Le contenu

Interview de Mélanie Sandoz qui va signer son come back

Petit retour en arrière, rappelle nous ce qui t’est arrivé exactement, et comment t’es-tu blessée?
Le 17 janvier, je me suis fait mal à l’index gauche. J’étais à la fin de mon cycle de 3 semaines et c’était pendant une séance de spécifique ou je fais 2 circuits dans la journée. Et dans le 2ème bloc du 2ème circuit, j’ai eu une douleur au doigt. Je n’ai rien senti dans le bloc mais en descendant, j’avais très mal. J’ai donc stoppé la séance. Après 5 jours de repos, j’ai essayé de grimper et j’avais toujours mal en arquée. J’ai fait des examens (irm, échographie) et résultats : une ténosynovite soit une inflammation de la gaine du tendon. J’ai continué à grimper sans prendre d’arquée et en faisant tout ce qui ne me faisait pas mal. Puis la douleur était présente de plus en plus régulièrement, ce n’était donc pas possible de m’entrainer correctement et c’est la que j’ai décidé de stopper complétement pour que mon doigt se soigne (3 semaines avant le sélectif). J’ai pris 6 semaines de repos sans grimpe pendant lesquelles j’ai fait une infiltration sous échographie et aujourd’hui, plus de douleur…

Durant ces longues semaines d’arrêt, comment as-tu continué à te préparer physiquement?
Au début, je ne pensais pas que ça serait si long (en tout, ça a trainé pendant 2 mois) donc je voulais vraiment laisser mon doigt au repos. Sans les mains, difficile de se préparer donc je faisais uniquement du cardio (footing, vélo) 6 jours sur 7…
La semaine après les Frances, j’ai recommencé à faire un peu de musculation mais des exercices avec les mains ouvertes (ou je me servais uniquement de la paume) pour ne pas faire forcer mon doigt. Ensuite, j’ai trouvé sur internet (un peu tard à mon gout lol), un espèce de crochet qui s’attache au poignet et qui m’a permis de refaire des tractions sans me servir de mes mains. J’ai donc fait de la muscu pendant 2 semaines et demi avec 3 séances par semaine et toujours du cardio et des abdos.

Depuis ta reprise, certains mouvements sont-ils encore prohibés pour toi? Réussis-tu à grimper sans penser à la blessure?
Aujourd’hui, je n’ai plus de douleur et sur n’importe quel mouvement… Lorsque j’ai repris, j’ai fait 2 semaines dans des choses vraiment faciles car j’avais beaucoup d’appréhension et mon doigt n’était plus habitué. Après tout ce temps à attendre, j’avais peur que la douleur revienne.
Au début, j’ai mal sur certaines prises à la pression. A chaque séance, j’y pensais de moins en moins et j’arrivais à reforcer doucement. 
Au bout des 2 semaines, je sentais mon doigt plus solide et je commençais à ne plus trop y penser, j’ai donc repris l’entrainement. Les premières grosses séances, j’étais encore un peu sur la retenue mais à l’heure actuelle, je n’y pense plus en grimpant… C’était d’ailleurs la condition pour que je puisse faire une coupe du Monde !

La semaine prochaine tu feras ton retour dans le circuit avec la 3ème étape de coupe du monde de la saison, pas trop anxieuse?
Non pas du tout anxieuse mais très impatiente… Ca fait depuis Bercy, soit 7 mois et demi, que je n’ai pas refait de compétitions internationales et j’ai vraiment hâte d’y être!!
Je sais très bien que je ne suis pas prête physiquement comme je l’aurai voulu, mais je vais quand même donner le meilleur et je vais faire avec ce que j’ai en ce moment. Après tout ce temps, j’ai besoin de refaire des compets, et ça me permettra de voir ou j’en suis.
Mais une chose est sûre, je suis très motivée pour ce week end!!

As-tu revu tes objectifs à la baisse pour cette saison suite à cette blessure et aux 2 premières étapes où tu n’as pas pu participer?
Lorsque j’ai décidé de m’arrêter, j’ai effectivement revu mes objectifs car je savais que je ne pourrais pas participer à une ou plusieurs étapes (donc plus d’objectif de classement général par exemple). 
Par contre, je ne les ai pas revu à la baisse, je les ai simplement réadapté !

Si tu avais un conseil à donner pour éviter la blessure au maximum?
Je pense qu’il faut réussir à écouter son corps et faire attention notamment lorsqu’on est fatigué car c’est la qu’on se blesse le plus facilement… Quand on a un petit signal d’alerte, il vaut mieux s’arrêter quelques jours que de continuer et se blesser vraiment car après ce n’est plus quelques jours qu’il suffisent pour se soigner mais plutôt plusieurs semaines. Enfin, ce sont toujours des choses qui sont plus faciles à dire qu’à faire!!

Un dernier mot à ajouter?
Simplement, j’ai appris beaucoup de choses sur moi pendant ma blessure, c’est maintenant un mauvais moment qui est passé. Et je suis plus motivée que jamais pour m’entrainer dur pour revenir au meilleur niveau… Je voudrais aussi remercier ceux qui m’ont soutenu pendant ces moments difficiles et notamment mon chéri Guigui qui a toujours été là!!

Publié le : 22 avril 2013 par Charles Loury vues

# Actualités PGInterviewsInterviews et portraits

mélanie sandoz