Le contenu

Immersion dans les coulisses du stage de l’équipe de France aux USA, avec Léo Favot

test 1

Passer la soirée du réveillon chez l’Oncle Sam. Plus d’un en ont rêvé. Quelques membres de l’équipe de France de bloc l’ont fait… Deux semaines de stage à la sauce américaine, pour bien terminer l’année 2017 et bien commencer 2018, plongé au cœur de la culture outre-Atlantique.

Léo Favot, champion de France cadet et membre de l’équipe de France jeune a été invité à participer à cette expérience, très enrichissante.

Récit de ce stage, vécu de l’intérieur :

« Nous sommes partis le 26 décembre, tout de suite après les fêtes de Noël. L’idée était de faire un stage en salle, et grimper quelques jours dehors. Initialement, ce stage était censé durer dix jours, mais nous avons eu le droit à quelques jours supplémentaires, car suite aux violentes intempéries, notre vol retour a été annulé, (pour notre plus grand plaisir 🙂 ). Du coup, on en a profité pour retourner grimper sur la caillou.

Durant ces deux semaines, nous avons rejoint un stage jeune américain, dans la salle Stone Summit à Atlanta, un super complexe où sont réunies les trois disciplines. Notre stage était tout de même axé sur le bloc, même si nous avons enfilé le baudrier pour faire quelques séances de diff et de vitesse lors de nos temps off.

Nous étions une bonne équipe de grimpeurs français à s’être déplacés, composée de Fanny Gibert, Mélanie Sandoz, Flavy Cohaut, Valentine Mangin, Hugo Parmentier, Léo Avezou et moi-même, et coachés par Daniel Du Lac et Jacky Godoffe, qui avait été invité pour ouvrir sur ce stage américain.
Inutile de vous préciser qu’il y avait une super ambiance dans l’équipe ! Entre nous, on se connaissait déjà tous et on s’entendait tous très bien.

Nous avons été agréablement surpris par l’accueil chaleureux des américains. Ils nous ont accueillis comme si on se connaissait depuis toujours. Ils sont si sympas et cool qu’on a rapidement sympathisé avec chacun. Et même si parfois on avait du mal à parler en anglais, ce n’était pas grave, on en rigolait tous ensemble.

Être ensemble. C’était le but de ce stage. L’idée n’était pas simplement d’aller découvrir une belle salle à l’autre bout du monde, mais d’échanger, d’être immergé au sein de cette culture américaine, pour voir leur façon de cultiver la grimpe. Ainsi, nous avons vite formé un seul et unique groupe, dans lequel se mélangeaient français et américains.

Concernant le contenu de ce stage en lui-même, je l’ai trouvé très enrichissant. Finalement, nous n’avons fait que peu de simulations de compétition. À la place, beaucoup d’exercices. Des exercices de grimpe, de préparation physique, des exercices au sol, à sensation, par groupes…

Comme nous n’étions pas en simulation de compétition chacun dans son coin avec le casque sur les oreilles, ces exercices par groupes nous ont vraiment permis d’échanger avec les grimpeurs américains. Nous avons pu prendre le temps d’apprendre à se connaître les uns les autres, pour ensuite créer un vrai esprit d’équipe et évoluer ensemble.

On a pu se rendre compte que finalement, les exercices qu’ils font ressemblent beaucoup aux nôtres. Et ce n’est pas une légende… les américains sont super forts en gros dévers, et dans des profils bien physiques !

Chaque soir, nous faisions un débrief tous ensemble. Les américains travaillent beaucoup par groupe et sont vraiment dans l’optique de se servir des uns et des autres pour progresser tant individuellement que collectivement. C’est quelque chose de super important pour eux.

Du coup, on a vachement progressé là-dessus nous aussi. Chacun essayait d’apporter quelque chose aux autres.

Au niveau culturel, le choc a été moins important que notre précédent stage au Japon. C’est surtout la nourriture qui nous a le plus secoué… Plusieurs d’entre nous, dont moi, ont été victimes de la fameuse malbouffe américaine.

Fêter le nouvel an aux USA était quelque chose de sympa aussi. Nous sommes allés faire un bowling, bu une petite goutte de champagne… et au lit ! Car les 01 et 02 janvier, c’était grimpe et pas repos.

Durant l’une de nos journées de repos justement, on en a profité pour aller visiter Atlanta, l’une des plus grandes villes du pays. C’est super joli et ça ressemble beaucoup à nos grandes villes françaises. Pour la petite anecdote, on est aussi allé faire un Escape Game… On cherche encore le moyen de sortir !

Chaque jour, les ouvreurs de la salle de Stone Summit (qui sont d’ailleurs super forts au passage), aidés de Jacky Godoffe et deux autres ouvreurs slovènes, nous ouvraient des blocs différents. Ainsi, chaque matin, un nouveau thème était abordé : une ouverture plutôt typée coordination, ou sensation etc etc… Chaque matin était différent, il y avait toujours du nouveau.

Les journées se décomposaient en deux temps : tout d’abord une demi-journée plutôt axée grimpe. Puis, l’autre partie de la journée, consacrée à des exercices au sol, ou de la dalle sans les mains, pour essayer de préserver au maximum notre peau.

Car nous avons également profité de ce stage américain pour aller grimper sur le caillou !

Et vous avez dû le voir aux infos, dehors, en Amérique, il faisait super froid !
Ambiance Antarctique : même le lac de Stone Fort était complètement gelé.

Du coup, pour rester chaud, il fallait tout le temps grimper. Ce n’était donc pas le meilleur plan pour se mettre de gros projets, nous en avons donc profité pour faire du volume dans des blocs du septième degré. Au bilan, un 7C flash, un 7C+ après travail, puis de nombreux blocs dans le 7A, 7A+, 7B, 7B+. Nous avons eu la chance d’être guidés par quelques américains qui connaissaient le coin, c’était top !

Le style des blocs en extérieur est complètement différent de ceux qu’on peut trouver en France. Les blocs sont plus courts, plus intenses. On a par exemple travaillé un 8A qui se jouait sur un seul mouv ! J’ai trouvé cela super intéressant de découvrir ce style de bloc.

Au final, nous avons terminé ce stage bien fatigué physiquement. Tout le monde s’est donné à fond, et nous avons vraiment travaillé.

Mon meilleur souvenir restera le fait de s’être mélangé avec les américains. Ils sont super sympas et super forts. C’était une expérience très enrichissante ! On est reparti fatigués certes, mais plein de motivation. Maintenant il n’y a plus qu’à remettre sur le tapis tout ce que l’on a appris durant ce stage et appliquer cela au quotidien.

En résumé, ce stage en trois mots, c’est:
EXPÉRIENCE
ENRICHISSANT et
MOTIVANT

Publié le : 16 janvier 2018 par Nicolas Mattuzzi 2 366 vues

# Actualités PG

leo favot