Le contenu

Jan Hojer revient sur son enchaînement d’Es Pontas, la plus célèbre des voies de deep-water !

Le 5 octobre 2018, Jan Hojer est devenu le troisième grimpeur au monde à venir à bout de la célèbre arche d’Es Pontas à Majorque. Après Chris Sharma et Jernej Kruder, l’allemand a grimpé la voie sans protection, avec comme seul tapis l’eau de la mer, située vingt mètres plus bas.

Ayant découvert cette voie dans « King Lines », le film de Chris Sharma, cette ligne est devenue un rêve pour Jan, qui n’aurait jamais pensé l’enchaîner un jour.

Il est récemment revenu sur cet exploit et sur la manière dont il s’y est pris pour dompter ce monstre des mers.


J’ai essayé la voie plus d’une centaine de fois ! »


Es Pontas ne s’est pas laissée apprivoiser si facilement. Jan Hojer ne compte plus le nombre total d’essais qu’il a mis dans la voie. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il a mis plus de 100 essais. 100 essais et tout autant de chutes dans l’eau : « l’une des difficultés majeures avec Es Pontas est le fait que l’on soit obligé de travailler la voie depuis le bas. Le seul endroit qui offre la possibilité d’installer une corde, c’est au sommet. On peut alors travailler les derniers mètres encordé. Mais à part ça, le départ, le jeté et la longue traversée très technique et résistante doivent se faire depuis le bas. Nous avons mis longtemps avec Jernej à rejoindre la dernière section, que nous connaissions bien suite à notre travail sur corde. »

L’autre difficulté principale a bien sûr été ce jeté atypique, qui constitue le crux du tracé.

« Tu n’es jamais sûr de réussir ce mouvement, même après l’avoir enchaîné plusieurs fois consécutivement. Les jours où nous parvenions à réussir ce mouvement 3 ou 4 fois d’affilée étaient suivis de lendemains où nous n’atteignons jamais la prise d’arrivée… »

« Nous avons vite compris que cette voie demanderait plus que simplement le bon niveau d’affûtage nécessaire pour l’enchaîner. Qu’on le veuille ou non, Es Pontas requiert une part de chance, dans la grimpe mais aussi des conditions. »

En effet, deux problématiques majeures se posent sur Es Pontas : la pluie et les vagues. Quand il pleut, la dernière section de la voie met très longtemps à sécher, et humide, il est quasiment impossible de la grimper. Es Pontas étant située sur une arche au-dessus de la mer, les vagues ont également été les ennemis de Chris Sharma, Jernej Kruder et Jan Hojer. Quand la mer se déchaîne, les vagues se jettent contre la première partie de la voie. Ajoutez à cela le vent qui souffle régulièrement, et qui vient accentuer cet effet d’humidité tout au long du parcours et vous obtenez des conditions totalement atypiques.

Mais Es Pontas, c’est aussi un nouveau défi pour les grimpeurs de haut-niveau. Faire face à cette arche effrayante, qui s’élève 20 mètres au-dessus de la mer. L’enchaîner sans corde, ni baudrier et donc accepter le fait de tomber à plusieurs reprises, de manière inattendue, dans l’eau.


Je ne me suis jamais senti aussi libre que dans Es Pontas »


« La sensation d’être complètement seul sur ce rocher si impressionnant, avec rien d’autre que la mer sous tes pieds est l’une des meilleures expériences que j’ai eues en escalade. » s’émerveille Jan Hojer. Dans aucune autre discipline il est possible de se laisser grimper aussi librement sur le rocher, sans avoir peur d’une chute mortelle ou être suspendu par des dégaines. »

« Mais il a fallu accepter le fait de chuter à de nombreuses reprises. Une fois, je suis même tombé à un mouvement du bac final. C’est d’ailleurs la chute la plus haute que j’ai faite. Et bien sûr, il y en a eu plein d’autres, depuis différents endroits de la voie. Notamment dans le jeté, où je tombais dans l’eau de manière complètement incontrôlée et parfois depuis des positions très précaires. Bien heureusement, je ne me suis jamais fait mal.

La voie est de toute façon bien trop compliquée pour penser à la chute. Si tu pars en ayant peur de l’eau, tu n’auras pas les ressources nécessaires pour arriver jusqu’au jeté. »

Concernant la difficulté de la voie, Jan s’exprime avec précaution. En effet, il n’a que peu d’expérience dans le domaine des voies de cette catégorie, aussi longues et aussi dures. « Le premier 9a que j’ai enchaîné, Action direct, m’a demandé bien moins d’investissement, d’autant plus que j’étais moins fort à l’époque. Es Pontas est bien évidemment d’un autre niveau. 9a+ ou 9b, qu’importe, c’est incontestablement la voie la plus dure que j’ai faite et je m’en souviendrais longtemps ! »

Publié le : 06 novembre 2018 par Nicolas Mattuzzi 2 039 vues

# Actualités PG# Univers Falaisecroix en falaise

es pontasJan Hojer