Le contenu

4 médailles pour les français aux championnats du monde espoirs

Cette année, c’est le Canada qui accueillait les championnats du monde espoirs de difficulté et de vitesse. En difficulté, 6 français avaient fait le déplacement pour porter haut les couleurs de la France.

En minime garçons, Hugo Parmentier était ultra affûté, avec de très bons runs en qualifs et en demi finale où il se classe 2ème du provisoire. En finale, il réitère son exploit et nous démontrer qu’il n’est pas là par hasard, puisqu’il décroche le titre de vice-champion du monde espoir, juste derrière l’Italien Stefano Carnati. Et tout se joue à une prise près! Le suisse Sascha Lehamann complète le podium.

Chez les minimes filles, aucune représentante française, et c’est la japonaise Aika Tajima qui fait forte impression en finale, en mettant plusieurs mouvements à ses concurrentes. L’allemande Emilie Gerhardt et une autre japonaise Miwa Oba complètent le podium. A noter qu’en minime, aucun autrichien n’est venu squatter les podiums, les temps changent!

En cadettes, Julia Chanourdie était la seule française en lice, et elle n’était pas venue pour admirer le paysage. Après de superbes qualifications, elle passe un peu à côté de ses demi mais se qualifie tout de même en finale (6ème des demi). En finale, Julia parvient à se libérer et nous livre un run parfait! Une grimpe propre, technique, rapide et sans faute, ce qui l’emmènera sur la 3ème marche du podium, juste bravo! L’autrichienne Jessica Pilz et la Belge Anak Verhoeven terminent respectivement 1ère et 2ème, une prise devant Julia. 

Chez les cadets, le Japon est à l’honneur. Naoki Shimatani et Shinichiro Nomura se partagent la 1ère et la seconde place du podium. L’autrichien Bernard Rock repart avec le bronze. Aucun représentant français n’était qualifié pour ces championnats du monde.

En junior dame, c’est Manon Hily qui représentait les couleurs de la France en finale (Kenza Slamti terminant 18ème des demi), et elle l’a fait de fort belle manière. Bien placée du début à la fin de la compétition, elle terminera finalement sur la 3ème marche du podium, belle perf! L’autrichienne Katarina Posch termine 2ème, et c’est la jeune mutante Magdalena Rock (que l’on voit déjà sur les coupe du monde), qui remporte haut la main le titre de championne du monde.

Enfin, chez les juniors garçons, nous avions 2 représentants français, et ils passent de très peu à côté du podium. Thomas Joannes et Mael Bonzom terminent respectivement 4 et 5ème. Pas beaucoup de surprise pour le podium, avec en pôle position l’incroyable russe (déjà champion du monde l’an dernier) Dimitry Fakiryanov qui avait impressionné sur les championnats d’Europe seniors à Chamonix. L’allemand Sebastien Halenke et le slovène Domen Skofic complètent le podium. 

 

En vitesse, Anouck Jaubert décroche l’argent! 

Anouck Jaubert, Aleksandra Rudzinska et Esther Bruckner sont les trois seules juniors femmes à flirter sous les 9 » au terme des qualifications. Nos deux Françaises sont d’ailleurs ex-aequo avec un prometteur 8 »90. Mais en 8e de finale, Esther zippe et perd plus d’une seconde. Une erreur qui la propulse 6e de cette compétition. Grosse déception pour la demoiselle, habituée des podiums chez les jeunes. Anouck Jaubert, en revanche assure ses différents duels jusqu’à la finale qui l’oppose à la Polonaise Aleksandra Rudzinska. Cette dernière s’envolera pour un très beau run, tandis qu’Anouck perdra du temps sur un run beaucoup moins fluide. Notre Française décroche donc une très belle médaille d’argent. Le résumé  complet sur le site de la FFME

 

Publié le : 20 août 2013 par Charles Loury vues

# Actualités PG