Le contenu

Les modalités de sélection des équipes de France d’escalade 2019

Les modalités de sélection des équipes de France d’escalade pour la saison 2019 ont été adoptées par le Conseil d’Administration de la fédération. Nous vous expliquons ce qui changera la saison prochaine.

Quelques principes nouveaux

L’année 2019 sera une année importante pour la qualification olympique aux Jeux de Tokyo en 2020. Cet objectif guidera en priorité les choix de sélection. Notons en préambule que ces modalités ne concernent pas l’handi-escalade, le calendrier des compétitions n’ayant pas été fixé pour le moment.

Des nouveaux principes ont été mis en place et sont pour l’essentiel la conséquence du chemin de qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo établi par l’IFSC. La fédération internationale n’organisera pas de compétition au format combiné (en dehors de celles directement qualificatives pour les JO). Conséquence, les prétendants français à une qualification olympique devront participer aux trois circuits de la Coupe du monde pour espérer figurer en bonne place au classement général combiné (détails ci-dessous) et ainsi espérer participer aux épreuves directement qualificatives (détails ci-dessous). Conséquence, la commission de sélection devra prendre en compte d’autres paramètres que les résultats bruts pour établir ses sélections afin de présenter sur le circuit international les athlètes ayant le plus de chance de participer aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. C’est aussi, après avoir réfléchi avec le staff des équipes et tenu en compte des besoins des athlètes, l’occasion de revoir certaines de ces modalités, y compris les jeunes pour qui les principes sont globalement les mêmes que ceux présentés pour les seniors.

Rentrons dans le détail (*) :

Le chemin de qualification pour Tokyo

Pour les grimpeurs français, trois compétitions au format combiné permettront de se qualifier pour les Jeux Olympiques (2 femmes et 2 hommes maximum par pays) :
Le Championnat du monde combiné (août/septembre – à confirmer – 2019 au Japon), le tournoi de qualification olympique (novembre 2019 à Tournefeuille) puis le Championnat d’Europe combiné (printemps 2020).

Pour chacune de ces compétitions une phase de qualifications préalables est mise en place par l’IFSC :
Pour les championnats du monde et continental : les places dans chaque discipline seront multipliées pour réaliser un classement combiné permettant de qualifier les 20 meilleurs qui participeront aux épreuves combinées de ces deux rendez-vous.
Pour le tournoi de qualification olympique (TQO) : les 20 meilleurs du classement coupe du monde « Overall » 2019 seront qualifiés à l’issue de la saison de coupe du monde.

La commission de sélection proposera, pour participer aux étapes de la Coupe du monde d’escalade 2019, les grimpeurs qui auront le plus de chance d’intégrer le top 20 du classement coupe du monde « Overall » 2019 et ainsi de se qualifier au Tournoi de qualification olympique de Tournefeuille. La commission proposera, au Championnat du monde 2019 de Tokyo et au Championnat d’Europe 2020, les athlètes ayant le plus de chance de se qualifier et de préparer les J.O.

Une première sélection aura lieu la semaine du 17 décembre 2018 pour identifier les grimpeurs engagés dans la qualification olympique sur les étapes de la Coupe du monde. Ce groupe pourra évoluer en cours de saison.

Priorité sera donnée aux grimpeurs engagés dans la qualification aux Jeux Olympiques. « Être présent au premier rendez-vous olympique de l’histoire de l’escalade est une priorité que nous assumons. Nous l’assumons sportivement bien sûr. Mais nous l’assumons aussi parce qu’y voir un grimpeur porter haut les couleurs de la France serait un levier de développement considérable pour la vie de nos équipes de France, la fédération et la communauté de grimpeurs et de futurs grimpeurs. Bien-sûr, ce n’est pas de gaieté de cœur que nous ferons des arbitrages en défaveur de certaines participations au circuit international. Mais nous devons fonctionner avec les contraintes imposées par le CIO et l’IFSC », précise Pierre-Henri Paillasson, directeur technique national de la FFME.

Les commissions de sélection

Le directeur technique national (DTN) arrête la sélection sur proposition de la commission de sélection composée :
– Du président de la FFME
– Du directeur technique national
– Du directeur des équipes de France
– Des trois entraîneurs nationaux des équipes de France des trois disciplines (bloc, difficulté et vitesse) selon le collectif jeunes ou seniors.

Deux commissions sont rassemblées, une pour les seniors, une pour les jeunes, afin de mieux tenir compte des parcours sportifs des compétiteurs entre les trois disciplines de l’escalade et pour permettre une plus grande collégialité.

Des dates ont été identifiées mais il est possible de réunir des commissions intermédiaires, notamment pour réguler les sélections liées à la qualification olympique en fonction des résultats.

