Le contenu

Sur les 165 salles d’escalade de France, 136 vont fermer leurs portes !

Vendredi, nous vous relations le communiqué de presse écrit par Ghislain Brillet, Président de l’UDSE (l’Union des Salles d’Escalade), qui réagissait vivement suite aux récentes déclarations du Ministre de la Santé, M. Olivier Véran.

Hier soir, l’affaire a pris une nouvelle ampleur. Suite à la confirmation par arrêté Préfectoral du 25 septembre de la fermeture des salles d’escalade en France, ce sont 136 salles d’escalade sur les 165 présentes sur le territoire qui doivent fermer leurs portes.

Ghislain Brillet a repris la parole:

« Nous étions les grands oubliés nous sommes maintenant les grands stigmatisés

Les clients revenaient, les écoles d’escalade, les clubs faisaient le plein d’inscriptions, les scolaires et les étudiants reprenaient leurs séances avec leurs professeurs. Nous étions heureux, avec nos employés de ces perspectives de rentrée, nous mettions fin au chômage partiel.

Surtout, des milliers et des milliers de travailleurs contraints au télétravail ou travaillant dans leur entreprise dans des conditions difficiles, retrouvaient le chemin de leur salle de sport pour leur plus grand bien-être.

Et voici que le Gouvernement sans aucune concertation nous informe que, dans un délai de deux jours, les salles escalade doivent fermer leurs portes.

Quatre départements (Paris et sa petite couronne), ainsi que dix métropoles Lyon, Lille, Montpellier, Bordeaux, Grenoble, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse et Nice sont concernés

Sur les 165 salles d’escalade de France, 136 vont fermer leurs portes.

Nous avons réalisé un sondage auprès de nos membres avec deux questions :
Combien d’entrées dans vos salles depuis la réouverture du 2 juin 2020 ?
Combien de cas Covid déclarés chez vos clients ?

Résultats : sur 845 700 entrées seulement 13 cas Covid déclarés.

Ces excellents résultats sont le fruit de notre travail et des protocoles sanitaires stricts que nous avons mis en place dans nos salles et qui respectent scrupuleusement les consignes qui nous sont imposées.

À titre de comparaison il faut savoir que le ministère de l’Education Nationale demande la fermeture d’une classe à partir de 3 cas Covid déclarés dans la même classe.

Les cinémas peuvent accueillir leurs clients, les Français peuvent circuler en métro, les enfants peuvent aller à l’école, vous avez le droit de travailler, mais il ne vous est plus possible de vous détendre et de faire du sport dans votre ville.

Cette décision est injuste et nous la contestons. Nous demandons à être reçus en urgence par les préfets concernés pour leur notifier notre position.

Les recours qui permettent de contester sont complexes et ont peu de chance d’aboutir. Nous allons pourtant les activer avec l’ensemble de nos partenaires syndicaux.

De très nombreuses salles d’escalade refusent cette fermeture et ne l’appliqueront pas. Il s’agit pour l’immense majorité de salles indépendantes qui font déjà, depuis des mois, face à cette crise sans précédent.

Les salles d’escalade qui appartiennent à des réseaux nationaux sont dans une situation beaucoup plus compliquée. Il leur est difficile de demander à leurs employés de travailler contre un arrêté Préfectoral. Nous les comprenons, nous les soutenons.

L’Union des Salles d’Escalade soutiendra toutes les salles d’escalade de France, celles qui fermeront leurs portes et celles qui resteront ouvertes contre l’avis de leur préfecture.

Nous avons édité un protocole sanitaire strict qui s’inspire mot pour mot de celui qui est en place dans les cinémas. »

Publié le : 26 septembre 2020 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers SAE

coronaviruscovid-19