Le contenu

Test: Les Maxgrip Hybrid by Max Climbing

- Le 16 décembre 2018 -

Les agrès d’entraînement fleurissent de plus en plus dans nos boutiques d’escalade et auprès de nos fabricants de prises. La petite marque Belge Max Climbing n’est pas en reste et innove également avec des agrès d’une belle finition. Nous avons reçu il y a quelques mois les Maxgrip Hybrid, et nous les avons confiés à notre athlète PG Amandine Loury. Elle nous livre ci-dessous ses impressions, plutôt positives pour cet agrès multi-fonction et doux pour la peau des doigts…

Les MaxGrip, pour quoi, pour qui?

Pour ceux qui recherchent un agrès d’entraînement facile à installer et à transporter, c’est le top. Avec le système de cordes, ils peuvent être suspendus après n’importe quoi, à la maison comme à la salle d’escalade ou à la falaise autour d’une branche. Il peut donc jouer le rôle à la fois d’un agrès d’entraînement pour les séances spécifiques mais aussi celui d’un agrès d’échauffement, notamment en falaise lorsque les voies faciles ne courent pas les rues.

Grâce à ses différentes préhensions (de la bonne prise à la petite réglette en passant par la pince) les max grip permettent à la fois un travail progressif et varié. On peut passer d’exercices de tractions, à des exos de suspension, de gainage ou encore les transformer en TRX. Car oui, le système de réglage avec les cordes de suspension permet de les positionner facilement à la hauteur voulue. Tout en sachant que chaque agrès étant indépendant l’un de l’autre, on peut jouer sur la hauteur de chacun des deux agrès et sur leur éloignement en largeur, ce qui permet de ne pas travailler les mêmes chaînes musculaires. Par exemple, on ne mobilise pas les mêmes muscles si on fait des tractions bras écartés ou bras serrés.

À cela s’ajoute le fait que les max grip n’étant pas fixes et immobiles comme une poutre, on doit être beaucoup plus précis au niveau proprioceptif afin de compenser les mouvements des agrès qui peuvent entraîner des déséquilibres. Ce qui rend les exercices encore plus efficaces, comme lorsqu’on réalise des pompes sur un ballon ou avec des TRX plutôt que sur un sol stable.

Et bonne nouvelle (ou mauvaise pour certains :D), vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas faire votre petite séance de poutre hebdomadaire à cause d’un manque de peau. Sa structure en bois permet de préserver vos petits doigts afin de réaliser l’intégralité de votre séance avec acharnement.

La seule petite remarque pourrait être que la petite réglette du bas est tout juste assez large pour pouvoir y mettre tous les doigts pour certains. Mais ça marche quand même!

En résumé, on peut dire que les MaxGrip s’adressent à tous ceux qui veulent s’entraîner :

  • En physique : avec la position haute pour les exos type tractions, blocages, gainages et la position basse en mode TRX pour pompes, croix de fer etc.
  • En doigt : avec des suspensions sur les différentes préhensions (bac, plats, Semi arquée, arquée, pince)
  • De façon variée : avec plusieurs types de préhensions et plusieurs écartements possibles.
  • Partout : les maxgrip sont facilement transportables et leur installation très simple.
  • Mais aussi pour ceux qui veulent s’échauffer quand les conditions ne sont pas propices (pas de voies faciles dans le secteur où on a son projet).
  • Le tout sans s’user la peau.
  • Bref, un agrès qui a beaucoup de chose pour lui.

Publié le : 16 décembre 2018 par Charles Loury vues

# Dossiers# Univers MatosTest matos

maxclimbing