Le contenu

Interview de Gautier Supper qui revient sur sa saison 2013

– Salut Gautier, alors pour commencer, que retiens-tu de ta saison de compétition?

Que du bonheur, au début j’avais envie de participer à toutes les étapes de la coupe du monde avec un finish dans le top 10, je ne savais pas trop je me situer par rapport aux autres vu l’an passé. Pendant la saison je me suis éclaté, je me suis accroché grâce à mes 1eres finales qui m’ont redonné de l’assurance et j’ai réussi à progresser au fil des étapes.

Au final, je termine avec une 7ème place au général, 1 podium d’étape et une 4ème place au world ranking. Je retiens également que dans le sport de compétition la volonté et l’entrainement font tout.

– Qu’est-ce qui a changé par rapport aux saisons précédentes?

Corentin Legoff le coach de l’équipe de France nous a mis en place des entrainements à Voiron avec l’équipe toutes les deux semaines, un bon endroit pour s’entrainer, mur de 20m, pan gullich, salle de pan, salle de muscu. Tout ce qu’il faut en plus d’un renouvellement des voies régulier.

Egalement une très bonne organisation de mes études à Grenoble Ecole de Management ce qui me libère pas mal de temps tout en étant serein pour l’après sport de haut niveau.

– Tu as été très souvent en finale en coupe du monde, et tu te payes le luxe de monter sur le podium à Valence aux côté de Sean McColl et Adam Ondra! Quels sont tes objectifs pour l’année prochaine?

Pour l’an prochain je n’ai pas encore réellement réfléchi, là je vais grimper avec mes potes, je reviens de Fontainebleau et je pars fin décembre pour 1mois en Espagne. Après j’aurais bien envie de récidiver mon podium sur les championnats du monde, ça c’est quelque chose qui me motive.

cdf-briançon-2013-finales-374

– Adam Ondra va revenir sur le devant de la scène en compétition l’année prochaine, ton avis la dessus?

C’est très bien, ça ne peut que être bénéfique, dans tous les cas le niveau est déjà très élevé donc un de plus ou de moins… Puis plus on est de fous plus on rit. Plus sérieusement il est vraiment très fort, il grimpe efficace, il sera dur à battre !

– Et la falaise dans tout ça, tu as le temps d’en faire au milieu de toutes ces compétitions?

Oui assez souvent, la saison internationale ne dure que 5 mois, pour moi c’est une vraie source d’inspiration, c’est de là que provient toute la gestuelle de l’escalade. C’est un moment que j’aime partager, si ça peut m’aider en compétition c’est un bonus. Je ne suis pas du genre à courir après les croix pour la cotation. Je grimpe vraiment pour moi comme j’ai toujours fais dans des voies qui me plaisent, après ça ne m’empêche pas de faire des voies dures, je trouve l’investissement intéressant, c’est comme ça que l’on progresse.

Nicolas Garnier  (1)– Si tu avais une chose à refaire cette saison, ce serait quoi?

Retourner à Valence, monter sur un podium de coupe du monde, quand je repense à quand j’avais 10 ans et que nous allions voir les compétitions,  j’étais émerveillé. Surtout revivre les 30 secondes avant de passer, mon moment préféré, j’aime sentir mon destin entre mes mains et me dire que dans 30 secondes je vais grimper et que là je ne peux compter que sur moi et mon style de grimpe. Avec le recul c’est facile à dire c’est sur je connais la fin de l’histoire mais justement c’est mon attitude pendant ces 30 secondes qui déterminent ma performance et revivre ça est vraiment bon. Après les compétitions à l’autre bout du monde sont aussi des super moments à chaque fois.

– Si on regarde d’un peu plus près l’équipe de France, Manu Romain risque d’arrêter la compétition, Romain Desgranges n’est plus très jeune même si on espère encore le voir quelques années, tu réalises que la relève est entre tes mains?

On m’avait déjà dit ça il y a 3 ans lors de mon 1er podium en coupe du monde, depuis j’ai eu le temps de passer par le fond du classement et de revenir sur un podium contre toute attente. On ne sait pas comment sera le futur, mais oui un jour il faudra bien que quelqu’un prenne le relai ! Enfin pas dit que je n’arrête pas avant les deux Romain.

– Pour terminer, une petite carte blanche, où tu peux aborder un sujet qui te tient à cœur.

J’ai vraiment été touché par tous les soutiens que j’ai eus cette année, je repartais très bas en janvier dernier au point d’arrêter pour passer à autre chose. Mais beaucoup de personnes qui croyaient en moi m’ont redonné espoir. Tout le monde sait que la route qui mène à la victoire est longue.

Je remercie donc tous ceux qui m’ont aidé et suivi, mes partenaires, ma famille, mes potes de grimpe, mon club.

  • Son site web pour toutes les infos: www.gautiersupper.fr
  • Crédits photos: Charles Loury et Nicolas Garnier

 

Publié le : 26 décembre 2013 par Charles Loury vues

# Actualités PGInterviewsInterviews et portraits

gautier supper