Le contenu

Coronavirus et magnésie: ce que dit la science !

« 99% des particules infectieuses se sont dissipées dans la minute suivant le contact avec la magnésie. »

Ce sont les résultats d’une étude menée à l’Université De Montfort de Leicester, en Angleterre. Une équipe de chercheurs a découvert que la magnésie n’est pas susceptible de transmettre le COVID-19 ou des virus similaires, selon un article publié par l’université.

Cette étude a été menée par la virologiste Dr Maitreyi Shivkumar, la microbiologiste Dr Katie Laird et la chercheuse postdoctorale Dr Lucy Owen.

Pour l’expérience, l’équipe a saupoudré des surfaces en plastique de magnésie et a ajouté des gouttelettes HCoV-OC43, un modèle de coronavirus. Ils ont ensuite mesuré combien de particules infectieuses restaient à intervalles réguliers pendant une heure. Dans la minute qui a suivi le contact avec la magnésie, 99 % des particules infectieuses sont mortes. Le HCoV-OC43 a été utilisé à la place du SARS-CoV-2 (le virus qui cause le COVID-19) car ces deux modèles ont une structure et un mode de survie similaires.

Plutôt que de simplement regarder si le virus était toujours présent dans la magnésie, nous voulions explorer si un virus qui entre en contact avec la magnésie posait encore un risque d’infection. Nous sommes vraiment heureux que les résultats de notre étude suggèrent que la magnésie en poudre inactive l’infectivité du virus et qu’il est donc peu probable qu’elle héberge des coronavirus comme le SRAS-CoV-2.»

Dr Shivkumar

Le Dr Laird, qui dirige le groupe de recherche sur les maladies infectieuses à l’Université De Montfort, a déclaré que le document de recherche est en cours de finalisation et qu’elle espère qu’il sera publié d’ici la fin de l’année, après examen par les pairs (dans les disciplines scientifiques, l’évaluation par les pairs désigne l’activité collective des chercheurs à juger de façon critique les travaux d’autres chercheurs).

Nous espérons que l’article sera publié dans les mois à venir, mais nous avons estimé qu’il était important de souligner les résultats positifs dès maintenant, pour rassurer ceux qui veulent recommencer à grimper en toute sécurité. »

Dr Katie Laird

Ce n’est pas la première étude à démontrer les effets de la magnésie sur le coronavirus. Au début de l’année, une équipe de chercheurs du campus médical Anschutz, de l’université du Colorado, a découvert que la magnésie liquide composée à 80 % d’éthanol tuait 100 % du SRAS-CoV-2 en cinq minutes.

Ces deux études sont donc une bonne nouvelle pour les grimpeurs. Non seulement la magnésie est peu susceptible de propager le SRAS-CoV-2 par transmission de surface, mais elle peut même réduire le risque de transmission. Mais ne nous emballons pas, même si ces études semblent encourageantes, elles doivent, pour être un minimum crédibles, être publiées. Nous ne manquerons pas de vous en tenir informé dans les mois à venir.

Pour le moment, les grimpeurs doivent donc impérativement continuer à suivre les protocoles de distanciation physique et de désinfection.

Publié le : 11 septembre 2020 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG

coronaviruscovid-19