Le contenu

Comment remporter un Championnat du Monde de bloc à seulement 19 ans ?

"Un sentiment inexplicable" © Ryu Voelkel

Hier soir, les finales masculines des Championnats du Monde de bloc 2018 nous ont offert un spectacle incroyable. Après une saison de Coupe du Monde complètement folle, où sur chaque étape, un nouveau grimpeur s’imposait, nous nous demandions si une nouvelle fois, un outsider allait émerger et s’emparer du titre de Champion du Monde.

Oui. Ce fut le cas hier soir. Le jeune Kai Harada, qui participait à ses premiers Championnats du Monde chez les seniors, a survolé les finales, en étant le seul grimpeur à toper l’intégralité des blocs.

Retour sur cette soirée au scénario inattendu.

Kai Harada, ou quand le petit prince devient roi !

Si Tomoa Narasaki n’était pas en finale hier soir pour défendre son titre de Champion du Monde remporté à Paris en 2016, la couronne mondiale reste tout de même entre les mains d’un japonais. Kai Harada. Peu de personnes auraient parié sur lui. Lui-même ne s’imaginait pas arriver jusque-là.

Car jusqu’à maintenant, ce jeune japonais, encore junior, n’avait pas réussi à monter sur la plus haute marche d’un podium international. Même chez les jeunes, il n’avait encore jamais remporté l’or. Pourtant, à Moscou, il décrochait le bronze à deux reprises sur les Championnats du Monde espoirs, en bloc et en difficulté.

Alors qui aurait cru qu’un mois plus tard il remporterait le titre le plus prestigieux du Monde, en catégorie senior cette fois-ci ?

Kai Harada s’écroule. Lui-même n’y croit pas: il est le nouveau Champion du Monde de bloc ! © Erich Spiess

Pourtant, dès les qualifications de cette compétition, tout semblait indiquer que Kai allait performer. Il prenait la deuxième place de son groupe, étant le seul avec Jernej Kruder à toper quatre blocs. Puis, il décrochait son ticket pour les finales de ses premiers Championnats du Monde seniors en réalisant une superbe demi-finale, où il faisait partie des six grimpeurs à enchaîner tous les blocs.

En finale pour la première fois de sa carrière, Kai Harada ne se met pas la pression. Il est avant tout là pour s’amuser, se faire plaisir et jouer dans ces blocs, pour peut-être réaliser un bon résultat. Ôté de toute pression, c’est visiblement dans cette configuration que ce jeune japonais est le plus fort.

Le premier bloc des finales sera enchaîné par tous les compétiteurs. Mais seuls trois grimpeurs le réaliseront en deux essais ou moins. Jongwon Chon impressionne, réalisant ce double jeté à vue. Kai Harada et Gregor Vezonik frappent fort également, validant ce bloc dynamique en seulement deux essais. Un premier trio de tête se dessinait déjà. Un trio qui allait prendre le large dans le deuxième bloc.

Kai Harada ne mettra que deux essais pour empocher ce premier bloc aléatoire © Johann Groder

Justement, c’est dans le deuxième tracé des finales que le jeune japonais de 19 ans fait sensation. La traditionnelle dalle des finales, qui aura renvoyé tant de grimpeurs au tapis. Il faudra quatre essais à Gregor Vezonik pour en venir à bout, six à Jongwon Chon. C’est dire si ce mouvement précaire ne se laissait pas aborder si facilement.

Pourtant, ce bloc ne posera aucun problème à Kai Harada. Détendu et calme, il réussit le premier mouvement qui avait fait chuter tant de finaliste avant lui avec une facilité déconcertante. La fin du bloc n’est alors qu’une formalité pour lui, qui enchaîne donc ce deuxième bloc à vue, prenant ainsi la tête du classement.

 

Une première place qu’il allait conserver dans le bloc 3. Pour cause, seuls Kokoro Fujii, Jongwon Chon et lui en viendront à bout. La sérénité dans la grimpe de ce jeune japonais impressionne le public. Il semble effectuer les mouvements d’une manière naturelle, sans forcer.

À l’approche du dernier bloc, le suspens était à son comble. Seul Jongwon Chon pouvait encore détrôner Kai Harada, mais pour cela, le coréen devait espérer que son adversaire japonais ne sorte pas le bloc, ou alors en plus de trois essais. Mais c’était mal connaître Kai Harada, qui enfonce définitivement le clou. Alors qu’au fil des minutes, les grimpeurs se cassent les dents sur cet ultime bloc de finale, le jeune japonais réalise ce qui semblait impossible: il enchaîne le bloc à vue, moins de 40 secondes après que le bip de départ est retenti.

En descendant du bloc, Kai Harada s’effondre. Comme Janja Garnbret hier, il fond en larmes. L »émotion l’emporte quand il réalise qu’à 19 ans, il vient de décrocher le titre de Champion du Monde de bloc, lui qui n’osait même pas imaginer rentrer en finale. Acclamé par les milliers de spectateurs présents dans la salle, il ne peut contenir ses larmes et s’écroule de bonheur face à la foule.

En étant le seul finaliste à avoir enchaîné les quatre blocs des finales hier soir, il s’offre la plus belle médaille de sa carrière. Soulignons au passage le bon travail des ouvreurs, qui auront réussi à départager de la plus belle façon les six finalistes: le premier bloc aura été enchaîné par tous les compétiteurs, puis le deuxième seulement par quatre grimpeurs, le troisième par trois grimpeurs et le dernier bloc seulement par un grimpeur, qui plus est, le grand gagnant.

Des instants qui resteront à tout jamais gravés dans la mémoire de Kai Harada © Vladek Zumr

Pour la première fois de sa carrière, Kai Harada venait donc de remporter une compétition internationale. Et pas n’importe laquelle, les Championnats du Monde de bloc 2018 ! Le voici qu’il règne maintenant en tant que roi sur la planète grimpe. C’est aussi ça la magie des Championnats du Monde. Être le meilleur grimpeur du globe à un instant t, le temps d’une compétition.

Sur la deuxième marche du podium, on retrouve le coréen Jongwon Chon, qui n’aura pas décroché le titre mondial cette année. Une victoire qui manque à son palmarès impressionnant, lui qui a déjà remporté le classement général des Coupes du Monde à deux reprises (2015 et 2017).

Enfin, c’est le slovène Gregor Vezonik qui décroche la médaille de bronze. Lui aussi fait partie des plus belles révélations 2018. 50ème mondial l’an dernier, il s’est offert cette saison trois podiums en Coupe du Monde de bloc, dont une victoire. À Paris en 2016, il prenait la 45ème place de la compétition. Hier, il trônait fièrement sur son premier podium de Championnat du Monde, qui concluait en beauté sa magnifique saison.

Le podium de ces Championnats du Monde de bloc 2018 © Erich Spiess

 


Avec le soutien de Black Diamond

Publié le : 16 septembre 2018 par Nicolas Mattuzzi 2 715 vues

# Live# Univers compétition

Championnat du monde 2018innsbruck 2018