Accueil > # Univers compétition > Adam Ondra VS The Project: ce qu’il faut retenir de ce duel !

Adam Ondra VS The Project: ce qu’il faut retenir de ce duel !

Hier, Adam Ondra était attendu dans l’énorme salle Klättercentret, au coeur de la capitale suédoise. Depuis le début de l’année, une voie y est tracée, dans le secteur le plus déversant de la structure. Composée de ces grosses prises violettes, cette voie fut inventée dans le but d’être la plus dure du monde.

Les créateurs de cette voie ultime, Robert Rundin et Jocke Berglund, ont imaginé une trame flirtant avec l’infaisable, l’un des deux ouvreurs déclarant: « Je ne voulais pas que nous nous limitions à ce que nous pensions être possible ».

Une difficulté croissante au long de l’ascension a été concoctée, afin que tout le monde puisse s’essayer à cette voie. Les premiers mouvements valant 6A bloc, les derniers 8C à eux seuls… The Project était né. Et quiconque en viendrait à bout se verrait remettre un chèque d’un montant de 5000 €, pour saluer sa performance. 

Dans son approche, cette voie ressemble à un projet naturel en falaise. En effet, dans 99,9% des cas, les voies sur SAE sont toutes tracées pour être enchaînées, que ce soit dans les salles privées, publiques, à l’entraînement, ou même en compétition.

Mais l’objectif de The Project est tout autre. Cette voie n’étant pas faite pour être enchaînée (du moins, pas rapidement), il faut trouver les méthodes, ses méthodes, essayer plusieurs solutions, en doutant perpétuellement de leur faisabilité. Une approche originale donc, pour une voie d’indoor.

Le cadre étant maintenant posé, venons en aux faits. 

Adam Ondra s’est rendu hier au pied de la voie pour la première fois. Pour la petite anecdote, il devait arriver plus tôt, mais bien trop occupé à retourner les falaises italiennes, il loupa son escale à l’aéroport.

Le tchèque, plus en forme que jamais, a donc pu travailler la voie durant la journée seulement, avant de s’adonner à deux « vrais » essais depuis le bas, dans la soirée.

Il est un peu plus de 18h00, Adam s’élance pour son premier essai. Il avale le début à une vitesse folle. On en arrive même à oublier que les premiers mètres ne sont quand même pas donnés à tout le monde. De nombreux spectateurs sont au pied du mur, venus encourager le tchèque dans son ascension.

Il passe le jeté, en profite pour souffler sur la prise suivante, puis s’attaque au « premier crux » comme il le dit si bien. En plein toit, Adam se tourne complètement, tente de se contorsionner, mais zippe du pied. 

« Pour que vous vous imaginiez la situation là-haut, vous êtes complètement à l’horizontale, en plein milieu du toit. Vous tenez sur de très mauvaises arquées, et vous devez pivoter l’ensemble de votre corps autour de votre pied droit tout en rentrant le genou, ce qui est un mouvement très dur. Et malheureusement, le suivant l’est encore plus ! »

« Jusqu’à la sortie du toit, ça semble avoisiner le 9b, mais après, il y a encore un 8C bloc qui vous attend avant de pouvoir clipper le relais. C’est juste fou ! En plus, il n’y a même pas de repos ! Mais je trouve le concept super intéressant ! »

Quelques minutes de repos plus tard, Adam renfilait les chaussons pour un nouvel et dernier essai du week-end. Son but ? Atteindre la sortie du toit, c’est-à-dire faire au moins trois mouvements supplémentaires que lors de son premier essai.
Le public sait maintenant à quoi s’attendre, il va falloir porter Adam Ondra du bout de sa voix.

Cette fois, Adam arrive à tenir, replace ces pieds du mieux qu’il peut, mais sa main finit par lâcher. Tant pis, il vient tout de même d’atteindre une nouvelle verticale limite, dépassant celle fixée par Stefano Ghisofli au mois de février.

« Si je devais déterminer quand est-ce que cette voie connaîtra sa première ascension ? Hé bien, je n’ai pas encore essayé la toute fin de la voie, mais je pense qu’il faudra attendre au moins 20 ans avec que quelqu’un puisse l’enchaîner. Tout simplement parce réaliser un 8C bloc juste après avoir fait un 9b, et sans s’être reposé, c’est juste quelque chose que je ne peux pas imaginer ! »

« Ce projet, c’est la voie qui est juste trop dure pour être grimpée ! Elle est bien partie pour rester sur le mur des années encore… » 

  • Quelques images d’Adam Ondra, en plein travail de la voie, hier:

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*