Vacances aux Terradets

Les vacances de février ont commencé par une dernière journée au secteur des Simpsons (saint léger) avant de se diriger vers les Terradets en Espagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sali sala salut 8b+ (secteur simpson)

Et ce fût une bonne journée pour se mettre en confiance grâce à l’enchainement de Sali sala salut, un 8b+ bien représentatif de ce petit secteur local équipé en grande partie par Frank Villepini. Du dévers, 15m de haut, des règles sur lesquelles il faut fermer fort le bras, et un peu de renfort en sika. Ce secteur d’intérêt local est intéressant de par l’effort qu’il demande. A peine les pieds décollés, la difficulté commence, et ce jusqu’en haut. Ce qui représente environ 20 à 30 mouvements de rési bien intense.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Secteur des Simpsons

La croix faite au dernier essai de la journée, on se dirige vers Aix en Provence pour une petite soirée entre grimpeurs. Puis, il est temps de  trouver un endroit pour se poser avec le camion et faire une bonne nuit avant le trajet pour les Terradets le lendemain matin. Sauf qu’en se réveillant à 9h, surprise, il pleut, et le camion s’embourbe encore et encore. Désespérés, on sort du camion sous une grosse pluie, dans la boue et on essaye de sortir le camion de cette tranchée pendant bien 2h. En vain, impossible de le sortir. On est trempés, tout boueux, et congelés. Heureusement, notre sauveur Antonin Rhode vient à notre rescousse avec un treuil. Et après pas moins de 2h d treuillage, le camion est de nouveau sur le goudron. Il est 15h30… Départ pour les Terradets !

Lundi 8 février, ça y est on y est ! Face à la falaise des Bruixes des Terradets. Le mur est époustouflant, du rocher jaune entrecoupé de coulées noires, avec de superbes petites draperies un peu partout, des colos. Et quasi exclusivement des 7c, 7c+, 8a, 8a+. Ça donne envie !

IMG_0487
Secteur des Bruixes (Terradets)

Chaussons aux pieds, on commence par un 7a classique, très beau mais qu’est-ce que ça fait mal aux avants bras… Pourtant les prises sont énormes, mais les voies sont conti, il va falloir s’y habituer car ce n’est vraiment pas mon point fort.

IMG_0489

Malgré que les voies soient patinées, elles sont toutes plus belles les unes que les autres. Et honnêtement, vu la taille des prises de pieds, la patine ne dérange pas trop. Parmi celles que j’ai faites, mes coups de cœur portent sur Tirabolts 8a+ à côté d’une belle coulée noire, bien physique avec notamment un gros fermé depuis un mono. Formula weekend 8a, rési avec des jolis mouvements, la primera linea 7c+ plus patinée que les autres il me semble, mais avec un joli crux dans un beau mur vertical.

IMG_0488
Au pied de Definicion de accion 8c

Et parmi celles seulement essayées, une des voies les plus majeures du secteur est certainement Democratia 8b, avec deux sections rési (une physique sur prises verticales et une sur petite colo plate) entrecoupées d’un repos. Flix flax 8a+, très varié avec un pas de bloc puis un beau mur à réglettes franches, un bombé un peu physique avec un bidoigt et un réta final pas évident qu’il faut bien calé, bref superbe ! Enfin je conseillerais Definicion de accion 8c, qui traverse le long de la lèvre de la grotte. Une voie de rési intense avec une approche physique sur prises un peu plates, puis vient le crux plutôt atypique avec un talon haut, sur cela on enchaîne deux croix de fer assez loin, un repos pendu sur des bacs et un joli finish moins dur sur colos et prises franches.

Et pour les jours de repos où l’ambiance est glauque, rien de mieux qu’un petit goûter au chaud chez Winnie à Tremp, avec café, crêpes, wifi… ou une visite à Santa Linya pour essayer de croiser quelques machines telles que Adam Ondra.

