Le contenu

Test matos: les chaussons Scarpa Chimera

- Le 20 décembre 2017 -

Il y a tout juste un an, nous vous présentions le Drago, nouveauté de chez Scarpa, avec des étoiles plein les yeux. Une machine de guerre ultra-efficace et parfaitement en adéquation avec les besoins des grimpeurs (notamment en bloc). Ces besoins, Scarpa n’a de cesse de vouloir y répondre et c’est sûrement pour cette raison que la firme italienne est un des leaders du segment.

Trop souple ce Drago ? Ok, pas de problème, voici le Chiméra !!

De loin, dans le brouillard, il est facile de confondre ces deux modèles. Mais en s’approchant un peu, c’est bien des lacets que vous verrez apparaître. Fini l’unique velcro et place donc à des lacets, légèrement excentrés et maintenant le coup de pied.

Ces deux chaussons restent extrêmement proches et, pour ne pas se répéter, je vous invite à consulter les tests des Dragos pour nous concentrer uniquement sur les différences.

Test matos: les chaussons Scarpa Drago

Le Chimera n’est pas un Drago avec des lacets !

Contrairement à ce que l’on peut lire ou entendre, il existe bel et bien une différence, autre que les lacets, entre ces deux chaussons.

✅  Le chimera se dote d’un intercalaire en pointe pour apporter un soupçon de rigidité. Pas un soupçon façon « Maïté », non, juste une petite pincée délicatement dosée pour conserver toutes les qualités du Drago mais en apportant ce petit « plus » qui fait toute la différence.

La tenue sur petites prises est diabolique et se rapproche, en termes de sensations, aux chaussons plus classiques. Ce Chimera, vous l’aurez compris, va donc tirer son épingle du jeux pour une utilisation sur mur. Plus à l’aise sur petites prises et moins fatiguant pour les pieds que le Drago, tout est réuni pour en faire un vrai « must have » dans son sac….. à corde! Ce Chimera pourra même devenir votre compagnon en falaise dans des profils déversants, à colonnes… ou le compagnon de grimpeurs légers qui ne vont pas trop déformer le chausson.

Cette rigidité supplémentaire assure au Chimera une plus grande polyvalence donc, et un aspect moins élitiste. Attention !! Je n’ai pas dit « plus grand public » !! Car il faut faire attention avec cette catégorie de chaussons. Le Chimera comme le Drago propose une grimpe nouvelle, toute en sensation, instinctive et terriblement efficace. On se joue de chaque aspérité, de chaque bossette, on envisage tout, tout le temps avec une confiance débordante. Mais cette escalade doit impérativement s’accompagner d’un minimum de technique pour ne pas vous faire tomber dans le grand n’importe quoi car ce type de chausson peut rapidement vous donner de mauvaises habitudes.

✅  Ce Chimera gagne quelques millimètres en largeur pour offrir une boîte à orteils un peu plus universelle. En effet, le Drago est vraiment très fin et les pieds les plus larges devaient passer leur chemin… Un élément supplémentaire qui vient atténuer, (un tout petit peu !!) l’aspect élitiste du Drago.

✅  Ce Chiméra propose un système de fermeture à lacets. Bon, ne tournons pas autour du pot, on est loin d’un laçage millimétrique !!  Les lacets descendent faussement bas et ne servent à verrouiller que le coup de pied.  Le système marche bien mais on peut se poser la question sur l’utilité réelle de ce choix, compte tenu de la relative lourdeur d’avoir à faire ses lacets… Mais comme toujours, il y aura les fans, et les moins fans…

Conclusion:

Comment ne pas dire que ce Chimera n’est pas une vraie réussite ? Conçu sur la base du génial Drago, il répond par quelques modifications à beaucoup de besoins.

Les grimpeurs lourds, pardon, les grimpeurs très, très, très musclés trouveront dans ce Chimera une bonne alternative au Drago qui pouvait se déformer  un peu trop sous le poids de toute cette force…

Les propriétaires  (comme moi) de paquebots faisant office de pieds, apprécieront cette largeur légèrement supérieure.

Tous les autres seront ravis de retrouver les qualités indéniables du Drago dans un chausson plus adapté au mur ou désireux d’avoir une paire plus polyvalente. Mais le combo parfait reste malgré tout d’avoir les deux frères dans son sac…

Un chausson magnifique à essayer de toute urgence avec, en prime, un confort tout simplement bluffant à ce niveau de performance.



Amandie LOURY , membre de la team PG, nous donne son avis :

Dès la réception des Chimera, il n’y a pas à dire, ils claquent!! Le design est vraiment sympa!!!

En l’enfilant, le chausson épouse parfaitement le pied et on a l’impression d’avoir un véritable gant au pied. Les matériaux sont doux, souples  on ne ressent aucune gêne nulle part. On est tout de suite très bien dedans. Mais attention, le modèle reste destiné à un public averti car malgré son confort, il reste très asymétrique, pointu, et assez cambré au niveau de la voûte plantaire. Il faut également savoir que le Chimera est plutôt fait pour les pieds fins.

Le serrage par les lacets décalés sur le côté  est efficace et rapide. On regrette malgré tout que le laçage ne descende pas plus bas pour ajuster le chausson jusqu’aux orteils. Surtout qu’une fois les chaussons faits, on a tendance à ressentir un espace vide au dessus des orteils, à leurs bases. Le fait que le laçage soit sur le côté donne la possibilité de mettre des contres pointes très efficaces, surtout que Scarpa a mis une large couche de gomme sur toute  le dessus du Chimera qui permet d’être très performant en contre pointe. Et la gomme étant souple sur le dessus du chausson, elle n’a pas d’effet néfaste sur le confort. Très bon point donc!!

A cela, on ajoute un talon puissant, fin et souple, dément pour les talons sur les volumes plats.

Sa pointe ultra souple permet une adhérence extrême sur les volumes ou les gros plats. On obtient un super chausson pour le bloc ou les voies en salle. Et tout ça avec de supers sensations sous les pieds, on ressent bien toutes les prises sur lesquelles on prend appui.

La souplesse du Chimera qui est très avantageuse et primée en salle, l’est forcément beaucoup moins en falaise. Charger de tous petits pieds  devient difficile, et on a plus l’impression de faire du pan gullich. Cependant il peut être adapté pour des voies très déversantes avec des gros pieds ou pour des voies sur colos où les pieds à plat prédominent par exemple.

Dommage que la cambrure du chausson au niveau de la voûte plantaire ne soit pas prolongée par une pointe plongeante qui permettrait de pouvoir griffer des pieds avec encore plus d’efficacité.

Pour conclure, je dirais que le Chimera se destine à un public averti qui cherche un chausson très performant pour la salle (bloc et voie), alliant souplesse, sensations, talon et contre pointe très efficaces. Une réussite!

Publié le : 20 décembre 2017 par Vincent 3497 vues

# Dossiers# Univers MatosNews MatosTest matos

chimerascarpa