Le contenu

Des ouvertures en coupe du monde qui posent question

- Le 18 juillet 2019 -

Vous ne l’aurez pas manqué, les deux premières étapes de coupe du monde de la saison ont été marquées par quelques « ratés »  sur les ouvertures, notamment en finale.

À Villars, chez les femmes,  toutes les finalistes tombent sur le même crux, Janja Garnbret parviendra tout de même à réaliser un mouvement de plus avant de lâcher prise. Le reste du podium est déterminé sur le score des demi-finales.

À Chamonix, scénario un peu similaire, toujours chez les femmes en finale, avec les 5 premières qui tombent sur le même mouvement. Les trois premières, Chaehyun Seo, Yuetong Zhang et Jessica Pilz sont également ex-aequo en demi finale. Il faudra donc cette fois remonter au tour de qualifications pour classer ces 3 grimpeuses.

Alors oui, il est facile de fustigier les ouvreurs et de dire qu’ils font mal leur boulot. Mais ce serait trop simple hélas! Car la tendance actuelle pour les compétitions  de difficulté donne du fil à retordre à nos amis ouvreurs. Entre show spectaculaire, mouvements de bloc et classement des grimpeurs, il n’est pas toujours évident de bien doser tout ça. Question d’habitude? Peut-être… Quoiqu’il en soit, sur ces deux premières étapes, ce sont les mouvements de bloc (et pas forcément spectaculaires) qui sont à l’origine de nombreuses égalité en finale. Alors quelles solutions? À vrai dire il n’y en a pas vraiment, il va falloir que les ouvreurs réussissent à doser avec précision chaque mouvement de bloc pour éviter les nombreuses égalités en diff… Ou peut-être revenir à des voies plus résistantes qui classent les grimpeurs plus facilement? Mais il n’est pas simple de faire rimer voie résistante et show spectaculaire… le dilemme est bien là!

Alors oui, il y a des formules qui fonctionnent, par exemple la finale homme de Chamonix était franchement top! Mais il va surement falloir un peu de temps pour que les ouvreurs s’adaptent à cette évolution qui consiste à faire du bloc en diff (pour caricaturer…), car quoiqu’il arrive, il sera certainement peu apprécié de voir 8 finalistes ex-aequo sur les épreuves des JO…

Affaire à suivre sur la coupe du monde de Briançon qui, historiquement, propose des ouvertures beaucoup plus classiques! En tout cas le débat est ouvert, et nous irons prochainement à la rencontre des acteurs du milieu, ouvreurs et grimpeurs, pour avoir leurs avis sur le sujet. Restez connectés!

Publié le : 18 juillet 2019 par Charles Loury vues

# Actualités PG# Dossiers# Univers compétition