Le contenu

Le futur format olympique en test à Voiron !

Les 3 et 4 décembre, certaines des fédérations nationales les plus représentatives de la planète grimpe se retrouvent au Pôle France escalade de Voiron. Quatre propositions de phases finales y seront testées en conditions réelles. Objectif : définir à l’issue du processus un format de compétition qui sera soumis à l’Assemblée Générale de l’IFSC à Québec en mars 2017.

A l’origine du « Test Event », il y a eu le Group 7. Ce regroupement est né d’une ambition simple : mettre à profit l’expérience des compétitions internationales des sept nations les plus contributives du paysage de l’escalade mondiale. « Il nous a semblé important de nous mobiliser pour proposer à la communauté de l’escalade la plus belle compétition possible pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 », explique Pierre YOU, président de la FFME, une des sept fédérations du Group 7.

Avec celle de l’Autriche, de la Chine, de l’Espagne, de l’Italie, du Japon et de la Russie, la fédération française a décidé de plancher le plus sérieusement possible sur le visage olympique de l’escalade. « C’est un groupe de travail. Pour le constituer, nous avons simplement regardé – dans un souci d’efficacité – quelles fédérations contribuaient le plus – en termes de financements et d’organisations – aux compétitions internationales d’escalade, et dont les présidents étaient présents aux différents moments de la vie de l’IFSC. Nous leur avons proposé de nous (la France et l’Autriche, à l’origine du Group 7, ndlr) rejoindre », poursuit Pierre YOU.

A l’issue des rencontres du Group 7, quatre propositions de phases finales olympiques ont émergé. Quatre propositions que le regroupement a décidé de tester en conditions réelles les 3 et 4 décembre prochains au Pôle France d’escalade à Voiron.
« Quatre délégations seront réunies, avec en plus de la France, celles de l’Autriche, de l’Italie et du Japon », explique Damien YOU, directeur-adjoint de la FFME en charge du haut-niveau. Au total près de 20 compétiteurs éprouveront les quatre scénarios imaginés par le Group 7. Quatre compétitions qui seront filmées et présentées à l’ensemble du Group 7 à l’issue du week-end.

Objectif : définir – à l’issue du processus – une proposition unique de format de phases finales olympiques. Et commencer à penser le mode de sélection des futurs athlètes olympiques. Le tout dans une démarche soutenue par l’IFSC, qui se tient prête à étudier le résultat lors de son Assemblée Générale à Québec (CAN) en mars 2017.

Publié le : 30 novembre 2016 par Charles Loury vues

# Actualités PG# Univers compétition

tokyo 2020