IMG_0479
Ambiance maussade aux Terradets
IMG_0480
Grotte de Santa Linya
IMG_0484
Les crêpes de chez Winni (Tremp)

Et maintenant back to home…

Fin d’année 2015 et début 2016

La rentrée en septembre 2015 s’annonçait bien… Un poste de remplacement à l’année  en lycée à Vaison la romaine (à 10min de chez moi) et en collège à Valréas. Un bon emploi du temps me laissant le temps de grimper en falaise le mardi et le mercredi aprem et le jeudi soir en salle. Juste parfait!

Côté grimpe, j’étais bien en forme après un mois de juillet passé dans le briançonnais et un mois d’août passé dans les asturies.

La cicera (Asturies)
La cicera (Asturies)

Mais la fatigue accumulée et le manque de repos (je pense)  après cet été riche en grimpe m’a coûté une blessure au doigt fin septembre. Au début juste une petite douleur, mais comme tout grimpeur qui se respecte, on ne s’arrête pas de grimper, on finit la séance à la salle GRIMPER d’aix en provence, un jour de repos, et on part un week end grimper dans le verdon.

Salle GRIMPER aix en provence
Salle GRIMPER aix en provence

L’erreur… Le dimanche matin, le moindre mouvement de la vie courante me fait mal au doigt. Que faire alors?  Se reposer évidemment… 3 jours… Et c’est reparti pour grimper. Sauf que maintenant même les bacs de Lourmarin me font mal au doigt. Plus le choix, je dois me reposer plus longtemps. Mais je fais alors une deuxième erreur : ne pas faire d’examens. Car qui dit examens, dit prise de rdv chez un médecin du sport (quleques jours d’attente), puis pris de rdv pour une échographie (3 semaines d’attente), puis prise de rdv chez un spécialiste de la main (au moins 3 semaines). D’ici là je me dis que je n’aurai plus mal au doigt avec du repos. Mais malheureusement, ça traine ça traine. Commençant à désespérer, je me fais enfin prescrire une échographie du doigt fin novembre et résultat mi décembre : ténosynovite du tendon fléchisseur du majeur.

échographie du doigt

Rassurée de  ne pas avoir une poulie partiellement lésée je me remets doucement à la grimpe en faisant hyper attention. Grimpe en moulinette, choix de voies qui à priori ne tire pas trop sur les doigts, pas de voies au-dessus de 7a/7b, stap du doigt, bonne hydratation, gaulthérie…

Trop contente de reprendre la grimpe! Mais je me sens vraiment naze après deux mois et demi sans grimper, je ferme encore le bras (grâce à la PPG que j’ai essayé de faire pendant cette période de convalescence) mais je ne tiens plus une prise… Etant donné mon niveau de forme, Beaumerousse (près de Buis les Baronnies) était un site parfait. Je n’y avais jamais grimpé auparavant, et le fait d’être en reprise m’a permis de découvrir cette falaise où il y avait eu des championnats de France jeune en 1995. Mêmes si elles sont un peu patinées, il y a de très jolies voies.

Guillaume Lebret dans « le plafond d’Adès » 8a+ Beaumerousse
IMG_20160117_165746
Guillaume Lebret dans « le plafond d’Adès » 8a+ Beaumerousse

Après 4-5 séances de grimpe, je refais un 7c « pièce rapportée » dans laquelle la fermeture de biceps est plus importante que la tenue de prise. Puis avant les fêtes de noël, petit détour par l’auberge espagnole dans le vercors  où je refais un 7c+ au 1er essai « nique france telecom ». Je me rends compte que finalement ce ne sont pas forcément les réglettes qui me font le plus mal au doigt, mais plutôt les verticales, certains plats. En fait il n’y a pas de constance, tant que je n’ai pas touché la prise je ne sais pas si elle va me tirer le doigt ou non.

L’auberge espagnole
IMG_0403
Team planetgrimpe

En janvier je renoue avec le huitième degrè à roquevaire avec d’abord « impression d’Afrique » 8a (3ème essai), « ion ti souris » 8a (2ème essai), puis croûte que coûte 8b en 5-6 essais, « la critique » 8a (1er essai). Bizarrement j’arrive à tenir les réglettes de roquevaire, mais dès que je fatigue je dois arrêter car je sens encore mon doigt faible.

