Le contenu

Stefano Ghisolfi nous dévoile sa méthode pour travailler des voies dures

Actuellement en plein travail dans « Excalibur », une voie extrême à Arco qui fleurerait avec le 9c, Stefano Ghisolfi nous explique la méthode qu’il utilise pour tenter d’enchaîner des voies dures.

Stefano Ghisolfi utilise une méthode de travail bien spécifique dans les voies extrêmes qu’il projette. Il avait notamment déjà utilisé cette technique avec succès dans deux des 9b+ qu’il a déjà enchaînés : « Bibliographie » à Céüse et « Perfecto Mundo » à Margalef.

Il l’a nommée la « LowPoint Technique », traduisez par « la technique du point bas ». Plutôt que de commencer la voie depuis le bas et de tenter de monter le plus haut possible, cette méthode consiste à réaliser l’inverse : partir du point le plus bas possible et tenter d’arriver au sommet. Le but est donc d’enchaîner la voie depuis les prises les plus basses possible. À chaque fois qu’il parvient à atteindre le sommet de la voie depuis un nouveau « point bas », l’Italien descend alors de quelques prises encore plus bas, et ainsi de suite, jusqu’à atteindre le départ de la voie.

Cette méthode a super bien fonctionné dans « Bibliographie », c’est notamment grâce à elle que j’ai pu l’enchaîner. »

Stefani Ghisolfi

D’après lui, cette technique fonctionne car elle permet de s’entraîner sur la voie de manière efficace, notamment en travaillant toujours une partie différente et nouvelle de la voie. Ce qui n’est pas forcément le cas lorsque l’on essaye une voie depuis le bas, surtout si celle-ci est marquée par un crux. Stefano explique par exemple qu’au début de son travail dans « Perfecto Mundo », il réalisait toujours des essais depuis le bas et tombait à chaque fois dans le crux. Mentalement, l’Italien avoue que c’était très difficile à gérer, car il ne se sentait pas progresser physiquement, comme il chutait à chaque fois sur le même mouvement aléatoire. Il a ensuite changé de méthode, en commençant à appliquer la « LowPoint Technique », ce qui a bien mieux fonctionné, car quelques jours plus tard, il parvenait à clipper le relais de la voie.

Dans « Excalibur », Stefano Ghisolfi n’applique que cette nouvelle méthode, car le crux de la voie se situe tout au début du tracé. Il serait donc très frustrant de tomber au troisième ou quatrième mouvement à chacun de ses essais, sans aller travailler la suite de la voie.

À ce jour, Stefano Ghisolfi a déjà réussi à atteindre le sommet d' »Excalibur » depuis le milieu de la voie environ.

  • Il revient plus en détail sur cette méthode dans la vidéo ci-dessous :


Lire aussi

À quoi ressemblent les prises dans « Excalibur », le projet d’Adam Ondra et Stefano Ghisolfi ?

Publié le : 19 avril 2022 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers Falaise

stefano ghisolfi