Le contenu

Interview de Fred Lab, créateur du système innovant SK’lab pour visser et dévisser vos prises en un temps record!

Nous avions rencontré Fred il y a un an lors du cultissime rassemblement bourguignon « Escalade et Sauce piquante ».

Présent sur l’évènement pour présenter SK’lab, son concept de fixation de prises d’escalade, il n’avait eu besoin que d’une démonstration pour nous bluffer et nous séduire. Et une démonstration chez SK’lab, ça va très vite!!!! Environ 4 secondes le temps de « visser » et « dévisser » une prises…

L’ouverture est un travail si fastidieux que l’idée même de devoir démonter et remonter les prises de votre pan de 2 mètres carré vous met le moral au fond des chaussettes… Et là, comme la lumière au bout du tunnel,  vous trouvez Fred !!

Le problème est que le tunnel est long, très long, car c’est le processus de fabrication des prises ainsi que le système d’insert qu’il faut revoir. Il faut donc, dans le même temps, convaincre les fabricants de prises et les propriétaires de structures de se jeter à l’eau. Long le tunnel…

 

Le projet avance-t-il?

Le projet avance. Doucement, mais sûrement j’espère. En tout cas on essaie de s’y atteler au mieux avec les moyens qu’on a. Ça prend beaucoup de temps pour faire évoluer les choses : tout le monde trouve le système super intéressant mais quand il faut concrétiser le choix de son installation c’est plus délicat. Il y a sans doute une certaine méfiance vis à vis de la nouveauté. Le prix, sensiblement plus élevé est également un frein, malgré la perspective d’un retour sur investissement assez rapide.

Nous avons quelques projets en cours tout de même pour 2017 : nous devrions poursuivre la rénovation du mur de l’UPFR Sports de Besançon (dont une bonne partie a déjà été faite cette année et s’avère parfaitement fonctionnelle), un collège, la salle Entre-temps de Besançon et quelques petits pans.

Avec quelle(s) marque(s) de prises travailles-tu aujourd’hui? As-tu des pistes d’avenir?

Pour l’instant, je travaille essentiellement avec Volx holds. Nous avons développé avec Christophe Picard et Laurent Nesme un process de fabrication qui permet d’utiliser assez simplement les moules traditionnels et y intégrer les douilles spécifiques SK’lab. La problématique était de ne pas trop compliquer la coulée et obtenir un résultat parfait en terme de finition. Cela nous a pris plusieurs mois, mais le résultat est très satisfaisant.

J’ai eu quelques contacts avec un bon nombre d’autres fabricants qui sont favorables à la commercialisation de leurs prises en mode SK’lab s’ils en ont la demande. Et nous sommes prêts côté fabrication.

Je souhaite également créer une gamme spécifique SK’lab en collaboration avec Volx : des modèles propres dont certains devraient être spécialement destinés à des applications pédagogiques que j’ai développées et que je souhaite diffuser plus largement (Revue EP.S n° 277 et 369).

 

Avec quelles salles travailles-tu? As-tu des pistes pour le futur?

Il y a la salle de l’université de Franche-Comté où on a installé le premier mur SK’lab. Sinon, mis à part Entre-temps de Besançon, avec qui je suis en contact pour la construction de leur future salle, je n’ai pas de partenariat particulier avec des salles. Il y a un gros travail à faire de ce côté là je pense.

Quelle est la plus grosse difficulté que tu dois surmonter?

Convaincre de passer à l’installation. Le gros problème actuellement est commercial à mon avis. Je manque de temps et d’argent pour assurer cette tâche essentielle. De compétences spécifiques également. L’idéal serait de pouvoir embaucher un commercial à temps plein. Ce que nous ne pouvons pas nous permettre pour l’instant.

On t’a vu à Friedrichshafen, as- tu des contacts avec des partenaires étrangers?

Oui, j’ai eu beaucoup de contacts avec des fabricants et partenaires potentiels étrangers. Certains ont été suivis par l’envoi de plaques de démo, de commandes pour des essais avec les gens de USTETO Allemagne, Bulgarie et Danemark et en Belgique avec MaxClimbing notamment. J’attends la suite avec beaucoup d’espoir !

Es-tu en contact avec la fédé? l’IFSC?

Je suis en contact avec la FFME depuis un moment maintenant. Nous devions réaliser une petite partie du mur de Karma à Fontainebleau, mais c’est tombé à l’eau au dernier moment, je ne sais pas vraiment pourquoi.

Le projet était encore d’actualité la dernière fois que j’en ai parlé avec Vincent Maratrat (Responsable SAE à la FFME), pour une petite partie du pan. Je l’ai recontacté il y a quelque temps pour lui soumettre un devis. J’attends la réponse.

Je n’ai pour l’instant pas de contact avec l’IFSC, mais je pense que vais le faire rapidement, en particulier au sujet des prises de vitesses que mon système permettrait de fixer facilement toujours dans la même position grâce à l’indexation qu’autorise le crantage anti-rotation qui le caractérise.

As-tu des grimpeurs ou des ouvreurs qui travaillent ou militent pour ta cause?

Mélanie Sandoz (Championne du Monde de bloc 2012) soutient officiellement le projet depuis le début. Sinon j’ai dans mon entourage pas mal de grimpeurs et ouvreurs locaux qui œuvrent en ma faveur en parlant du système un peu partout. Et tous ceux que je connais moins : j’ai pas mal de marques d’intérêts et de soutiens via les réseaux sociaux par exemple.

Des remerciements?

Volx : Christophe Picard pour son soutien de la première heure, son aide pour les prises, mais aussi pour les contacts au salon entre autre. Laurent Nesme pour son aide technique sur les procédés de fabrication des prises.

Didier Klainguer, mon associé, investi dans le projet depuis les premiers protos. Il a mis ses talents de mécanicien hors paire au service du développement du système : sans lui les choses auraient été bien plus compliquées, c’est sûr !

Mes proches qui m’aident et me supportent (dans les deux sens du terme).

L’UPFR Sports de Besançon, les institutions qui m’ont apportées aide technique, matérielle et financière (En particulier l’Incubateur  d’Entreprises innovantes de Besançon, Bpi, le réseau innovation et récemment la Région Bourgogne Franche-Comté).

Tu as toujours le temps de grimper?

J’essaye. C’est de plus en plus compliqué, surtout pour aller en falaise, mais je fais tout pour y parvenir : c’est vital pour moi!

Tu penses quoi de l’escalade au JO?

A vrai dire je ne sais pas trop comment me situer du point de vue de l’éthique et des origines de l’activité : je ne suis pas vraiment sûr que cela n’engendre pas quelques dérives, que cela n’accentue pas certaines tendances…

Par contre, je suis convaincu que cela aura un rôle très positif quant à la visibilité de notre activité, au nombre de pratiquants, aux moyens dont elle disposera pour se développer… Cela ne pourra être que positif pour SK’lab. Bien entendu, mon rêve serait de pouvoir équiper un jour les murs des JO.

 

On est en droit de rêver car le système SK’lab révolutionne complètement l’approche que l’on peut avoir de l’ouverture. Avis donc aux amateurs et à tous les porteurs de projets, la révolution ne se fera pas sans vous !! En tout cas chez PG, on y croit.

Publié le : 02 janvier 2017 par Vincent vues

# Actualités PG

fred lab