Roquevaire
Roquevaire
IMG_0430
Team planetgrimpe

Parallèlement en semaine je grimpe à saint léger, au secteur local de « broute minou » où j’enchaîne « abus de biens sociaux » 8a (2ème essai) et « la planète des pinces » 8b (petit peut-être) (au 2ème essai).

Maintenant place aux vacances….. :)

Pure journée de grimpe

Comme je l’ai annoncé dans mon post précédent, hier était une pure journée de grimpe avec de belles croix à la clé, et ça sans que je m’y attende. En effet, sachant que je n’étais pas trop en forme ces 2-3 dernières semaines, j’ai fini par m’y faire et par arrêter de me prendre la tête. Du coup ces derniers jours je venais à la falaise simplement pour grimper et me mettre le fight dans les voies, sans penser aux croix qui me paraissaient de toute façon complètement inaccessibles. Hier je suis donc arrivée face Est avec le même état d’esprit. J’attends tranquillement que le short dans le trou (7b) passe à l’ombre pour m’échauffer dedans. Puis je prends une pause de bien 1h30 à regarder grimper la team de Massy et à discuter avec eux. Puis je me lance dans le Nabab (8b+), juste pour grimper, sans aucune perspective de croix. Et dès la première section rési, j’ai des supers sensations et je me sens vraiment bien dans les mouvs. Donc là je commence à me dire que je peux peut être faire un bon run, c’est cool. J’atteins assez facilement le repos et je suis déjà trop contente car c’est mon meilleur run dans la voie.  Sur le repos  je me dis, bon allez zéro pression, fais toi plaisir dans les mouvs et mets toi le fight. Je ne pensais toujours pas à l’enchaînement qui me paraissait encore loin. Et là méga surprise je passe la deuxième section, énorme!!!! Par contre sur le dernier repos avant la partie finale, je commence à flipper un peu car j’avais fait le haut qu’une fois. Et même si normalement ya aucune raison de tomber au-dessus, je prends quand même peur car je sais que parfois, avec ma rési de moineau, je peux craquer dans les parties moins dures en haut des voies. Heureusement, les encouragements sont là pour m’enlever un peu la pression et ça passe!!! J’explose de joie, car pour moi, même en forme, le Nabab me paraissait dur car très rési et conti. Et en plus de ça, 2 jours avant j’explosais direct dans la première section Du coup la croix était une énorme surprise pour moi. C’est vraiment génial quand ça se passe dans ce sens là. Ça apporte une énorme satisfaction que je ne suis pas prête d’oublier.

Le nabab 8b+ (face est saint léger)
Le nabab 8b+ (face est saint léger)

Après être descendue de la voie, j’hésite à aller dans le rouquin crétin, un nouveau 8b+ à gauche du Nabab équipé par Antonin Rhodes l’année dernière. Puis finalement je me dis que quitte à être en forme, autant en profiter pour mettre un run le soir dans Oussama l’air dur (8b+) en face sud. On ne sait jamais… Donc je me repose jusqu’à ce qu’on se rende à la face sud. Je pars dans oussama et là énorme surprise encore, je passe le crux qui consiste à partir de deux mauvaises réglettes et à jeter dans un bac en prenant un méga balanc. Dément!! Tout comme dans le Nabab la fin de la voie me stresse un peu car je ne sais pas trop si j’aurai assez de réserves, je n’ai plus trop de repères étant donné que mon état de forme passe d’un extrême à l’autre. Et finalement, ça passe sans que je me fasse peur en grimpant dans le haut. Et là en clippant le relais, j’hallucine complètement de la journée que je viens de faire et c’est l’euphorie. Je ne suis pas prête d’oublier cette journée de si tôt :)

Merci pour l’ambiance et les encouragements!!!

