Le contenu

Eloi Peretti entre dans le 9ème degré avec « Ça chauffe » à Seynes

© Aurèle Brémond

Et de 5! Un peu plus d’un an après sa libération par Tanguy Merard, « Ça chauffe » vient à nouveau d’être répétée et c’est Eloi Peretti qui en signe la 5ème ascension après plusieurs week-ends à Seynes.

En exclu pour Planetgrimpe, il revient sur l’enchaînement de son premier 9a:

Je me suis retrouvé à essayer la voie un peu par hasard, je venais d’enchaîner « la métaphysique des tubes » le 8c classique quelques mètres à gauche de « ça chauffe » et je cherchais une nouvelle voie à essayer. J’avais vu plein de monde essayer le 9a les semaines d’avant dont Matthieu Bouyoud qui avait enchaîné la voie sur un super beau run. J’ai donc fait une montée sans prétention « juste pour voir », les prises du crux étaient aussi coupantes qu’on me les avait vendues mais je bougeais assez bien dans le pas de bloc du bas et la fin était juste géniale.

J’ai commencé à essayer doucement, et à la fin de notre semaine de vacances j’arrivais à enchaîner toute la deuxième moitié de la voie et à faire quasiment tout le crux d’une traite.

J’avais déjà l’impression de pouvoir enchaîner, mais il aura tout de même fallu mettre une bonne dizaine de montées de plus pour que tous les petits détails du pas de bloc marchent à la suite et que j’arrive à passer le crux depuis le bas.

Je m’étais pas mal mis la pression sur les derniers runs car c’était déjà le quatrième week-end où nous venions à Seynes, il commençait à faire de plus en plus chaud et je n’avais aucune envie de revenir la semaine suivante juste pour faire la voie.

Le run est allé super vite. J’ai passé le pas de bloc un peu en sursis puis couru dans la fin de voie. Je n’ai pas pofé une seule fois des 30 mouvs de la section rési et un peu avant de m’en rendre compte j’étais arrivé à la chaîne.

C’était la première fois que je travaillais une voie aussi dure et le processus aura été super chouette ! Sûrement parce qu’au final je repars en ayant fait la croix mais aussi parce qu’on aura passé des weekends bien marrant avec plein de potes différents à chaque fois !

Marion Thomas, présente durant les sessions de travail de la voie, nous parle d’Eloi, qu’elle connait depuis longtemps…

Eloi peretti, Des chaussons au pied dès ses 7 ans et déjà fort talentueux. Un passif de compétition au sein du club la dégaine puis deux sélections en équipe de France jeune avant d’intégrer le Roc aventure programme et découvrir les big wall en Jordanie. Étudiant en parallèle en école d’ingénieur à Grenoble INP-génie industriel, l’escalade pour lui maintenant, c’est plutôt dehors et avec les copains. Pour moi, Eloi fait parti de ces grimpeurs qui carressent les prises, il a une grimpe fluide. On a l’impression qu’il a ce relâchement naturel que beaucoup de grimpeurs recherchent. On aspire souvent à mettre la juste pression sur les prises pour resté relâché sans zipper mais sans les broyer pour autant au risque d’y laisser trop de jus. Ces 21 bougies soufflées au pied de la falaise de seynes, c’est le we d’après qu’il arrivera au bout de son premier 9a « ça chauffe ». Bravoo !

Publié le : 08 mars 2021 par Charles Loury vues

# Actualités PG# Univers Falaisecroix en falaise