Le contenu

Jakob Schubert réussit tous les mouvements de « Bibliographie » 9c

Jakob Schubert fait ses premiers mouvements dans le 9c "Bibliographie" et semble bien déterminé à revenir ! © Katha Saurwein

Jakob Schubert est le premier grimpeur à être allé poser les doigts dans « Bibliographie », après l’enchaînement d’Alex Megos. En quelques essais, et à sa grande surprise, l’autrichien a réussi à faire tous les mouvements de cette voie, proposée à 9c.

Après avoir décroché la médaille de bronze lors de la Coupe du Monde de difficulté à Briançon, Jakob Schubert a profité de son séjour en France pour se rendre à Céüse et passer quelques jours sur le rocher avec l’ensemble de l’équipe autrichienne.

Un trip court, mais qui a laissé le temps à Jakob d’aller découvrir « Bibliographie », le fameux 9c libéré par Alex Megos le 5 août 2020.

J’ai mis trois essais dans « Bibliographie » juste après la compétition de Briançon, et il s’avère que cette voie est géniale ! »

Présent sur place au même moment pour réaliser des images dans la voie, Alex Megos a partagé toutes ses méthodes avec l’autrichien, ce qui s’est avéré très utile pour lui, qui découvrait la voie.

Je suis vraiment très heureux d’avoir réussi à faire tous les mouvements, c’était même assez surprenant ! Je pensais que dans un 9c, je devrais avoir à travailler beaucoup plus les mouvements. À part un à la toute fin avec lequel je suis encore un peu en difficulté, les mouvements sont tous plutôt ok. »


Lire aussi | L’histoire complète de l’ascension de « Bibliographie » 9c par Alex Megos


En effet, en à peine trois montées, Jakob Schubert avait réussi à libérer chaque mouvement de la voie. Il faut dire que ce style lui convient particulièrement bien. Comme lui-même le souligne, « Bibliographie » est l’une des rares voies de Céüse où l’on ne retrouve pas que des trous. Il y a aussi de nombreuses petites arquées à serrer, ce que Jakob adore.

La description d’Alex de la voie est en fait assez précise quand il dit que c’est un 8b+, suivi d’un dur pas de bloc en 8A+ et qu’ensuite il y a un très mauvais repos avant de terminer par un 9a jusqu’au sommet. »

Une voie donc très rési et extrêmement éprouvante sur le plan énergétique, très dure du début à la fin. Jakob Schubert est conscient qu’il existe un monde entre « réussir à réaliser tous les mouvements intrinsèquement » et « enchaîner la voie dans son intégralité », notamment dans des voies si exigeantes et n’offrant que peu de repos. Car au fil de l’ascension, la fatigue s’accumule de plus en plus, rendant le 9a sommitale très dur.

Connecter tous ces mouvements les uns aux autres est évidemment une autre histoire, mais je suis impatient de revenir. Cette année, la saison sera bientôt terminée, mais j’espère avoir du temps l’année prochaine. »

Affaire à suivre donc…

Publié le : 07 septembre 2020 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers Falaisecroix en falaise

9cbibliographiejakob schubert