Le point sur cette année

Ça fait vraiment un bail que je n’ai rien posté sur mon blog et je m ‘en excuse. Je vais essayer de faire un résumé de ce qu’il s’est passé pour moi depuis mai dernier. D’abord une blessure au doigt fin mai et un arrêt d’un mois et demi, puis reprise de la grimpe à Rodellar et à la ramirole dans le Verdon. Dur dur!!! 20 mouvs, c’est à peu près le max que je peux faire…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La ramirole

Finalement je passe une bonne partie de l’été à la grotte des Branches de façon à voir mon chéri qui fait la saison de canyon en Ardèche. Ça m ‘a bien remis la patate et j’ai fait pas mal de voies dans le 8a-8b dont OGM, une des plus belles de la grotte. Ensuite retour à la baleine à Saint léger où je retrouve Antonin Rhodes. Et là, il arrive à me motiver pour aller dans Léviathan, un 8b+ surlong qui monte tout en haut de la baume, complètement conti, mon anti style quoi. Mais finalement je me dis que ça peut que me faire progresser de travailler un de mes points faibles. D’autant plus que les mouvements sont vraiment sympas. Et contre toute attente, je réussis à faire la croix au 7ème essai malgré une ptite vibrante  sous le relais. Vraiment trop contente d’avoir fait une voie dans ce style. Léviathan fait, je démystifie un peu la baume et me lance dans amateur de gros essaim (8b+/8c). Bon ok j’avoue, c’est aussi grâce à Antonin que j ‘ose aller dedans… Je n’y serai jamais allée de moi même. Et je l’en remercie car c’est un peu grâce à lui que j’ai pu faire ces deux belles croix. Une fois Guillaume rentré à la maison, je continue sur ma lancée avec  une voie légère 8b+. Puis arrive les vacances de la Toussaint et le trip à la ramirolle.

P1060494
Feux occultes 8b+ (Ramirole)

En fin de trip Guillaume retrouve la forme en passant vraiment pas loin de l’enchaînement de la flûte en chantier. Aucune croix pour moi, mais peut être  quelques progrès en coincement de genoux (et oui, encore un de mes points faibles :) ).

P1060498 - copie
Les feux occultes 8b+ (Ramirole)

Le retour à Saint léger se fait sous la pluie et le mois de novembre est très capricieux. On ne grimpe quasiment pas du mois. En décembre, conditions obliges, direction les simpsons, un ptit secteur de Saint lég où les voies font une quinzaine de mètres dans un bon dévers à règles. Beaucoup de prises sont renforcées mais l’effort est vraiment sympa et me convient vraiment bien.

P1060504-1
Nathan prend chaud aux Simpsons
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Secteur des simpsons

Après l ‘enchaînement au 1er essai du glouglouteur 8b, je me mets en projet dans bleurp un 8c. Je passe à deux doigts de l’enchaînement en tombant pour aller prendre le bac final. Un peu dégoutée, mais bon c’est pas grave c’est bientôt Noel, et il est temps de profiter des fêtes et de la famille. La période de janvier à mi-février est synonyme pour moi de fatigue (donc repos) et de ski. Autant dire que le trip à Siurana lors des vacances de février a été rude. Trip à Siurana = rouste, trip à Siruana en reprise = méga rouste + déprime :D

IMG_0030
Squat sur le parking

La forme revient petit à petit, mais le temps me parait long. Je pose mes paires dans Aoc la baleine (8c) et oussama l’air dur(8b+) en face sud, puis direction la verrière et cantobre pour un week end de 3 jours. La verrière est un ptit secteur face sud bien sympathique, les voies sont exigeantes et je réalise seulement ptit Josh au 1er, un 8a  très joli. Ensuite, direction Cantobre où je me sens plus dans mon élément : du méga bourrinage sur trous :D

Je parviens à faire deux super voies : turbo diesel (8b) au 2ème essai et gasoline (7c+) à vue en fin de séance. De retour à la maison, je fais quelques bon essais dans Aoc et oussama, puis comme à mon habitude, c’est la méga décadence. Je passe de : faire de bons runs dans mes projets à galérer dans la voie d’échauff. Et c’est vraiment rude pour le moral, je commence à péter des câbles. J’ai honte d’avoir un comportement comme ça :s et je m’excuse auprès des grimpeurs présents pour ma mauvaise humeur, et également auprès de mon chéri qui doit supporter mes pétages de câble :s

Encore un point très important à travailler pour moi : rester zen et réussir à se faire plaisir malgré la sous forme.

