Le contenu

Anouck Jaubert titrée Championne du Monde universitaire en vitesse !

Jour 3. Le rythme s’est accéléré aujourd’hui à Bratislava. Après la difficulté mercredi et le bloc hier, les grimpeurs participants au Championnat du Monde universitaire renfilaient leur baudrier, dans le but d’être le plus rapide possible.

C’est bien sûr sur la voie officielle de l’IFSC que la compétition a eu lieu. Une voie qu’Anouck Jaubert connaît par cœur. Tellement, qu’elle s’offre une belle médaille d’or aujourd’hui.

Retour sur l’épreuve de vitesse du Championnat du Monde universitaire 2018.

Anouck Jaubert, Victoire Andrier, Aurélia Sarisson… L’équipe de France universitaire au départ des qualifications faisait rêver. Sans oublier quelques outsiders, comme Julia Chanourdie, Fanny Gibert, Salomé Romain ou encore Thomas Joannes, qui faisaient parfois leur premier pas sur cette mythique voie.

Julia Chanourdie sera d’ailleurs la plus rapide des non-spécialistes, avec un run en 11″35 lors des 1/8ème de finale. Elle termine 11ème, dix places devant Fanny Gibert, qui prend la 21ème position, devant Salomé Romain 23ème.

Chez les hommes, Thomas Joannes, toujours le seul tricolore engagé dans la compétition, prend la 37ème place, avec en run en 12″15.

C’est dans le haut du tableau que l’on retrouve nos trois expertes de la discipline que sont Anouck Jaubert, vainqueur du classement général des Coupes du Monde l’an dernier, Victoire Andrier, championne de France en titre et Aurélia Sarisson, membre de l’équipe de France de vitesse depuis de nombreuses années.

Toutes passent les qualifications sans encombre, avec une 2ème place pour Anouck, une 4ème pour Victoire et une 5ème pour Aurélia.

Puis, c’est un sans-faute en 1/8ème de finale : nos trois françaises remportent toutes leur duel. Parmi les 42 athlètes présentes au départ, elles ne sont alors plus que huit à prétendre au titre mondial.

C’est malheureusement en ¼ de finale que nous perdons Victoire Andrier. Ayant pourtant signé un run très rapide lors de son duel précédent, elle commet un faux départ éliminatoire, la classant dernière des ¼ de finale. Elle termine donc 8ème de la compétition.

Un centième ! C’est ce à quoi s’est joué la place en finale entre la polonaise Patrycja Chudziak et Aurélia Sarisson. Dans un duel très serré, notre française tape le buzzer en 8″29, soit un centième après que la polonaise ait elle aussi sauté sur le buzzer.

Direction la petite finale pour Aurélia, qui s’incline face à Anna Brozek, tenante du titre, prenant la 4ème.

Jusque-là, les victoires s’enchaînaient pour Anouck Jaubert, qui remportait tous ses duels et améliorant constamment ses chronos au fil des runs, pour passer sous la barre des 8 secondes en ½ finale, signant le meilleur temps de la compétition.

La voici donc opposée à Patrycja Chudziak en finale, vice-championne du monde chez les jeunes en 2016. Les deux grimpeuses se connaissent et ont l’habitude de grimper ensemble lors des Coupes du Monde de vitesse.

Le starter retenti, les deux grimpeuses s’élancent. Lors du 4ème mouvement, la polonaise, sur la gauche du mur, commet une faute de pied. Le temps qu’elle se rattrape, Anouck Jaubert, grande favorite de la compétition, a déjà sauté sur le buzzer, ayant pris le temps d’assurer ces mouvements en fin de voie.

Anouck vient donc ajouter un nouveau titre à son palmarès déjà bien rempli : celui de championne du monde universitaire !

Chez les hommes, le titre revient au tchèque Jan Kriz, qui terminait 5ème de la première Coupe du Monde de vitesse de la saison. Il devance l’ukrainien Kostiantyn Pavlenko, qui en plus de sa médaille d’argent aura le mérite d’avoir signé le meilleur temps de la compétition.

Mehdi Alipourshena, le frère du célèbre Reza, détenteur du record du monde de vitesse, monte sur la troisième marche du podium.

Les résultats de l’épreuve de vitesse :

Publié le : 22 juin 2018 par Nicolas Mattuzzi vues

# Actualités PG# Univers compétition

championnat du monde universitaire