Le contenu

L’impression 3D: le futur des prises d’escalade ?

 

Équiper en intégralité le mur olympique de Tokyo, en 2020. C’est le défi que s’est lancé le canadien Teddy Ziolkowski, directeur de Force Climbing.

Force Climbing, la marque prête à révolutionner les prises d’escalade ? Oui, car pour l’instant, les canadiens sont les seuls à proposer des prises intégralement façonnées à l’ordinateur puis imprimées en 3D.

Une idée novatrice

« La manière de fabriquer des prises d’escalade n’a quasiment pas évolué depuis 1983 ! » constate Teddy.

Il y a près de cinq ans, lui et ses collègues remarquent avec étonnement que tandis que les secteurs de l’industrie, de l’électronique ou encore de l’informatique augmentent et innovent sans cesse, celui de l’escalade tourne au ralenti. Notamment le marché des prises d’escalade. Depuis la création des toutes premières prises artificielles, les méthodes et façons de faire n’ont pratiquement pas évolué.

Le process actuel ? Partir d’un bloc de mousse, le façonné, le shapper à la main, telle une sculpture. On coupe, on brosse, on ponce, jusqu’à obtenir la forme désirée. Puis à partir de ce prototype en mousse, on créer des moules, dans lesquels on vient injecter le PU, pour finalement obtenir les prises finales.

Pourquoi ne pas se servir des moyens sophistiqués qu’il existe au XXIème siècle pour créer nos joujoux préférés ?
L’arrivée de l’imprimante 3D dans les années 2010 a littéralement bouleversé le marché de l’industrie. Dorénavant, de nombreuses pièces mécaniques sont conçues sur ordinateur puis imprimées en 3D. « Alors pourquoi ne pas appliquer cela sur les prises d’escalade ? » Ni une ni deux, l’idée émerge. Terry Ziolkowski se lance : il installe au fond de son garage à Vancouver, sa première imprimante 3D.

Concevoir des prises depuis un ordinateur, c’est maintenant possible.

En 2012, la marque Force Climbing est créée. Cinq ans plus tard, en Janvier de cette année, l’IFSC, séduite par ce nouveau concept, annonce son partenariat avec la marque canadienne. Force Climbing s’ouvre ainsi à l’international.

Un concept unique en son genre

Mais que fait cet homme, avec sa lampe de poche en train de tâter le rocher ?! Hé bien ce n’est pas une lampe, mais un laser. Et il ne tâte pas le rocher, mais le scanne. Oui, ce dispositif permet de scanner les prises d’un vrai bloc naturel et d’en créer une modélisation 3D.

Tenez-vous bien, il est même possible de créer numériquement une prise, en scannant la position d’une main, ou même, du corps tout entier.

Ensuite, on transfère sur l’ordinateur le fichier ainsi créé. Grâce à un logiciel de conception assisté par ordinateur, il suffit alors d’ajouter les trous de vis, et par un simple clic, lancer l’impression.
L’imprimante 3D prend alors le relais, et dépose, filament par filament de la matière plastique, en suivant le modèle 3D crée précédemment.

Quelques heures plus tard, la prise d’escalade est prête. Elle n’a plus qu’à être fixée sur le mur. Grâce à ce procédé, il est ainsi possible de reproduire des prises de vrais blocs naturels, en prises artificielles. Imaginez avoir les prises de votre projet de toujours, chez vous, dans votre pan.

Un modèle de prise 3D

Mais ce n’est pas tout. La reproduction de prises naturelles n’est pas le seul moyen de fabrication. Il est également possible de concevoir de A à Z une prise d’escalade, sorti tout droit de votre imagination. Pour cela, on utilise un logiciel de conception 3D. À partir de là, feuille blanche (ou plutôt écran blanc) tout est possible. On peut réaliser des prises de n’importe quelles formes, l’imagination est la seule limite.

Un changement majeur dans le monde de l’escalade ?

L’impression 3D va révolutionner le monde de l’industrie dans les années à venir. Nombreuses sont les entreprises à investir dans ce nouveau procédé. Dans 20 ans, certains s’imaginent déjà avoir leur propre imprimante 3D à la maison, comme nous avons aujourd’hui des imprimantes papier.

Sur le principe, le procédé séduit. Il n’a que des avantages : respectueux de l’environnement, il n’y a quasiment pas de déchets. Et les possibilités sont quasiment infinies…
Avant d’imprimer la prise, il est possible de visualiser ses caractéristiques techniques et mécaniques, sa rugosité, sa solidité, sa forme, ses courbures…

Des tests numériques sont même effectués avant d’imprimer définitivement les prises.

Le choix du grain, l’un des derniers paramètres avant l’impression finale

Remplacer la sculpture des prises à la maison ? Pas nécessairement. L’impression 3D offre juste un nouveau moyen, plus moderne, afin de créer de nouvelles de choses.
Pour Terry, « c’est comme passer du tournevis à la visseuse. Tu as une vitesse, une précision et une puissance infinie ! »

Publié le : 04 octobre 2017 par Nicolas Mattuzzi 3807 vues

# Dossiers

force climbingnt possible.