Et c’est jusqu’à hier que cette période de méforme dura. Et d’un coup, du jour au lendemain, méga patate, complètement inexpliquable.

P1060229

Foetus

En grimpant avec Anthonin (dont j’ai parlé dans mon précédent post), je finis par le suivre dans son nouveau projet foetus trou du cul 8b/8b+ (plutôt 8b selon moi) en face sud à Saint léger. Je profite alors bassement de ses dégaines et de ses méthodes. On découvre tous les deux cette voie qui fait peur de par la ligne qui passe dans un très gros dévers et de par le fait qu’on voit peu de monde dedans. Et effectivement, la voie parait quasi neuve. Finalement, après une première montée de repérage, on la démystifie un peu en faisant tous les mouvs. La voie commence par une petite section sur colo qui force un peu puis s’en suit des mouvements un peu loin sur bonnes prises avant d’arriver à un repos avec un genou. Et là ça commence à envoyer! Avec une section intense sur colos, réglette et plats qui sont plutôt bons, mais le problème c’est que ça penche sévère!! :)                   Bref, une voie classe, naturelle, qui force bien,  le tout dans un  gros dévers.  Finalement on enchaîne tous les deux la voies en 7 essais pour Anthonin et 5 pour moi. Pourvu que ça dure pour cet été! :)

Face nord et face sud à Saint léger

Bon finalement, compte tenu d’une petite baisse d’efficacité après ma grande période de forme, j’ai un peu abandonné mes projets en face est à Saint léger (le nabab 8b+ et le mur des cyclopes 8b) pour découvrir la face nord et faire des voies moins dures. Et ce fut une belle surprise. Les voies sont toutes classes et plutôt rési même celles qui paraissent courtes, comme le blues l’emporte sur la raison 8a (1er essai), la fuite en avant 7c (1er essai), les apnées de la petite grenouille 8a (1er essai), j’écrins le pire 8a (1er essai, intense en bas et sympa à grimper malgré l’écaille recollée. Par contre la fin n’est pas très intéressante et ne change rien à la cot’).

10308414_497702317021814_3694510945124774040_n

Et puis finalement, vu des températures pas encore trop chaudes, la présence d’un peu de vent et le fait que les dévers de la face sud sont à l’ombre et tout secs, je me rue sur ce secteur sur lequel je n’ai encore quasiment jamais grimpé. Doutant de mon état de forme, je continue sur ma lancée en ne me mettant pas de gros projets et enchaîne panique au poulailler 8a (1er essai, bel effort de conti sur des cubes plats typiques de Saint lég, mais la gestuelle est plutôt banale), t’as pas pissé là 8a+ (1er essai, a été rééquipé, ce qui est bien pour travailler le pas de bloc qui est classe),  légitime démence 8a+ (très belle voie avec de grands mouvs sur bonnes prises). Puis un soir où j’avais peu grimpé la journée, je vais dans black et mortifer, un 8a qui ressemble fortement à panique au poulailler qui est juste à gauche (grimpe sur des cubes, mais avec un pas de bloc plus marqué et un peu moins conti) et je le fais à vue! Du coup je me dis que la forme est peut être en train de remonter, mais pas sûr. Par la suite, je commence à grimper avec Anthonin Rhodes, qui est peu connu malgré son grand passif de grimpeur et d’équipeur. Ce qui est bien dommage, car c’est grâce à des équipeurs passionnés comme lui qui apportent du renouveau aux falaises, que l’on peut continuer à grimper sur toujours plus de voies majeures. Et malheureusement peu de personnes se rendent compte du travail et de l’investissement que cela demande et témoignent finalement peu de reconnaissances à tous ces équipeurs qui nous permettent de vivre pleinement notre passion. Alors un grand merci à eux!

