Le contenu

Test matos: les chaussons Scarpa Furia Air

- Le 13 juillet 2019 -

De toutes les nouveautés chaussons, le Furia Air est sans aucun doute celle qui a fait couler le plus d’encre et fait saliver plus d’un grimpeur !!

Avant même de les avoir en main, ces chaussons attirent l’œil et font monter le palpitant grâce à une plastique de rêve. Ces Scarpa sont juste magnifiques.

Une fois en main, tout interpelle dans ce chausson. Le poids tout d’abord, léger comme l’Air ce Furia. Et puis, cette souplesse étourdissante !

« Le premier réflexe qui nous vient, c’est de les toucher, les tordre, les plier, les vriller et ….. halluciner par la souplesse de l’ensemble !! »

Scarpa n’avait donc pas dit son dernier mot avec les Furia S, Drago et autre Chimera. D’autres avant avaient déjà tenté ce pari fou, on pense notamment à Five Ten et ses Team XVI, mais il y a parfois des réussites qui tiennent simplement du bon timing. Ce qui est sûr, c’est que Scarpa est clairement en phase avec l’escalade actuelle (surtout en bloc). Si la plupart des fabricants tentent de rattraper leur retard en proposant leurs propres solutions dans le monde de l’ultra souplesse, Scarpa semble avoir une belle longueur d’avance. Il n’y a qu’à se rendre sur une étape de coupe de France de bloc pour s’en rendre compte.

Si besoin, nous avions déjà consacré un article pour comprendre les différences qu’il peut y avoir entre les Drago, Chimera et Furia S :

https://planetgrimpe.com/2018/06/furia-s-drago-chimera-quel-scarpa-choisir/

Nous avons eu la chance de pouvoir grimper pendant plusieurs mois avec ces Furia Air pour vous livrer notre ressenti. Nous nous sommes également appuyés sur Hugo Parmentier (team Scarpa et PG) pour étayer nos propos.

Les Furia Air sont de véritables chaussettes. Oui je sais, cette expression a souvent été utilisée pour d’autres chaussons, mais cette fois, oubliez tout ce que vous pensiez…

Pour arriver à ce résultat, Scarpa est parti d’un chausson très fin en faisant en sorte que tous les matériaux utilisés puissent se déformer pour venir mouler votre pied. Pour réaliser cette prouesse, Scarpa a complètement perforé son chausson. Toute la microfibre qui constitue le chausson ainsi que les enrobages de gomme obtiennent ainsi une grande élasticité. « C’est assez incroyable !! On grimpe presque pied nu ! » nous dit Hugo. Il faut aussi absolument noter que le confort est  excellent et bluffant vu le niveau de performance de la bête.

Les pieds à plat, c’est tout simplement magique. Les volumes n’ont qu’à bien se tenir… Mais il faut aussi admettre qu’il n’y a pas non plus un gouffre entre le Furia Air et ses cousins. Un Drago, par exemple, est déjà une belle arme en terme d’adhérence les pieds à plat.  Par contre, le Furia Air concentre davantage la poussée de pied sur le gros orteil. Un « plus » sur les petites prises mais on perd aussi en termes « d’instinctivité ». Il faut être plus précis avec les Furia Air: sur les retours de ballant par exemple, on peut moins faire le « sanglier », il faut rester précis et viser juste. De toute façon, ce chausson s’adresse à un public de grimpeurs avertis non ?!

Ce sentiment d’avoir une seconde peau a aussi ses limites diront certain (enfin surtout ceux qui ont un lien de parenté avec nos amis porcins…). En effet, le pied n’est pas du tout protégé et le moindre choc se paye cash. Il vaut donc mieux grimper proprement. On pense notamment au talon issu du modèle Mago: une merveille en terme de grimpe qui permet au chausson d’être tendu comme une arbalète mais qui par contre n’apporte aucune protection… Alors si vous arrivez d’un modèle au talon coqué type La Sportiva Solution, il faudra prendre le pli… et serrer les dents !

De toute façon, le Furia Air demande à être apprivoisé. Il faut un temps d’adaptation pour se faire à cette souplesse incroyable. C’est presque toute notre escalade, notre manière de grimper qu’il faut changer. C’est une approche différente de la pose de pied mais qui se révèle extrêmement efficace une fois que l’on a pris le coup !

 « Ça devient un pur plaisir de pousser sur n’importe qu’elle prise, n’importe qu’elle adhérence ou micro forme et de sentir que ça pousse ! » (Hugo Parmentier)

 J’en profite pour rappeler que la souplesse est une donnée toute relative lorsque l’on parle d’un chausson. Vous comprendrez que le ressenti ne sera pas le même entre un grimpeur de 40kg et un de 90 ! Pour ma part, sachez qu’avec mes 85kg post-hivernage, j’ai souffert dans certaines situations notamment pour charger les petites prises. Il faut croire que mes orteils ne sont pas encore au niveau de ceux de Charles Albert… De ce constat, vous comprendrez que l’utilisation d’un tel chausson va aussi varier d’une personne à une autre. Les gabarits légers n’auront aucun mal à emmener ces Furia Air en falaise, surtout si ça penche un peu et inversement, il y a peu de chance que vous me croisiez dans une dalle avec… Le poids du grimpeur va aussi conditionner la réactivité du chausson. Vous aurez du mal à trouver du rebond, du dynamisme si vous êtes lourd. Le chausson aura naturellement tendance à « s’écraser » lors des appuis et vous ne profiterez pas d’un effet « ressort ».

Scarpa avoue facilement que ce chausson est un test, une expérience. Des tests comme celui-là, on en voudrait bien tous les jours!  Véritable formule 1 pour grimpeurs avertis ou collectionneur de beaux objets, ce Furia Air est « la » nouveauté 2019. Son prix : 149€. Un prix qui, au regard du marché, n’est pas du tout exorbitant pour ce type de chausson.

Publié le : 13 juillet 2019 par Vincent vues

# Dossiers# Le Lab PG# Univers MatosTest matos

Furia AIRscarpa