Le contenu

Championnats de France 2017: les plus belles finales de l’Histoire française ?

Quel spectacle hier soir à Valence ! Après de très belles phases de qualification et de demi-finale, nous nous attendions à de magnifiques finales pour clôturer cette édition 2017 des Championnats de France de difficulté. Hé bien le spectacle proposé a très largement dépassé nos espérances.

Les ouvreurs ont su faire de cet événement une véritable coupe du monde « 100% française ». Nombreux sont les compétiteurs à avoir félicité Mike Fuselier et son équipe, pour la qualité des voies proposées tout au long du week-end.

Et hier soir, ces finales nous ont réservé leur lot de surprises… Entre joie, déception et émotion, notre coeur a vibré dans le gymnase du Polygone, face à l’imposant mur de Valence.

Nolwenn Arc, la nouvelle perle française !

Il est 14h50 à Valence, et nos mains sont complètement moites. Pas seulement à cause de la chaleur qui règne à l’intérieur de la salle, mais surtout en voyant les meilleures grimpeuses du pays donner corps et âme dans leur voie de finale. Elles étaient huit à prétendre au titre de championne de France. Quelques minutes plus tard, seule l’une d’entre elles sera sacrée… La compétition était lancée, que la meilleure gagne !

Et la voie féminine, d’une cinquantaine de mouvements, ne se laissera pas si facilement dompter. Un début qui « échauffe » les avant-bras, avant un jeté à deux mains. À partir de là, les choses sérieuses commencent: il va falloir avoir de la rési pour aller se battre au sommet !

Elles sont quatre favorites à prétendre à la couronne. La championne de France en titre, Mathilde Becerra, mais aussi Julia Chanourdie, Salomé Romain ou encore Hélène Janicot. Mais la magie des Championnats de France en décidera autrement, puisque ce n’est pas l’une de ces quatre femmes qui l’emportera…

Toutes passeront les premières difficultés sans soucis. Mais le milieu de la voie, très exigeant, qui impose une traversée en force avant quelques mouvements de désescalade, pour reprendre de plus belle dans un fort dévers, laissera toutes les favoris sur la touche. Même Julia Chanourdie, qui semblait pourtant « courir » dans la première partie devra s’avouer vaincue.

Celle qui fera sensation ne vous est pourtant pas inconnue. La semaine dernière à Quimper, elle s’emparait du titre de championne de France cadette. À 17 ans, Nolwenn Arc est venue prouver à ses aînées que les espoirs français peuvent venir chambouler le classement dans la cour des grands. Et comment !

Bien que connaissant le potentiel de l’adolescente, très peu la voyaient sur la première marche du podium. Puis les avis ont commencé à changer, samedi soir, après que Nolwenn ait clippé le relais de la voie de demi-finale, d’une manière très propre.

Hier, la jeune cadette semblait ne pas avoir la pression. Elle déroule sa grimpe, encore, et encore. Le public s’enflamme,   Nolwenn est la première à monter si haut dans la voie. Elle chute à quelques mouvements du top, mais qu’importe, elle devance de trois prises Julia Chanourdie et Mathilde Becerra. Ex-aequo tout au long de la compétition, ces deux grimpeuses seront alors départagées au temps. Avantage à Julia, qui monte pour la seconde fois consécutive sur la deuxième marche du podium des Championnats de France, devant Mathilde Becerra.

À 17 ans seulement, Nolwenn Arc s’empare d’un deuxième titre national en l’espace d’une semaine. Émue, la jeune grimpeuse n’en revient pas, elle a réussi son pari !

Le retour du héros !

Maillot de Briançon sur les épaules, sac à magnésie rose noué autour de la taille, short à fleurs bleu sous le baudrier… Manu Romain n’a même pas pris une ride ! Le briançonnais, devenu maintenant secouriste en haute montagne, avoue être nostalgique des compétitions, lui qui était le leader de l’équipe de France de difficulté dans les années 2010.