 

P1060209

La forme revient

Comme je l’ai dit dans mon post précédent, j’ai fait une petite pause grimpe pendant les fêtes de fin d’année. Alors forcément, après 3 semaines sans grimpe, quand on retouche du caillou ça fait mal aux bras, très mal. Et la forme n’est pas au rendez vous, normal… Mais bon, ca m’est égal, j’ai qu’une envie, c’est de grimper autant que possible et me donner à fond dans toutes les voies quelque soit les cotations. C’est dans cet état d’esprit que je commence à me mettre des combats à vue dans les 7b+ du secret spot de la drôme que je découvre, puis progressivement dans les 8a . Réussir à me battre dans les voies et à tout donner jusqu’à la dernière force est pour moi une grande satisfaction car ce n’est pas  mon habitude (et oui, petit mental malheureusement :-s). Du coup, je prends énormément de plaisir et les cotations m’importent peu. Et tant mieux car c’est en se mettant des doses qu’on parvient à retrouver du niveau. Et ça ne manque pas, je recommence à enchaîner quelques voies dans le 8 avec Prix d’interprétation (8a, 3ème essai, secret spot, soft), Pas pire bitte (7c+/8a, 2ème essai, secret spot), puis Merci les ticks (8a, 1er essai, secret spot) et Classe crôute dans la même journée (8a+/8b, 4ème essai, secret spot) dans un mur léger dévers à croûtes passant dans une superbe  coulée jaune-blanche, à faire absolument!!


P1060266

 

Je commence alors à me sentir en forme et je retourne à Saint léger tester Autant suspend mon vol (8b). Une voie plutôt verticale, avec une section dure et à doigt en bas, un repos, puis une rési sur petites prises et enfin une dalle pas très dure mais bien engagée. A la première montée la voie me parait plutôt dure, il me manque un mouvement dans la section du bas et ça me parait bien rési. Bref, avec le soutien de mon copain (car je n’ai pas pour habitude de beaucoup persévérer dans les voies et j’abandonne en général très vite (5 essais max)), j’y retourne malgré tout. Et ça finit par faire au bout d’une petite dizaine d’essais. J’étais super contente de l’avoir enchaîné en me mettant un beau combat dedans,en restant lucide et en continuant à bien grimper dans cette voie exigeante malgré la dose d’acide dans les avants bras. Puis tout s’enchaîne très bien. Le lendemain je repère le placard (8a+/8b) que je fais le surlendemain. Puis après un jour de repos, je décide de m’atteler à mon ancien projet de l’automne En verve et contre tous 8b+. Et ça bouge vraiment bien, je sens l’enchaînement tout proche. Je finis par faire un jour où pas mal de copains étaient là, c’était top! Surtout pour l’enchaînement de mon premier 8b+. A partir de ce moment là, je sens la fin d’un blocage psychologique en terme de cotations, elle ne me font plus peur. Je continue alors sur ma lancée et je vais repérer les mouvs dans une autre voie mythique de saint léger, Le concept 8b+. Une voie constituée de deux sections bien rési et puissantes entrcoupées d’un repos qu’il faut s’approprier. A la première montée, je fais direct tous les mouvements et la section du bas me paraît la plus difficile, car les mouvements sont loin, puissants et je fais un peu l’étoile :D. Mais finalement j’automatise assez vite les premières dégaines et je monte très vite au début de la deuxième section dure dans laquelle il faut bien gainer et griffer des pieds bas. Puis je tombe quelques fois à l’avant dernier mouv de la dernière section pour enfin enchaîner la voie en une petite dizaine d’essais. Trop contente d’avoir fait cette voie mythique de saint léger pour laquelle des Tchèques font le voyage :)

 

P1060273

Désormais je me suis mis un double projet : le nabab 8b+ et le mur des cyclopes 8b. On verra se que ça donne…

Je vous tiendrai au courant dans de prochains posts ;)

 

Le sud…

Ca fait vraiment un bail que je n’ai rien posté sur mon blog, du coup j’ai pas mal de choses à raconter.

