Le contenu

Et de trois 9a pour la slovène Mina Markovic !

Mina Markovic réalise son troisième 9a avec "Water World" © Luka Fonda

La slovène de 32 ans Mina Markovic vient d’enchaîner le troisième 9a de sa carrière avec l’emblématique « Water World » à Osp, en Slovénie.

En 2015, Mina Markovic était devenue la première grimpeuse slovène à entrer dans le neuvième degré, en enchaînant « Fabela Pa La Enmienda » 9a, à Santa Linya, en à peine trois jours.

Triple vainqueur du classement général des Coupes du Monde de difficulté et championne d’Europe de la discipline, la compétitrice âgée de 32 ans avait décidé de passer un peu plus de temps sur le rocher ces dernières années.

Si bien que sortie du confinement, le mois dernier, Mina Markovic réalisait son second 9a, dans la grotte d’Osp, en Slovénie avec « Halupca 1979 ».

Jamais deux sans trois, comme dit le proverbe. Ainsi, cette semaine, la slovène a ajouté un nouveau 9a à son carnet de croix: « Water World ». Cette voie doit son nom au fait qu’elle est située juste au-dessus d’une zone souvent inondée, formant un lac temporaire. Dans ce cas, l’accès au pied de la voie ne peut se faire qu’en bateau ou tyrolienne.

Cette ligne de 40 mètres se décompose en deux parties: une première, très résistante et n’offrant aucun moment de décontraction, qui se termine par un jeté, mène alors à la deuxième section, qui se grimpe sur des stalactites. L’ensemble de la voie propose une escalade très physique.

« Water World » aura demandé un investissement beaucoup plus conséquent à Mina Markovic que ses deux précédents 9a. Quelques semaines après avoir enchaîné « Halupca 1979 », la slovène se lance à l’assaut de ce nouveau projet, mais comprend très vite qu’elle n’a pas encore le niveau physique nécessaire.

Honnêtement, ça m’a vraiment envoyé au tapis et je n’ai rien compris lors de mon premier essai !

Je savais que la voie était célèbre pour ses mouvements très spécifiques, donc je n’étais pas trop inquiète, et quand je suis revenue quelques semaines plus tard, j’ai commencé à comprendre les différentes séquences. Mais j’ai réalisé que j’avais besoin de force pure. La grotte est vraiment, vraiment physique. »

Entraînement après entraînement, Mina acquiert petit à petit la force nécessaire pour réaliser cette voie. Mais la chaleur étouffante de l’été n’allait pas rendre son ascension si facile… Mais finalement, jeudi 27 août, aux alentours de 18h00, alors qu’il fait encore 30°C dans la grotte, Mina Markovic clippait le relais de « Water World », son troisième 9a.

Publié le : 31 août 2020 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers Falaisecroix en falaise

Mina Markovic