Le contenu

Rencontre avec Shauna Coxsey, la reine du bloc mondial

Shauna Coxsey fait partie de ces grimpeuses qu’on ne présente plus pour ceux qui suivent un peu le monde des compétitions et du haut niveau. Depuis quelques années, elle rafle tout ou presque sur son passage. Et pour preuve: 8 victoires en coupe du monde en l’espace de 2 ans, 2 fois vainqueur du classement général de la coupe du monde, plusieurs 8B et un 8B+ bloc à son actif.

Rencontre avec la numéro une mondiale, positive et toujours le sourrir aux lèvres …

Hello Shauna, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Shauna Coxsey. J’ai 24 ans et je suis du Royaume-Uni. J’aime beaucoup l’escalade, et j’en fais depuis 20 ans maintenant.

Cette année, tu as survolé une fois de plus le circuit de coupe du monde, et tu remportes le classement général avant même la dernière étape… quel est ton secret ? Qu’est-ce qui fait la différence avec les autres grimpeuses ?

J’aimerai qu’il y ait un secret, mais il n’y en a pas vraiment : un travail acharné, de la détermination, de l’envie et une super équipe qui m’entoure et me soutient.

Ce n’est pas lassant de tout gagner ? Comment restes-tu motivée ?

Je reste toujours motivée pour devenir une grimpeuse encore plus forte, encore meilleure. Je sens que je peux aller encore plus loin et continuer à m’améliorer.

Shauna Coxsey remporte le classement général 2017

Cette saison, nous avons pu voir une équipe japonaise au top niveau, comment l’expliques-tu ?

C’est difficile à expliquer… C’est vrai que l’équipe Japonaise a dominé tout le monde cette année, mais je ne sais pas ce qu’ils font de particulier pour obtenir de si bons résultats. Ce dont je suis sûre, c’est que ça aide énormément d’avoir une équipe soudée avec beaucoup de grimpeurs forts, ça crée une super émulation pour l’entraînement !

Toi, tu es quasiment seule dans l’équipe Britanique, ce n’est pas trop dur à gérer ? Il n’y a pas vraiment d’esprit de groupe ?

Je ne voyage jamais seule, je suis toujours avec ma partenaire d’entraînement Leah Crane, et on s’amuse énormément ! On a passé beaucoup de temps sur les routes cette année, ce n’est pas facile d’être toujours loin de chez soi, surtout quand les étapes du circuit international s’enchaînent aux 4 coins du monde. Mais heureusement que Leah est là, les voyages sont au top avec elle !

On ne se rend pas toujours compte de l’investissement d’un grimpeur de haut niveau, peux-tu nous en dire plus en ce qui te concerne ?

Je m’entraîne 6 jours par semaine, et la plupart du temps deux fois par jour. Je me sens chanceuse de pouvoir faire de ma passion mon métier, et même si ça demande énormément d’investissement, de concessions, et que parfois c’est difficile, je ne changerai pour rien au monde ce que je fais aujourd’hui.

 

Morning sessions in the cellar. Weirdly I’d kinda missed being down here trying hard. @beastmakers #training

Une publication partagée par SHAUNA COXSEY (@shaunacoxsey) le

On voit régulièrement sur ton Instagram des vidéos d’AcroYoga, simple jeu ou réel entraînement ?

Haha ! L’Acro Yoga c’est plutôt un jeu, on fait ça pour le plaisir avec Leah. On en fait souvent pour nous échauffer avant l’entraînement, ça nous permet d’être prêtes physiquement et en plus ça nous met de bonne humeur (oui oui on rigole beaucoup en Acro Yoga…)

We’ve been entertaining ourselves between the rounds here at the Arco Rock Master! . #acroyoga #yogabatics #weregettingbetter

Une publication partagée par SHAUNA COXSEY (@shaunacoxsey) le

En parlant d’entraînement, quelle est la part de physique ? technique ? mentale ?

L’escalade est un super sport qui demande beaucoup de ressources dans pleins de domaines. C’est évidemment très exigeant physiquement, mais les aspects techniques et mentaux sont tout aussi importants selon moi…

Que penses-tu des nouvelles tendances d’ouverture en bloc ?

L’ouverture a beaucoup évolué ces dernières années. J’apprécie le style d’ouverture avec des grands mouvements physiques et audacieux, ce style en compétition me plaît beaucoup. Mais selon moi, on ne peut pas s’orienter vers un seul style de grimpe, pour déterminer le meilleur grimpeur, il faut le mettre face à de nombreux styles différents.

On ne te voit que sur le circuit de bloc, j’imagine donc que les JO ne t’intéressent pas ?

J’avoue que je n’ai pas encore pris de décisions pour les Jeux Olympiques. Il y a quelques années je faisais un peu de diff, ça me plaisait aussi, mais je n’ai jamais pris le temps de m’y investir d’avantage. Les JO, c’est bien sûr un événement qui me tient à cœur, mais cette année je voulais déjà me concentrer sur ma saison de coupe du monde avant de faire des projets pour l’avenir. En ce qui concerne le format proposé pour les JO, même si je pense que la formule retenue n’est pas idéale, c’est la meilleure façon pour nous de permettre à toutes nos disciplines de briller sur la scène la plus prestigieuse du monde sportif.

Actuellement, parviens-tu à vivre de l’escalade ? Quelles difficultés rencontres-tu à être grimpeuse professionnelle ?

Je fais partie de ces personnes ennuyeuses qui ont une vision positive de tout (rire). Il est donc difficile pour moi de penser ou de réfléchir aux difficultés rencontrées. Je travaille très dur pour en arriver là où j’en suis actuellement, et même si ce n’est pas sans peine, je pense qu’avec un bon état d’esprit on peut surmonter tout ce que l’on veut…

Pendant la saison creuse, tu grimpes aussi beaucoup en extérieur, qu’est-ce que ça t’apporte ? Tu as des projets ?

Actuellement ça me motive vraiment d’essayer de grimper plus à l’extérieur. Après avoir subi une intervention chirurgicale à la fin de la saison dernière, je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de sortir pendant la saison creuse et j’avoue que ça m’a beaucoup manqué. Il y a beaucoup de bloc que j’aimerai essayer, mais je n’ai pas de grands projets précis en tête pour le moment, pas encore en tout cas…

 

  • Crédits photos: Alexander Rhind & coll. Shauna Coxsey

Publié le : 31 août 2017 par Charles Loury 2512 vues

# Actualités PGInterviewsinterviews et portraits

shauna coxsey