Déjà, suite à ma reprise à la grotte des branches début juin, la forme      revient pas mal. Mais malheureusement je me blesse à l’épaule début  juillet. Il m’est alors quasi impossible de grimper et lorsque j’essaye  malgré tout, je sens que ca va vraiment accentuer la blessure. Donc je  décide de m’arrêter pendant 2 mois,  durée minimale requise pour ne  plus ressentir aucune douleur. Et c’est reparti pour une énième reprise  de la grimpe en septembre… Ca commence à être pénible!! A nouveau d e mauvaises sensations, des grosses dobantes dans le 7a, etc.

P1060158

Heureusement il y  a une bonne nouvelle, c’est que cette année j’ai déménagé dans le sud, à Malaucène, à côté du mont ventoux. Ce qui me donne la possibilité de grimper très souvent en falaise et de retrouver la patate. La forme revient alors progressivement et le soleil est au rdv,comme toujours dans le sud en fait. Ca change!!! Ca me permet de commence à réenchaîner quelques 8a+ au 1er essai à Saint léger (professeur baba, méthode zéro, lézard d’école 8a, mélodie pour un ami ardéchoi 8a+)

 

P1060208Puis, direction la Sardaigne. Après une nuit bien longue passée sur le pont du ferry, et 2h de voiture, nous voilà arrivés à l’appartement situé à Cala Gonone. La fin de journée est dédiée au feuilletage de topo et au repérage des secteurs. Vivement le lendemain!! Au final, pas de réelles grosses croix pendant de séjour (2x 8a+ et Raoni 8a) mais un cadre bien sympa, avec plein de petits secteurs avec des orientations différentes tout le long du canyon de cala fuilli, ainsi que des secteurs au bord de la mer, notamment des secteurs faciles (du 5 au 6), et bien sûr la fameuse grotte millénium. Même si celle-ci est certes complètement énorme et majestueuse, il faut aimer les très très grandes envolées, et les prises peuvent être complètement glauques si le vent n’est pas favorable, comme dans toute falaise de bord de mer. Mais cette grotte reste vraiment à voir!

Après 2 semaines, retour à la maison, toujours au soleil. Puis direction Margalef aux vacances de la Toussaint où je me lance dans le 8b+ via del quim. Je manque l’enchaînement de peu et je reviens donc en France un peu frustrée car ça aurait pu être mon premier 8b+. Bref, j’ai envie de me venger et je vais repérer les mouvs dans en verve et contre tous (8b+) au fameux secteur Praniania à Saint léger. Je bouge vraiment bien dedans et l’espoir d’enchaîner mon premier 8b+ grandit. Mais malheureusement, du jour au lendemain, je connais une très grosse chute de forme. Au point que mes voies d’échauff habituelles deviennent mes nouveaux projets… S’en suit une grosse baisse de motivation et puis vu que c’est bientôt les fêtes de fin d’année, autant en profiter pour faire une petite pause grimpe.

 

P1060209

 

Après des supers fêtes de fin d’année et un peu de ski,  je commence à avoir les crocs… On verra ce que ça donne pour la suite… :)

 

News….

Après un long moment d’absence dû aux révisions du Capeps, me voilà plus sérieusement de retour à la grimpe. Les oraux étant passés, il ne reste désormais plus qu’à attendre les résultats et à grimper!!!

Je commence donc par passer quelques jours en Ardèche, et plus précisément à la fameuse grotte des Branches. Les trois premiers jours de grimpe sont plutôt difficiles. Tous les mouvs me paraissent surdurs, que ce soit sur des bacs ou sur des réglettes… Le moral en prend un petit coup même si je sais que c’est normal de ne pas avoir la caisse étant donné l’année de révision que je viens de passer. Mais tout grimpeur sait à quel point c’est désagréable de se sentir aussi faible et de perdre autant de niveau en terme de cotation. Pour autant, je fais avec et je décide d’essayer de me mettre le combat dans chacune des voies essayées, quelque soit la cotation. Je vais donc dans Orbital (8a+) et Assedic park (8a) pour essayer de retrouver la forme.

