Accueil > entraînement > Le poids de la grimpe…et des grimpeurs !

Le poids de la grimpe…et des grimpeurs !

1 kg de trop vaut mieux qu’1 kg de moins : rapport poids / puissance, poids de forme, poids idéal…et si on faisait vraiment le point sur tout ça ?

Quelle idée, faire un sujet sur un point si sensible ! Et pourtant, je persiste, et je signe. Pourquoi ? Parce que même à haut niveau, on entend encore des phrases invraisemblables (oui, oui, même en escalade !). « Boire moins pour être plus léger ».  « S’entraîner à jeun ». « Ne pas manger avant une compétition ».

Poids idéal / poids de forme :

Le poids idéal est surtout utilisé dans un cadre « santé », alors que le poids de forme est utilisé pour un sportif. Bien évidemment, ce dernier est beaucoup plus difficile à évaluer car il doit permettre la meilleure performance possible.

Attention, c’est comme en montagne, le premier vainqueur de l’Everest est celui qui a réussi à monter…et à redescendre. La performance devrait toujours être associée à une récupération. Le poids de forme doit donc permettre la meilleure performance possible le jour J, mais aussi optimiser la régénération des réserves énergétiques, des muscles (etc.) après l’effort.

1kg de moins ?

Comment perdre du poids efficacement ?

– Moins manger ? Mauvaise idée : les réserves s’épuisent, mauvaise récupération, risque de blessure…

– Moins boire ? NON. 1% du poids de corps en moins (correspond à la sensation de soif), c’est 10% de ses capacités physiques et intellectuelles en moins.

Perdre 1kg, c’est bien, mais s’il s’agit de graisses uniquement, ou plus exactement si on cherche à diminuer le % de masse grasse. Et pour réussir, il faut oublier les deux moyens cités précédemment. Course à pied à vitesse modérée pendant au moins 45 minutes (pas trop rapide, pas trop lentement), et alimentation équilibrée sont les meilleures solutions (attention, il ne faut pas perdre plus de 2kg par mois, c’est déjà énorme).

D’autres méthodes peuvent convenir, mais elles demandent un peu de suivi : on peut par exemple augmenter légèrement les dépenses énergétiques, en diminuant légèrement les apports. Pas simple n’est-ce pas ? Dans ce cas, il faut aller voir un spécialiste qui saura vous conseiller. 

Et les grimpeurs ?

On trouvera toujours des exceptions évidemment, mais les (jeunes) grimpeurs ne sont plus  des mangeurs de graines (tant mieux). Ils  n’aiment souvent ni les restrictions alimentaires, ni la course à pied ! Je ne peux que vous conseiller ce rapport très intéressant réalisé par Stéphane Lajoinie…à lire absolument, vous y trouverez pas mal de réponses à vos questions sur l’alimentation chez les grimpeurs et les grimpeuses.

http://i.maka.free.fr/di%E9t%E9tique.htm

1kg de trop ?

Finalement 1kg de trop ne signifie pas « prendre absolument 1kg en plus pour être meilleur ». Au contraire, cela signifie qu’il ne faut pas s’entêter à vouloir être absolument plus léger pour être meilleur, sauf si vous le faites en connaissance de cause, c’est à dire en ayant optimisé tout le processus.

Dans l’étude de Stéphane Lajoinie, vous verrez que même à haut niveau, les grimpeurs présentent souvent un excès de glucides, mais qu’ils ont aussi un poids relativement stable tout au long de l’année, contrairement aux grimpeurs confirmés et aux débutants.

En résumé

Voici donc l’avis d’un préparateur physique totalement honnête et objectif sur la question (!) : mangez bien, buvez bien, faites du foncier, mais surtout, si vous n’êtes pas prêts à cela, faites de la préparation physique ! Vos muscles pourront largement compenser ce petit kg en trop qui vous chagrine tant ! C’est parfois  plus facile que d’arrêter les petites excès qui font tout de même du bien au moral !

 Trêve de plaisanterie, j’espère que vous aurez compris le message : soyez raisonnable, faites attention à votre alimentation, et entraînez vos muscles !

Surveiller son poids, c’est aussi important à l’entraînement, pas seulement avant une compétition.

Enfin, je recommande cet ouvrage très complet aux Editions Amphora : « L’alimentation pour le sportif » (ISBN 978-2-85180-659-8, 23.8€), Véronique Rousseau, Stéphane Cascua.

 Bonne grimpe !

Et pour tout savoir sur l’entraînement en escalade, direction www.prepagrimpe.com ! 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*