Le contenu

Comment les salles d’escalade préparent l’après crise du Covid-19?

Alors que la France est en plein déconfinement depuis le 11 mai, avec notamment la possibilité de reprendre la grimpe en falaise sous certaines conditions, les salles d’escalade, elles, ne réouvriront pas tout de suite. En effet, à l’instar des salles de sport plus classiques, la pratique d’une activité physique en milieu confiné est pour le moment proscrite, ce qui met d’emblée les salles d’escalade dans la case des établissements qui ne pourront pas réouvrir dans l’immédiat.

À l’heure actuelle, aucune information concrète n’a été donnée sur une éventuelle réouverture des salles de sport, et plus particulièrement des salles d’escalade. Et si on peut envisager pouvoir regrimper un jour dans nos salles favorites, certaines questions peuvent se poser: le nombre de grimpeurs par salle sera-t-il limité? Pourra-t-on grimper en groupe? Quid des prises d’escalade que tout le monde touche? des tapis? Devrons-nous être masqués?

Afin d’en savoir un peu plus concernant l’impact de la crise actuelle sur les salles d’escalade, nous nous sommes tournés vers Emmanuel Charruau, co-fondateur de l’enseigne Block’Out.


Avant de commencer, la question évidente du moment: comment vas-tu? 

Je vais très bien, ça fait du bien de sortir sans papiers, pouvoir courir et respirer un peu plus librement. Et le meilleur reste à venir.

Comment se passe le confinement lorsqu’on gère un réseau de salle comme Block’Out? 

Ultra actif, les journées sont limites plus intenses qu’en temps normal, mais en fait c’est aussi un peu pour ça que l’on fait ce métier.

On prépare activement la reprise avec la Team et tu sais que l’on adore les surprises à Block’Out, on vous en réserve quelques-unes pour la réouverture de nos sites…

Cette année, BO lançait la BO cup, une sorte de circuit alternatif affilié à la FFME. 2 étapes ont eu lieu, quel en a été le bilan, et les autres étapes verront-elles le jour? 

Les deux 1ères étapes ont été un régal tant en terme de participation que de retours positifs sur la qualité de l’évènement.

La saine effervescence sur les tapis, la qualité des ouvertures, l’exceptionnel Tiger Boulder, l’inégalable Christopher, la fiesta jusqu’à pas d’heure pour les irréductibles, bref que du bonheur !

Ce qui est intéressant également dans ce circuit officiel, c’est qu’il permet à un public non initié à ce format de compétition de se confronter à une autre manière de grimper, où la concentration et le dépassement de soi s’actionnent naturellement et encore plus fortement.

Donc pour toutes ces raisons, on discute avec la FFME pour planifier la reprise de cet évènement d’ici la fin de l’année si ce maudit virus nous laisse tranquille !

Quel impact à eu cette crise sanitaire sur les salles d’escalade selon toi? (économique, social, …) Et sur la pratique de l’escalade en général qui était en plein essor?

Economiquement et socialement c’est une catastrophe. Humainement, c’est assez étonnant cette distanciation imposée et le fait de travailler de chez soi. Ça fait prendre un peu de hauteur, sur sa manière de penser, de consommer, de vivre tout simplement.

J’espère que des changements radicaux interviendront pour faire de l’économie verte et vertueuse, enfin la priorité de notre nation.

Sur la pratique de l’escalade, je suis persuadé que tous les grimpeurs de France privés de leur passion pendant si longtemps retrouveront le chemin de leur salle d’escalade préférée (Block’Out) avec encore plus d’envie.

Les acteurs économiques sont touchés mais la passion des pratiquants, elle, va être décuplée.

Tu dis que ce confinement nous a permis de prendre un peu de hauteur sur notre manière de penser, etc… Peut-on s’attendre à des évolutions pour les salles Block’Out? 

L’évolution vers un mode de consommation privilégiant les circuits courts et les produits de saison pour nos restaurants a déjà commencé depuis plusieurs années, mais l’on souhaite accélérer encore plus cette dynamique. Nous réfléchissons également sur la partie escalade, à comment faire mieux dans ce domaine.

Parlons un peu post-confinement… As-tu une vague idée pour une date de ré-ouverture des salles d’escalade? 

Demain 11h! Non, plus sérieusement pour le moment aucune idée!

Lorsque l’heure de l’ouverture aura sonné, comment adapter la pratique pour éviter tout risque sanitaire?

On travaille depuis le début du confinement sur des protocoles de réouverture permettant justement le respect des règles sanitaires. La pratique du bloc en salle contrairement à d’autres sports le permet assez facilement au final.

Même si les habitudes de pratiques seront évidemment un peu modifiées, on va pouvoir quand même re-grimper et c’est bien là l’essentiel.

Tu peux nous en dire un peu plus sur ces protocoles? 

Je préfère attendre que tout notre protocole soit achevé pour t’en parler, car les choses peuvent encore évoluer en fonction des préconisations gouvernementales.

Quid des prises que tout le monde touche? Est-ce que ce sera un problème?

La solution existe déjà à Block’Out, cela s’appelle la magnésie liquide qui contient une solution hydroalcoolique. Nous avons été les premiers à  la rendre obligatoire pour des raisons sanitaires déjà.

À l’heure d’aujourd’hui, le ministère des sports recommande l’utilisation d’un crash pad par personne en bloc extérieur. Ça ne t’inquiète pas pour la pratique en salle avec, du coup, un seul tapis de réception pour tout le monde? 

Les surfaces seront désinfectées tout au long de la journée donc pas d’inquiétude à ce sujet.

Imagines-tu imposer le port d’un masque pour grimper?

Je ne pense pas que cela soit nécessaire, on n’est pas dans le métro. Les salles Block’Out sont grandes et permettent donc de respecter les règles sanitaires notamment celle de distanciation. On pourra en reparler plus précisément quand nous aurons achevé tout notre dispositif de réouverture si tu veux.

Comme tu le sais, l’autre sujet brûlant du moment c’est la fin des conventions FFME pour les falaises… Beaucoup pense que la FFME ne jure que par la résine et les JO. En tant que directeur de salle, quel est ton point de vu la dessus?

La fin des conventions je trouve cela vraiment dommage, car c’est un système qui fonctionnait plutôt bien en permettant de garder l’accès à un certain nombre de falaises. J’espère que la fédération et le monde de l’escalade en local continueront de travailler ensemble pour trouver des solutions.

C’est fondamental de pouvoir continuer à accéder aux sites naturels, et la richesse de la pratique de l’escalade réside justement dans la diversité de ses pratiques et de ses pratiquants.

Que penses-tu de la pratique en falaise? 

Ma pratique a été essentiellement en bloc en forêt de Fontainebleau. De là est né l’idée de créer Block’Out. Donc je t’avoue ne pas avoir une grande expérience en falaise, et cela ne s’est pas arrangé depuis 2008. Pour autant cela a toujours été de supers moment partagés avec Arnaud Pioger ou Jérémy Lemau. Je garde dans mes plus beaux souvenir d’escalade et d’amitié, ma première grande voie à Presles, avec Jérémy.

Le mot de la fin? 

Tu m’as encore posé beaucoup de questions Charles et du coup je vais encore rater mon training à cause de toi : Merci mec !

Publié le : 18 mai 2020 par Charles Loury vues

# Actualités PG# Univers SAEInterviews

block'outemmanuel charruau