Le contenu

Retour sur le Free Solo Masters, une compétition unique en son genre !

 

Samedi se déroulait une compétition tout à fait originale en Autriche: le Free Solo Masters, une compétition de difficulté avec comme seule protection un immense airbag cloué au sol, près de 18 mètres plus bas que le sommet du mur.

Sensations garanties !

Pour cette édition 2017, des dizaines de grimpeurs venus de toute l’Europe ont défié les lois de la gravité. Parmi eux, quelques stars internationales, accueillies à Lienz,  exprès pour l’occasion.

La chute ? Il fallait plutôt ne pas y penser pour espérer monter au sommet des voies très déversantes.
La compétition se déroulait comme une épreuve classique de difficulté. D’ailleurs, cet événement était même inscrit au calendrier officiel de la fédération autrichienne.

2 voies de qualification flash, suivies d’une demi-finale à vue pour les 27 meilleurs grimpeurs, puis d’une finale, à vue également, avec trois minutes maximum dans la voie, pour les 8 meilleurs.

En qualification, c’est Alban Levier qui prend les rênes du classement, venu défendre son titre de vainqueur raflé l’an dernier. Et cette fois, le français ne s’est pas déplacé seul, mais avec son pote de l’équipe de France Mickaël Mawem. Nos deux français passaient en demi-finale.

En demi-finale justement, ils se font doubler par le duo russe Rustal Gelmanov et Alexey Rubstov, qui sont les deux seuls grimpeurs à aller au sommet de la voie. 4ème place pour Alban Levier et 8ème pour Micka, qui tombe trois prises plus bas.

En finale, toutes les cartes sont redistribuées. La voie est encore plus intense que dans les tours précédents. Si bien qu’Alexey Rubstov se fait piéger à mi-voie. Alban Levier monte un peu plus haut, et met une dizaine de prises dans la vue au russe. Micka Mawem surenchérit encore, montant très haut dans la voie. Il chute à une poignée de mouvements de la dernière prise.

Mais la victoire finale revient à Rustam Gelmanov, qui ne tope pas la voie, mais atteint la plus haute marque.

Notre français Micka Mawem termine donc sur la troisième marche du podium, derrière le russe Rustam Gelmanov et l’ukrainien Topishko Serhii.

Chez les femmes, la jeune slovène Katia Kadic aura dominé tout au long de la compétition. Elle réalise la meilleure performance féminine en qualification, puis réitère en demi-finale, parvenant à sortir la voie.
En finale, elle non plus n’atteint pas le sommet, mais s’adjuge la victoire en montant plus haut que sa compatriote Kaja Skvarc Bozic et la polonaise Maja Rudka.

Le podium:

  • Et voici le commentaire de Micka Mawem, qui participait pour la première fois à cette compétition:

« J’ai reçu une invitation pour venir participer à cette compétition de solo avec comme seule protection un big airbag sur un mur de plus de 15 mètres de haut. Et vu que mon ami Alban Levier était aussi invité, on a décidé de faire le voyage ensemble pour profiter d’une compète un peu « freestyle » et bien s’amuser.

L’Autriche et l’escalade c’est toujours énorme, les locaux adorent ça ! Du coup musique à fond, plein de monde, à manger, à boire, une grosse ambiance ! En plus, le mur était placé sur une petite place en plein centre-ville, magnifique !

J’ai bien aimé le format de la compétition, c’était des voies qui faisaient entre 30 et 40 mouvements, du coup pas le temps de délayer, on avance et c’est tout. Pour ma part ça me va très bien 🙂 La seule chose négative c’est que toutes les voies de la compétition étaient déjà en place vu qu’ils font ça sur une journée, donc plein de monde se sont fait avoir (dont moi) en qualification: une petite touchette sur une autre prise et hop on nous stop.

Concernant le fait de prendre de la hauteur est retombé sur un immense coussin d’air ? Franchement la hauteur ce n’est pas un problème et heureusement 🙂

La 1ère voie de qualification était très facile donc arrivé tout en haut tu as le temps de bien te placer pour tomber et après le saut tu te rends compte que c’est juste terrible !
Tu peux vraiment tomber n’importe comment et ça c’est top ! Et vu que nous avons quand même de sacrés réflexes, c’est assez facile de chuter.
Puis après quand on commence à tomber, ça va tellement vite qu’on ne s’en rend même plus compte. Car rappelons-le, mon objectif c’est de monter le pas haut possible, donc je pense pas du tout à ma chute.

Je pense ne pas être arrivé avec un gros niveau de forme, j’ai intégré le pôle olympique depuis 3 semaines (et environ 10 séances d’entraînement par semaine), donc très fatigué.
Mais justement c’était l’occasion de mettre en place des petites choses que j’ai appris avec Mike Fuselier: respiration, précision, relâchement…

Voilà, il faut bosser encore et encore pour devenir plus fort ! Donc dès demain j’y retourne 🙂 En tout cas, je remercie le Free Solo Masters ! Et si je peux, l’année prochaine j’y retourne absolument ! 

Et toujours un petit clin d’œil à mes partenaires, car sans eux tout ce que je fais serait beaucoup plus difficile. SNAPCLIMBING & LA SPORTIVA »

Publié le : 24 septembre 2017 par Nicolas Mattuzzi 3682 vues

# Actualités PG# Univers compétition

free solo masters