Mais c’est la totale désillusion, tous les mouvements me paraissent extrêmes, surtout dans orbital!!! Je commence alors à me décourager un peu et un jour de repos sera le bienvenu. Avec au programme, plage, ciné et glace. Et le moins qu’on puisse dire c’est que cela a été plus que bénéfique. Le lendemain j’enchaîne Orbital et le surlendemain j’enchaîne Assedic park en première voie d’échauffement. Trop contente!!!! Car mis à part 2 ou 3 hold up réalisés cette année malgré le faible entraînement (dont le rastaquère du Brésil 8a (au 2ème essai), Maéva 8b à Seynes en mars 2013 et no plaquetas 8a+ à la grotte des branches en mai), ça faisait un moment que je n’avais pas eu d’aussi bonnes sensations!

En espérant que ça dure!!!!  :)

 

Croix à Buoux

Une fois les écrits du Capeps passés, rien de mieux pour se détendre que d’aller grimper dans le sud au soleil!! Et plus précisément à Buoux. Samedi matin départ de Lyon à 7h30, arrêt à Valence à  8h30 pour récupérer des Valentinois, et 10h30, arrivée à Buoux. A peine arrivés au parking, direction le bout du monde pour une petite sieste forte agréable sur les dalles chaudes au pied de Choucas. Mais il va falloir penser à grimper! Alors équipement express et direction Tabou 8a+(peut être la voie le plus taillée de Buoux avec ses fameuses fourchettes à deux ou trois doigts) pour poser les paires. Dès le 2ème essai, je tombe sous le relais où 2 alternatives sont possibles : un jeté (légèrement en croisé) dans un bac à partir d’un petit bi doigt et avec un pied dans un des monos taillés d’une fourchette ou bien un gros fermé en passant légèrement à gauche avec les pieds un peu à plat pour les petits (comme moi…). Au 2ème essai,en arrivant sous le relais, je passe à gauche mais je tombe, au 3ème, je jette mais je tombe avec la main dans le bac, pour finalement enchaîner la voie au 4ème essai en optant pour la solution du jeté.




Ensuite direction Choucas (8a+), LA voie de référence à Buoux. Après avoir poser les paires et repérer les mouvs, ceux qui me paraissent les plus difficiles sont ceux de la dalle du haut. Et ça ne rate pas! A l’essai suivant, je tombe dans la dalle finale…

Le week-end suivant, on recommence la même programme (sieste au bout du monde, etc), mais dans Choucas cette fois-ci. Après un échauffement dans Choucas (un peu violent) pour poser les paires, je fais un run et  devinez où je tombe?? Dans cette foutue dalle. Etant frustrée de tomber dans la dalle, je reste alors un moment là haut à essayer de caler une méthode différente. Et finalement, je trouve une méthode en passant légèrement à droite qui a l’air de bien mieux me convenir. L’essai suivant, je tombe bêtement en bas. Et au 6ème essai, enfin, je parviens à venir à bout de la dalle et enchaîne Choucas!!!

 


Bout'chou (8b+) Buoux


Le dimanche, de retour au bout du monde, je suis indécise quant à mon futur projet. Finalement, je me lance dans bout’chou (8b+), à l’échauff…. Dur!!!!!! A la première montée je ne comprends rien dès le premier pas dur car je loupe une réglette fondamentale que je ne trouverai qu’à la seconde montée. Au cours de cette dernière, je monte progressivement jusqu’à la dernière dégaine en faisant tous les mouvs. Seul le dernier mouv un peu à sensation sur un talon me résiste. Mais il devrait faire… Pour finir le week end, je retourne une dernière fois dans bout’chou et les mouvs étant un peu assimilés de la montée précédente, ces derniers me paraissent bien moins durs. Ce qui me motive vraiment pour me mettre en projet dans cette voie!!!

Alors vivement ce week end où je retourne à Buoux! Mais après les fêtes et les bons repas, les essais dans bout’chou risquent d’être très difficiles et peu concluants… Je pense que les prises vont me paraître plus petites que d’habitude… :D