Le contenu

Test matos: les chaussons BOREAL Satori

- Le 06 octobre 2018 -

Je nous revois lors du salon de Friedrichshafen 2017 lorsque nous avions littéralement scotché sur la nouvelle gamme de chaussons Boréal. Synergy, Satory et Dharma, trois nouveautés aux looks aguicheurs, très colorés, qui avaient eu au moins le mérite de beaucoup faire parler les gens.

« T’as vu les derniers Boréal ?»

Il faut bien admettre qu’à part le très clivant Mutant, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent chez la firme ibérique. Et pendant que La Sportiva, Scarpa et consorts paradaient, la belle espagnole semblait un peu endormie.

Boréal conserve chez les plus de 30 ans une aura exceptionnel. Il suffit d’évoquer les noms de quelques modèles mythiques tels que les Ninja et autres Laser pour que les souvenirs viennent vous mettre le sourire aux lèvres.

Pour ce premier test, nous avons choisi de vous soumettre notre ressenti sur le modèle Satori pour une raison simple : ce Satori nous apparaît comme le plus polyvalent des trois. Le Dharma est en effet prédestiné à l’escalade en falaise avec une rigidité affirmée en pointe. Le Synergy, quant à lui, se positionne dans la catégorie des hyper-souples, en mode « seconde peau».

L’appréhension laisse vite place à l’envie !

La prise en main est rassurante. Il faut un peu bagarrer pour les enfiler mais une fois cette mission accomplie, vous sentez tout de suite que tout va bien se passer… Le pied est parfaitement maintenu, l’effet ventouse est bien au rendez-vous, aucun point douloureux, l’appréhension laisse vite place à l’envie !

Le talon n’est pas le plus puissant du monde. Par contre, il se veut profond, enveloppant et la bande de tension remonte assez haut. Aucune chance donc que votre pied ne sorte du chausson. On est, dans ce Satori, très bien maintenu et la conception « coqué » de ce talon amène beaucoup de confort. Il faut noter que les pieds les plus fins trouveront sûrement sa forme trop généreuse. Attention, nous sommes en présence d’un chausson performant, ça pousse fort malgré tout !!

La bande de tension (et sa conception « Wrap Rand ») fait très bien son boulot en calant bien le pied et les orteils en pointe, mais surtout elle confère à ce Satori une belle unité. Il est important de noter ce point positif car beaucoup de chaussons d’escalade n’arrivent pas à créer cette synergie entre le talon et la pointe.

La pointe du Satori est vraiment une réussite et rivalise avec les meilleures du marché. Tout est bien dosé pour une belle alchimie générale. Grace à son insert préformé, le chausson n’a pas besoin d’être trop cambré. On obtient ainsi de très bonnes performances en griffe tout en conservant beaucoup de confort. Il faut aussi noter que l’insert vieillit très bien et permet au Satori de conserver une belle forme dans le temps et ainsi d’éviter l’insupportable effet spatule.

Forcément me direz-vous, Boréal a complètement recouvert la pointe de gomme pour une utilisation en contre pointe aux petits oignons. L’enrobage est adhérent et relativement épais. Ceci évite de se faire mal aux orteils surtout quand on ne maîtrise pas parfaitement cette technique. Ce Satori agit telle une armure qui protègera le pied des chocs et autres approximations lors des crochets en talon et en pointe.

On appréciera aussi un beau volume au niveau du gros orteil.

 

Nous sommes  restés dubitatifs quant à certains choix qui ont été fait par Boréal. L’épaisseur de gomme nous pose question. De 4mm à 4,5mm selon la taille pour un « chausson de bloc ultime », pour nous, c’est de trop. Alors oui, vous entendrez dire « Boréal, au moins c’est pas des gros radins de la gomme ». Peut-être, mais dans cette gamme de chausson, cet argument ne tient pas.  Les sensations et le touché de prise en pâtissent, à notre sens, beaucoup trop.

Boréal a aussi fait le choix d’avoir un volume général généreux. Même les pieds larges se sentiront bien dans ce Satori. Par contre, les scratchs de serrage sont vraiment trop courts et si vous avez le pied large ou un fort coup de pied (ou les deux !!), vous ne pourrez pas apprécier le serrage à sa juste valeur. Dommage.

Ce Satori reste une belle nouveauté qui fait du bien au paysage de la grimpe.

Clairement en concurrence avec les meilleurs du marché en se positionnant en terme de souplesse entre un Solution et un Skwama chez La Sportiva, ce chausson très moderne dans sa construction a une belle carte à jouer.

Ce Satori n’est pas le plus précis, ni le plus confortable, ni le plus performant mais certainement un des plus complets de sa catégorie.

Classé dans la catégorie des « armes », Boréal mise malgré tout sur un produit très accessible, capable d’être porté par des grimpeurs en quête de progression. Disponible en version homme et en version femme, le Satori bénéficie d’un fort pouvoir de séduction. Très bien fini, solide et avec un rapport performance/confort élevé, Boréal semble prêt à fabriquer de nouveaux bons souvenirs !

 

 

Publié le : 06 octobre 2018 par Vincent vues

# Dossiers# Univers MatosTest matos

Borealsatori