Le contenu

Première soirée de finales à Chamonix: vitesse et paraclimbing

Une première soirée de finales, et une première soirée très riches en émotions, à commencer par les finales paraclimbing. On se souvenait des championnats du monde à Bercy, et bien pour ces championnats d’Europe, on a remit le couvert sur la place du Mont Blanc! De l’émotion, de l’émotion, de l’émotion. Comment faire autrement face à ces athlètes hors du commun, avec une persévérance,  une ténacité et un mental incroyable. Que ce soit les amputés, les déficients visuels ou encore les déficients physiques ou neurologiques, tous se donnent à fond, vivent leur passion et nous la communique sans complexe, quel spectacle! Je peux vous dire qu’on pouvait entrevoir des yeux brillants aussi bien chez les athlètes que dans le public… Entre l’espagnol amputé qui est à deux doigts de randonner dans le 7c, notre français déficient visuel Nicolas Moineau qui fait preuve d’une résistance incroyable en statifiant tous les mouvements avec l’aide de son guide Sebastien Gnecchi, ou encore notre Philippe Ribière national, Vous l’aurez compris, on en redemande, et on espère voire ce genre d’événement se développer!

Au total, les français ont totalisé pas moins 7 médailles:

– Le bronze pour Roxane Heili, Oriane Moreno, Philippe Ribière et Yves le Bissonnais

– L’argent pour Noel Colin

– L’or pour Mathieu Besnard  et Nicolas Moineau qui après avoir raflé le titre de champion du monde à Bercy, repart avec le titre de champion d’Europe.

 

Côté vitesse, 3 français et 1 française étaient engagés, et on peut dire qu’ils n’ont pas été chanceux… Yoann Lecouster réalise un faux départ, et étant donné qu’il en avait déjà un à son actif durant les qualifs, le voila éliminé un peu prématurément (le nouveau règlement stipule que les grimpeurs n’ont droit qu’à un seul faux départ durant toute la compétition). Bassa Mawem quant à lui réalise 2 faux départs coup sur coup en 8ème de finale et passe donc également à la trappe. Quentin Nambot ne fera quant à lui pas le poids face à son adversaire direct dès les 8ème de finales. Notre seule française des phases finales, Anouk Jaubert, passera les 8ème mais se fera sortir en quart. 

On vous parle de la malchance des français, mais quand on regarde d’un peu plus près, il y aura eu un nombre de faux départ incroyable sur cette compétition (tiens, ça nous rappelle Bercy… Ne serait-ce pas les mêmes starters…?). Et à en croire certains compétiteurs, il n’y a qu’en France qu’on voit une vingtaine de faux départ sur une compétition. Cherchez l’erreur… 

Côté sportif, ce qu’on peut retenir de ces finales, c’est que les pays de l’est sont en majorité (Ukraine, Pologne, Russie ou encore la république tchèque), et mettent le bouillon à tout le monde. Les seuls qui auraient pu venir les taquiner sont nos français qui se sont fait sortir trop tôt. 

Chez les femmes, c’est la Russe Anna Tsyganova qui l’emporte, avec un chrono à 8,12. Elle devance la polonaise Aleksandra Rudzinska et une autre Russe Yuliya Levochkina.

Chez les hommes, c’est le géant tchèque Libor Hroza qui monte sur la première marche du podium, avec un meilleur chrono à 6,03. Il est suivi par le polonais Marcin  Dzienski, et l’ukrainien Danylo Boldyrev. 

 

 

Publié le : 13 juillet 2013 par Charles Loury vues

# Actualités PG

championnat d'europe chamonix 2013