil, la corde file beaucoup plus vite. Le contrôle est donc un peu moins précis à nôtre goût (mais n’est-ce pas là encore une question d’habitude ??).

Le seul changement vient de la corde qui est guidée pour sortir de face contrairement au Grigri où la corde sort sur le côté. De ce point de vue, nous dirions match nul :

  • le Grigri bénéficie d’un bourrelet latéral pour faire glisser la corde sauf qu’il arrive souvent que celle-ci se retrouve du mauvais côté du Grigri finissant sur la partie saillante de la flasque.
  • pour le Birdie, BEAL préconise une méthode peu convaincante. Il s’agit de placer son pouce sous l’appareil pour bien guider avec la main la corde vers l’extérieur. Le logement pour le pouce n’est pas assez travaillé et la gorge pour la corde pas assez profonde.

Dans les faits, l’un comme l’autre finissent pas être utilisés en mode pirate (comme tout le monde fait) avec le pouce qui vient bloquer la came…

Pour chipoter un peu, le Birdie mériterait peut-être une poignée un peu plus ronde qui serait appréciée par ceux qui assurent beaucoup plus lourd qu’eux.

Et puis, pour finir, le Birdie et le Grigri partagent aussi un point commun : leur prix.

Et pourquoi oui ?

Partant de nouveau du principe que leurs conceptions et donc leurs utilisations sont identiques, il faut admettre que le Birdie possède ce petit plus qui risque de faire mal au Grigri.

En effet, dès la première sortie, l’assurage en tête fait mouche et donne le sourire. La fluidité du geste est incomparable. Il est  possible d’assurer toute une voie simplement en donnant du mou avec la même technique d’assurage qu’un système tel que le réverso ou l’ATC Guide. Quand nous avions reçu le Birdie, je l’ai emmené dans mon club. Le résultat a été sans appel…

Le blocage n’intervient pas aussi rapidement et l’assurage apparaît donc beaucoup plus naturel qu’avec un grigri.

Cette fluidité est vraiment appréciable mais, tout comme le Grigri, elle diminuera plus votre corde sera grosse et vieillissante.

En conclusion

Le Birdie est donc une belle réussite mais qu’il convient de nuancer.

Si vous ne jurez que par le Grigri, alors vous ne serez pas déçu et il y a fort à parier que votre cœur penchera pour le Birdie à l’heure du renouvellement de matos.

Mais si vous détestez le Grigri, nous ne sommes pas convaincus que le Birdie possède les armes nécessaires pour vous faire changer d’avis sur ce type d’assureur. C’est peut-être là que l’on peut  avoir une pointe de déception.

Une belle nouveauté à découvrir au plus vite.