Un manque des compétitions, additionné à une envie de challenge contre son compère d’entraînement Romain Desgranges, et voici un Manu Romain en finale des Championnats de France de difficulté 2017.

Et pour aller au sommet de cette voie de finale, il fallait faire preuve de créativité. D’imagination également. De contorsion, d’agilité, de souplesse, de force, de résistance, d’équilibre et de puissance… La liste est encore longue.

Mike Fuselier, entraineur de l’équipe de France et chef ouvreur de la compétition l’affirme: « Nous avons créé un passage original au milieu de la voie. Je crois que c’est quelque chose d’inédit, et que cette séquence de mouvements n’a encore jamais été vue. »

 En effet, la voie est incroyable. Un début vertical, périlleux, qui piégera d’ailleurs Nao Monchois, pourtant très en forme ce week-end. Puis un jeté, suivi de quelques mouvements physiques en no-foot, avant d’atteindre LE passage délirant. Une pure section de bloc, où il faut se contorsionner dans tous les sens pour se retourner face au public et repartir de plus belle. Car nous ne sommes pas encore au bout des cinquante mouvements que compte la voie. Il faut ensuite faire preuve de gainage et de force, pour finir par une série de plats fuyants, avant un jeté final… lunaire !

Et celui qui a enflammé la salle hier soir s’appelle Tanguy Topin. Le grenoblois a probablement sorti le run de sa vie hier en finale. Il est le premier à nous faire découvrir ce passage si original. Tanguy se lance alors dans une séance d’acrogym au beau milieu de la voie. Il n’en revient pas lui même et demande au public de le soutenir à plusieurs reprises. Après un combat mémorable, il chutera juste avant la série de plats. Mais à son retour au sol, Tanguy Topin aborde un large sourire sur son visage. Il ne le sait pas encore, mais sa prestation le propulsera quelques minutes plus tard sur la deuxième marche du podium !

Car ni Thomas Joannes, ni Romain Desgranges n’iront plus haut que le grenoblois. Pourtant en forme, Romain Desgranges avoue ne pas avoir été très à l’aise dans cette voie de « d’jeuns » où la contorsion était de rigueur. « J’ai 20 ans de trop pour des voies comme celles-ci » ricane-t-il.

Et s’il y a bien un grimpeur qui s’est fait plaisir lors de ces finales, c’est Manu Romain. Ce dernier l’avait annoncé: si par chance il remportait le titre, il ne s’engagerait pas de nouveau sous les couleurs de l’équipe de France à l’international. « Je laisse ma place aux jeunes maintenant » commente-t-il.

Et pourtant, Manu aurait bien sa place face aux meilleurs mondiaux ! Bien qu’ayant stoppé les compétitions depuis quelques années, le briançonnais n’en a pas pour autant arrêté de s’entraîner, bien au contraire. Et on le voit, Manu serre toujours autant les prises. Et ce qui le faisait rire devient alors réalité: en étant le grimpeur à monter le plus haut dans la voie, il remporte le titre de Champion de France 2017 !

Sept ans après son dernier titre national, Manu est de nouveau sur la plus haute marche du podium. Quelle surprise de le voir ici, un large sourire aux lèvres, la médaille d’or autour du cou. Quel magnifique come back !

Les résultats des finales:

 

Un grand bravo au club Minéral Spirit pour l’organisation de cette compétition. Ces championnats de France furent un franc succès et pour l’avoir entendu chez de nombreux grimpeurs, cette édition 2017 est l’une des plus belles de tous les temps.

Place, maintenant à l’international, avec des compétitions qui arrivent très tôt à travers le monde. Première échéance et non des moindres, les championnats d’Europe, organisés en Italie, dans quelques jours.

 

Photos: Vincent Favre

Publié le : 12 juin 2017 par Nicolas Mattuzzi 3950 vues

# Actualités PG# Univers compétitionChampionnats de FranceDifficulté

valence 2017