Pour chaque tenue de la commission de sélection, celle-ci :
– Propose les grimpeurs engagés dans la une qualification pour les jeux Olympiques.
– Pour les sélections des sportifs ayant rempli des critères de résultats spécifiques, elle vérifie si leur état de forme, leur comportement au sein du groupe ou leur motivation sont en phase avec un projet de performance. Si tel n’est pas le cas, leur sélection ne sera pas validée.
– Propose éventuellement la sélection de grimpeurs sur la base, par exemple, de choix stratégiques dans une perspective de moyen ou long terme et de leur état de forme.

La commission de sélection a la possibilité de proposer et réguler dans un sens comme dans l’autre au-delà de critères purement mathématiques.

La question de l’accès aux étapes de la Coupe du monde

Dans un courrier envoyé aux fédérations, en attendant la publication du règlement 2019, l’IFSC a indiqué avoir pris de nouvelles décisions en début de mois, en particulier celle de réduire les quotas d’accès à ses compétitions de la Coupe du monde : 5 grimpeurs au lieu de 6 par genre (10 au lieu de 18 pour le pays d’accueil de l’étape) avec pour seuls quotas supplémentaires, les 10 premiers du classement de la Coupe du monde 2018.

Conséquence, peu de places seront disponibles pour les spécialistes compte tenu des quotas IFSC et de la nécessité d’engager des grimpeurs pour la qualification aux JO sur les étapes de de la Coupe du monde, pour accéder au Tournoi de qualification olympique.

Les meilleurs grimpeurs spécialistes (ceux qui ont réalisé un podium en Coupe du monde en 2018) auront malgré tout leur sélection pour toute la saison de Coupe du monde dans leur discipline.

Globalement il y aura deux temps de sélection pour les étapes de la Coupe du monde, avec plus ou moins de places disponibles selon les sélections des grimpeurs engagés dans la qualification olympique.

La question de l’accès au Championnat du monde

En attendant la publication du règlement 2019, l’IFSC a indiqué que le quota serait de 5 grimpeurs par genre avec en plus un quota supplémentaire au titre du combiné.

Les grimpeurs engagés dans la qualification olympique seront prioritaires.

Selon les places disponibles, les grimpeurs ayant fait a minima une 8ème place sur une étape de la Coupe du monde en 2019 avant la date de sélection sont sélectionnables dans leur discipline, avec éventuellement en plus des grimpeurs proposés par la commission.

Championnat d’Europe de difficulté et de vitesse et étape de Coupe d’Europe de bloc

Ces compétitions ne faisant pas partie du chemin de qualification olympique en 2019, elles seront destinées en priorité aux spécialistes, pour leur permettre de se projeter sur des objectifs au niveau européen pour la saison prochaine. « Si se donner toutes les chances de présenter une équipe de France olympique performante à Tokyo est l’objectif affiché par la FFME, il n’est pas question pour autant de ne pas proposer d’objectifs à la mesure des athlètes qui ont fait le choix, tout à fait légitime, de rester concentrés sur leur spécialité », assure Damien You, directeur des équipes de France.

Nous ne savons pas à ce jour si un championnat d’Europe de bloc sera organisé en 2019.

Les jeunes

Les modalités de sélection sont homogènes entre les trois disciplines, tout en tenant compte du calendrier propre à chacune. Elles sont organisées en deux temps.

Des grimpeurs parmi les meilleurs mondiaux ou européens en 2018 seront sélectionnés pour l’ensemble des étapes de la Coupe d’Europe de leur discipline en 2019, voire même les Championnats du monde ou d’Europe pour les meilleurs. Ceci afin qu’ils se concentrent en priorité sur la préparation des principales échéances.

Pour les Championnats du monde jeunes, là aussi l’IFSC a décidé de réduire les quotas d’accès à ces compétitions : 3 au lieu de 4 par genre et par catégorie.

Le Staff

Un seul changement dans l’équipe des entraineurs nationaux : l’arrivée d’Esther Bruckner, ancienne de l’équipe de France de vitesse et détentrice du record du monde, en remplacement de Thomas Dupin, auprès de l’équipe de France jeunes de vitesse.

Laurent Lagarrigue, en complément de l’équipe de France jeunes de bloc, est chargé du suivi transversal des équipes de France jeunes afin de veiller notamment aux parcours sportifs des jeunes.

Pour plus d’information pour chacune des équipes de France, voici les contacts des entraineurs nationaux :

Coordination préparation olympique et EDF de vitesse : Sylvain Chapelle
EDF de difficulté : Cécile Avezou
EDF de bloc : Daniel Dulac
Suivi transversal EDF jeunes et EDF jeunes de bloc : Laurent Lagarrigue
EDF jeunes de difficulté : Corinne Théroux
EDF jeunes de vitesse : Esther Bruckner

(*) : Le document « modalités de sélection des équipes de France d’escalade 2019 » reste la référence.

Publié le : 21 décembre 2018 par Charles Loury vues

# Actualités PG# Univers compétition

équipe de Franceffme