Le contenu

Championnat de France de difficulté jeunes à Quimper: le résumé complet

C’était ce week-end, l’événement tant attendu pour tous les jeunes grimpeurs français, le championnat de France de difficulté espoirs. Pour certains, c’était une première, après de rudes qualifications lors des championnats régionaux, et pour d’autres, une habitude, avec à la clé un pass pour l’équipe de France à remporter: en effet, un podium sur ces championnats de France était qualificatif pour les prochaines étapes de coupes d’Europe jeunes, Bern et Mitterdorf.

Commençons par le côté sportif de l’événement, avec du spectacle, des surprises, et de beaux combats…

  • Minimes filles et garçons

Chez les filles, une finale bien rési attendait les jeunes grimpeuses françaises… Des favorites il y en avait, et des surprises il y en a eu! Elles étaient 2 à partir favorites, Naile Meignan, la jeune chambérienne qui devrait faire des ravages prochainement, et Camille Pouget qui montait sur le podium de la coupe d’Europe à Imst le week-end dernier. La première, Naile, pourtant très bien partie dans sa voie de finale, fera une zipette dans le dernier tiers et se retrouvera donc en 5ème position. Camille quant à elle tiendra son rang de favorite et pulvérisera le score de ses adversaires (39 contre 33+ pour la seconde). Elle ne tope pas la voie, mais ce n’était pas loin! Derrière elle, c’était l’outsider de l’épreuve, Luce Douady, la championne de France de bloc en titre qui ne s’attendait pas à réaliser une telle prestation en difficulté: elle repart avec la médaille d’argent autour du cou. 

Chez les garçons, même type de voie, en rési pure. Eliot Barnabé sera le premier à réaliser un super run, avec un combat de folie pendant plusieurs mètres. On a cru que ce serait suffisant pour décrocher le titre, mais c’était sans compter sur Joshua Fourteau qui lui vole la vedette avec un petit mouvement supplémentaire… Valentin Lecomte complétera le podium. 

  • Cadettes et cadets

Chez les cadettes, il y avait une favorite, Nolwenn Arc. Elle était la dernière à s’élancer en finale, et elle savait que la voie avait déjà été sortie par une autre grimpeuse, Valentine Mangin en l’occurence. L’équation était simple pour elle si elle voulait décrocher le titre: il lui fallait sortir la voie en mettant moins de temps que Valentine. Pas évident quand on connaît le style de grimpe de Nolwenn, plutôt lent et posé. Mais qu’importe, elle réussira à s’adapter en rythmant son escalade, allant même jusqu’à mettre 37 secondes d’avance sur sa rivale! Nolwenn décroche ainsi son 3ème titre de championne de France, devant Valentine Mangin et Léa Delacquis qui complète le podium. 

En cadets, même topo que chez les filles, ce sera le temps qui départagera non pas 2 mais 3 grimpeurs qui iront toper la prise finale. Nathan Martin sera le premier à atteindre le sommet de la voie, avec un temps de 2min38, très rapide donc, mais ce ne sera pas suffisant face au grand favori de l’épreuve, Sam Avezou, qui remportera le titre de champion de France pour 4 petites secondes (2min34). Léo Ferrera, dernier à s’élancer, aura mis toutes les chances de son côté en essayant d’accélérer mais en vain, il terminera avec la médaille de bronze avec un temps de 2min57. 

  • Juniors filles et garçons

Chez les filles, ça se joue dans un mouchoir de poche… Une finale bien dure pour le coup, avec la meilleure performance à attribuer à Bréanne Robert (Hauteur 25). Elle sera suivie par Maurane Jelic (hauteur 24) et Marie Sara David (hauteur 22). 

Chez les hommes, c’est encore le chrono qui viendra départager les 2 grimpeurs au sommet de la voie de finale. Hugo Parmentier, premier à s’élancer suite à une contre performance dans la dalle retord de la veille en demie finale, mettra la barre très haute d’entrée de jeu en sortant la voie. La messe était dite, pour gagner, il fallait désormais sortir la voie. Et ce n’est pas Théo Ravanello qui a été inquiété puisqu’il sera le 2ème à sortir la voie, et avec 15 secondes de moins qu’Hugo, ce qui le propulsera directement sur la plus haute marche du podium. Nao Monchois, seul en tête depuis le début de la compétition, échouera à quelques mouvements du top et se classera 3ème. 

 

En résumé, l’organisation avait mis les petits plats dans les grands, avec une salle bien aménagée pour l’occasion en permettant de recevoir du public sans se marcher dessus, et puis des efforts du côté visuel avec une salle plongée dans l’obscurité pour les finales et de nombreux spots venant mettre une touche de couleur sur le mur.

Côté ouverture, les ouvreurs nous auront proposé de belles voies de finales, bien qu’un peu facile peut-être au regard du nombre de finaliste départagés au chrono. C’est dommage car ce genre de classement au temps n’est pas toujours très révélateur. Mais qu’importe, l’ouverture n’est pas une science exacte, le spectacle était là et c’est bien le principal! 

Et puis la Bretagne c’est loin, mais c’est quand même sympa de s’évader un peu entre les différents tours de la compétition avec les plages de sable et les beaux paysages à proximité… Bref vous l’aurez compris, on valide! 

En revanche, d’autre points un peu plus « polémiques » ont émergé durant ce week-end de compétition, nous y reviendrons très prochainement dans un article dédié. 

Ci-dessous quelques images des demie-finales – Crédit photo: Planetgrimpe

Publié le : 05 juin 2017 par Charles Loury 3353 vues

# Actualités PGChampionnats de FranceDifficultéNon classé

Quimper 2017