Le contenu

Coup de gueule de Sheila McCarron suite aux championnats régionaux ce we à Echirolles

Planetgrimpe a ouvert, ou tout ou moins contribué à, un débat sur le format de nos différentes compétitions.

D’une part au sujet du nouveau règlement qui départage les finalistes au temps en cas d’ex aequo, et d’autre part sur le format des coupes de France qui font que fatalement certains grimpeurs feront une voie et demie avant de rentrer à la maison. Ces débats sont les bienvenus.

Je voudrais en ouvrir un troisième, sur les compétitions de vitesse.

D’autres rendez-vous du calendrier m’y ont fait pensé, mais c’est à Echirolles ce weekend, que j’étais particulièrement frappée par deux soucis.

Un certain nombre de grimpeurs se sont inscrits pour faire de la vitesse, les qualif’ se déroulant tout au long de celles de difficulté. Certains sont des spécialistes, d’autres ont tenté leur chance. Très bien.
Par contre, au moment des phases finales, où étaient ils ?

Non seulement les grimpeurs de difficulté se sont éclipsés, laissant les grimpeurs de vitesse faire leur compétition dans une salle pratiquement vide (pas cool), mais certains qui s’étaient qualifiés pour la vitesse, étaient également partis !!!
Ainsi certains grimpeurs sont arrivés en finale sans avoir dû se confronter à un seul adversaire, d’autres ayant fait 2 ou 3 runs au préalable…
Même problème le dimanche que le samedi, toute catégorie confondue donc.

Vous imaginez un seul instant être qualifié(e) pour une finale de diff’ et finalement préférer rentrer chez vous au lieu de la faire ?!!!

De deux choses l’une. Soit la compèt vaut le coup d’être faite et on la fait jusqu’au bout, soit c’est un jeu et on ne s’inscrit pas, non ?

Les deux soucis majeurs que j’ai évoqués sont donc : le manque de respect pour les grimpeurs et le manque de respect pour cette discipline.

Voilà pour le coup de gueule. Comment améliorer l’organisation pour que cela se passe mieux ?

Souvent il y a des trous dans le déroulement d’une compétition. Quand les finalistes sont en isolement par exemple. Ce serait peut être le moment ? Mais se pose le souci de ceux qui sont à la fois en finale de diff’ et de vitesse, aussi bien sur l’aspect physique (fatigue d’enchainer plusieurs runs de vitesse avant une finale de diff’) que sur la gestion du secret de la voie de finale en diff’. Si les demi-finales sont en format flash, cela pourrait être une possibilité ?
Peut être faut il tout simplement faire la vitesse à un autre moment, mais il y aurait là d’autres implications en termes de logistique pour les organisateurs et de coût pour les clubs (déplacements notamment).

Voilà, je pose le problème, je n’ai pas la solution mais je pense qu’il faut qu’on en trouve une ensemble.

Rappelons nous que notre sport comporte TROIS disciplines, aussi valables, aussi ‘médaillables’ (si l’on veut poser le débat à ce niveau là), les unes que les autres. Une médaille d’Anouck, Margot ou Yoann aurait-elle moins de valeur que celle de Mélanie, Cécile ou Loïc, ou celle de Charlotte Hélène ou Romain ?
Sont-ils des grimpeurs moindres ? Evidemment que non.

Il est donc temps de prendre la vitesse au sérieux, de la respecter et de respecter les grimpeurs qui la pratiquent.

Sheila McCarron

Publié le : 14 janvier 2013 par Charles Loury vues

# Actualités PG