Le contenu

Interview de Manu Cornu, le nouveau Champion de France de bloc 2018 !

C’est l’explosion à Massy. Le public se lève, Christopher crie au micro et Manu Cornu se tortille dans les tous les sens. Il la tient enfin, cette dernière prise du dernier bloc. Il la tient enfin cette médaille d’or au Championnat de France de bloc.

Compétition parfaite pour Manu Cornu, du début jusqu’à la fin. Aucun bloc du week-end ne lui aura résisté, des qualifications jusqu’aux finales.

Pourtant, rien n’était gagné d’avance… Encore moins quand il se lève le matin même de la compétition, avec un genou complètement meurtri. Mais son mental d’acier ne lui aura pas fait défaut. Sa rage de vaincre le portera sur la plus haute marche du podium.

Manu Cornu nous fait son premier débriefing de ses Championnats de France de bloc 2018.

Des médailles, tu en as gagné, mais celle de Champion de France, elle a quel goût ?

C’est vrai que ce n’est pas ma première médaille, mais un titre. Ça a un goût particulier. Cette année, je veux et je voulais vraiment gagner, il y en a marre de faire deuxième, troisième ou de ne pas concrétiser en finale. Donc je me suis mis en tête de tout gagner après les Europes à Munich l’an passé et je suis content de mon début de saison, même si la partie qui arrive maintenant n’a rien à voir, je pense être prêt !

Il te manquait ce titre à ton palmarès, cette victoire te tenait donc vraiment à cœur. As-tu abordé la compétition différemment par rapport à l’année dernière ?

L’an passé je terminais 4ème de la compétition, en revenant des jeux mondiaux militaire, beaucoup de fatigue avait été accumulé et je m’étais écroulé en finale. Cette année j’ai pu arriver sur le week-end de la compet en gérant la semaine tranquillement pour arriver armé physiquement et mentalement sur la compétition. Beaucoup de choses ont changé pour moi cette année j’avais énormément de peur, de doutes sur ma capacité à grimper comme je le souhaitais en compet. Je ne me sens pas bien sur certains aspects, mais cette compétition s’est passée à merveille.

Qu’est-ce que tu te dis quand samedi matin, à quelques heures du début de la compétition, tu te réveilles avec un genou qui a presque doublé de volume ?

Samedi matin je me réveille et là :

Pendant une seconde je me suis dit: « oh putain c’est mort! »

Puis j’ai tout de suite appelé l’ostéo. Il est arrivé, j’ai lu l’inquiétude sur son visage, il a contrôlé et m’a confirmé que mon genou était stable. On a fait de la cryo, pansement d’alcool bref, on a fait comme on pouvait pour s’adapter le plus vite possible à la situation.

J’ai passé 15 minutes dans le flou avant de me recentrer sur les qualifs, en me laissant une porte de sortie à l’échauffement si ça n’allait pas, mais je remercie Marco, l’ostéopathe de Block’Out, qui me suit depuis un peu plus d’un an. Il a été là pour me rassurer, a passé du temps avec moi pour échauffer mes deux genoux meurtris et pour que je puisse grimper sans y penser. La compet aurait sûrement été différente sans lui.

Aujourd’hui mon genou en est là:

Place aux exams, j’ai déjà vu le médecin qui a demandé à ce que je fasse une prise de sang ce matin, j’attends donc encore le verdict !

On peut dire qu’Alban Levier t’a mis la pression sur ces finales. Tu n’avais clairement pas le droit à l’erreur. Mentalement, comment ça se passait là-haut ? 😉

Oui, j’ai revu le streaming, Alban a super bien grimpé toute la compet, c’était le champion de France en titre, il se devait d’être à ce niveau. Il m’a tiré vers le haut toute la finale, je me suis mis la pression tout seul en lâchant un essai dans le premier bloc, après j’arrive à être plus réaliste sur la fin du circuit. Tant mieux, je rafle le titre ! Le haut niveau se joue sur des détails, ce week-end ils ont été en ma faveur.

Après la lecture, qu’as-tu pensé des blocs de finale ?

Je me suis dit que c’était pour aujourd’hui ! J’avais quelques doutes sur le bloc 2, mais je me visualisais bien dans les autres.

On te sentait extrêmement concentré dès que tu arrivais aux pieds des blocs, avec le même regard que fait un grimpeur de vitesse juste avant un duel. À quoi pensais-tu juste avant de te lancer dans les blocs ? Sentais-tu la pression sur tes épaules, ou bien étais-tu dans ta bulle ?

Je travaille les trois disciplines, ce n’est plus un secret, il y a de bonnes choses à piocher dans chacune d’entre elles et par exemple, la concentration d’un grimpeur en vitesse doit être maximale. Quand tu te retrouves dans une finale à haute tension, avoir cet atout dans ta palette est un bonus et il faut s’en servir !

Avant de partir dans mon bloc, il n’y a plus de place aux doutes, je vais le sortir point.

Je sentais la pression, mais j’aime ça (non je ne parle pas d’alcool) la pression me donne des ailes, elle m’aide à me surpasser, après évidemment je suis dans ma bulle, je me sens bien, il y a plus qu’à dérouler.

Être en isolement et en compétition directe avec son ancien coach, ça fait quoi ?

Il n’y a pas de compétition entre nous, on s’est à chaque tour dit la même chose qu’en compet l’an dernier, par un regard et un tchek, on se connaît tous les 2 très bien et j’espère qu’il va décrocher son ticket pour les Coupes du Monde !

Et finalement, tu remportes les finales, en te payant le luxe de réaliser le grand chelem. Aucun bloc ne t’aura résisté ce week-end. Est-ce la confirmation d’une grande forme du moment ?

Ça fait partie de mes objectifs secondaires, je suis content quand ça marche. J’essaie d’être le plus régulier possible et réussir tous les blocs de toutes mes compets pour voir si j’arrive à m’adapter à tous les styles et voir ce qui n’a pas marché. Si on tient les comptes sur ce début de saison toutes compétitions confondues, je suis à 101/109.

Ayant intégré le pôle Olympique, tu ne te consacres plus à 100% au bloc et pourtant, tu l’emportes ce week-end. As-tu trouvé le rythme entre les entraînements de diff/bloc/vitesse ?

Personne ne sait vraiment et à la fois, au début, tout le monde a donné son avis en disant qu’on serait moins fort… Je n’ai jamais cru que le travail des trois disciplines me ferait régresser, au contraire, j’ai plus d’armes et je n’ai jamais été aussi fort que depuis mon début d’investissement dans le combiné d’avant Bercy.

La suite du programme pour toi maintenant ?

Repos pour mes genoux, entraînement pour les Coupes du Monde, et PSG-Real !!

À quand la nouvelle coupe de cheveux de félin ! Que fait ta coiffeuse ?

Je l’ai vu, j’étais un peu blond sur le dessus, mais on n’est pas parti dans le délire… Mais qui sait…

Une dernière chose, j’ai reçu énormément de messages de félicitations, j’ai pour le moment peu répondu, j’ai profité de ma journée d’hier et cette interview est mon premier debrief. Je remercie toutes les personnes qui m’ont soutenu et qui me soutiennent pour la suite, je prendrai le temps de répondre à tout le monde 😊