Le contenu

Anatole Bosio revient sur l’enchaînement de son premier 9a+: « Aubade Directe »

Enchaîner "Aubade Directe" aura été une belle aventure mentale pour Anatole Bosio © Martin Baudry

Le français Anatole Bosio vient de réaliser « la voie la plus exigeante » dans laquelle il n’ait jamais grimpé. Cette ligne, c’est « Aubade Directe » 9a+, enchaînée seulement par deux autres grimpeurs avant lui: Gérôme Pouvreau et Enzo Oddo.

Retour en juin 2019, quand Anatole Bosio clippait le relais de « Aubade », une voie située sur la falaise de Sainte Victoire, ouverte par Gérôme Pouvreau et initialement évaluée à 8c+. Au moment de son ascension, Anatole proposait d’ailleurs de la ré-évaluer à 9a.

Cette année, l’aixois a réussi à réaliser l’extension de « Aubade », qui se nomme « Aubade Directe » et qui rajoute un pas de bloc en 7C, suivi d’une dalle à la fois technique et physique.

Depuis le mois de septembre, Anatole, très méthodique dans sa façon de travailler la voie, mettait deux essais par semaine.


Chaque séance a été un pur plaisir, jamais je ne me suis énervé, toujours je me suis re-mobilisé pour donner le meilleur de moi-même à l’essai suivant, tenter de tendre vers l’instant présent et ça a fini par se concrétiser. »


Il s’agit de la première voie d’un tel niveau pour l’aixois, qui aspire maintenant à de plus grandes ambitions: atteindre le sommet d’un 9b.

Il nous raconte avec beaucoup de passion la manière dont il a vécu le travail de cette voie:

Dimanche je me suis réveillé en retard et j’ai senti que c’était bon signe… J’avais dormi ! En effet, le mois de septembre n’a pas été de tout repos. Préparer la classe pour mes CE2 et m’occuper des enfants à la maison tout en gérant les entraînements, c’est ma routine depuis 3 ans. Mais cette rentrée a été plus difficile : reprise à temps plein et masquée, emménagement dans une nouvelle maison la veille de la rentrée, petits travaux… Rien ne laissait prédire que j’allais réaliser ma plus grosse performance, du moins de l’extérieur !

Personnellement je me sentais physiquement en grande forme et dans la tête plus fort que jamais. La préparation mentale est un outil qui peut s’avérer très efficace, mais prend généralement du temps à s’ancrer profondément. J’ai fait le choix de prendre le chemin long et tortueux de l’introspection et ça commence à payer.

À raison de deux séances hebdomadaires sur un mois et demi, je n’ai cessé de progresser techniquement et physiquement dans la voie. Chaque séance a été un pur plaisir, jamais je ne me suis énervé, toujours je me suis re-mobilisé pour donner le meilleur de moi-même à l’essai suivant, tenter de tendre vers l’instant présent et ça a fini par se concrétiser.

Jamais je n’ai ressenti autant de bonheur à réaliser une voie, pour moi c’est aussi important que d’avoir fait la voie. Aujourd’hui je ne peux dissocier la performance de ma quête de développement personnel. Christophe Serra, mon préparateur mental, véritable maître Yoda de la pratique, m’a appris à voir l’ensemble comme un chemin. Je tiens ici à le remercier particulièrement.

La prochaine étape pour moi c’est le cap du 9b, je reste un grimpeur de cotation, non pas pour la cotation elle-même, mais pour le défi qu’elle représente, en serai-je capable ? C’est cette question qui m’anime depuis mes plus jeunes années ! »

La vidéo de l’ascension:

Publié le : 15 octobre 2020 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers Falaisecroix en falaise

Anatole bosio