Le contenu

Interview exclusive de Mélissa Le Neve: elle tourne la page des compétitions

Salut Mélissa ! J’espère que tu vas bien depuis les championnats du monde à Bercy ? D’ailleurs avant tout, pourrais-tu nous faire un petit retour sur cette compétition, tes attentes, tes déceptions, et la manière dont tu as vécu ces quelques jours au sein de la plus grande arène sportive de France ?

Ca va plutôt très bien à présent malgré une période post championnat du monde plutôt tres perturbante avec beaucoup de remise en question et surtout une blessure assez hors du commun à gérer. Bien que ça soit une compétition magnifique, Bercy n’a pas été la plus facile à gérer de la saison. Je suis arrivée sur cette compétition tres fatiguée avec des mois et des mois de compétitions internationales dans les bras. Je ne l’ai pas vécu au mieux, je dois l’avouer, avec une blessure sur le premier bloc du premier mouvement en demi finale… J’ai quand même fait le choix de continuer en serrant les  dents pour vivre juste l’instant présent. Je n’avais pas vraiment d’attente, je voulais juste mieux vivre les choses qu’en 2012 et je les ai bien mieux vécues malgré tout ça. J’ai fait des choix durant cette saison et le général de la coupe du monde a été ma première priorité ce qui n’a pas aidé sur les championnats du monde… Un choix que je ne regrette absolument pas !   

Il y a quelques semaines, nous t’avons croisée sur la coupe de France de bloc à Valence en tant qu’ouvreuse, et tu nous avouais vouloir arrêter ta carrière en compétition.  Alors là forcément, on se pose 1000 questions tu t’en doutes…

 Ahah je vais essayer d y répondre ! 🙂 

Ta décision était-elle déjà prise avant Bercy, ou y pensais-tu ? Si oui, comment aborde-t-on un championnat du monde quand on sait que c’est la dernière compétition internationale de sa carrière ?

 Honnêtement, je savais il y a deux ans, quand j’ai commencé à m’entraîner avec Rémi Samyn, que je ne pourrais me donner à 100% que quelques années vu l’énergie que ça me demandait. Jusqu’en juin, et particulièrement avec ce super début de saison, je me voyais pleine d’énergie et ayant les capacités de continuer pour quelques années encore. Mais cet été m’a tellement coûté avec 3 blessures à la suite, j’ai juste senti que j’avais poussé le bouchon trop loin au niveau de la fatigue nerveuse… J’ai fait une sorte de burn-out. Avant de démarrer Bercy je n’y pensais pas du tout par contre… C’est mon analyse par la suite qui a mis tout ça en évidence et m’a permis de prendre cette décision.

En analysant tout ça, qu’est-ce qui t’a motivé à prendre cette décision ?

Plusieurs signes je dirais… Mon état de larve après Bercy (je n’ai pas réussi à faire plus que de la marche comme sport pendant 1 mois (ce ne qui m’étais jamais arrivée auparavant étant plutôt super active), une blessure atypique, nerveuse et incertaine à guérir …  Le fait de ne pas pouvoir essayer mes projets en extérieurs qui me tiennent très à cœur, mon copain qui est dans une autre voie, mes sponsors qui me soutiennent a 100% pour continuer l’aventure sur du rocher ..! Un bon mix ! 

Comment se prend ce genre de décision ? Seule ? Ou en discutant avec ses proches ? son coach ? Tout le monde accepte cette décision ?

J’en ai beaucoup discuté avec les personnes les plus proches de moi et qui étaient disponibles, mais une décision comme celle-ci se prend seule. Je dois avouer que je suis passée par tous les stades d’indécision, à m’en faire tourner la tête, mais je savais au fond de moi ce qui était bon pour moi. 9 ans de compétitions internationales ne sont pas si simples à tourner surtout que j’y ai construit une partie de mon monde. Une nouvelle page est à écrire maintenant c’est très motivant ! 

Les seuls avec qui j’ai eu un entretien suite à cette décision sont Nicolas Januel et Rémi Sa
myn et ils m’ont suivi dans ce choix avec la même philosophie que dans laquelle ils m’ont soutenu ces deux dernières années. 

14034802_1012073105579728_8909425841331241514_n

Ce n’est pas trop dur de se dire que ça y est, c’est fini ? 

Honnêtement non car j’ai l’impression d’avoir fait le tour, et même si je ne suis probablement pas allée aussi loin que je le pouvais peut-être physiquement ou en terme de résultat sportif, mon mental est fatigué de l’énergie nerveuse qu’une compétition internationale requiert dans mon cas.   

Penses-tu arrêter toutes les compétitions, ou seulement ta carrière internationale ?

Seulement les compétitions de types internationales IFSC et fédérales. Je serai ravie d’être invitée sur des masters nationaux ou internationaux qui sont des formats où j’arrive encore plus à m’amuser et me lâcher. 

Il n’y a aucune chance pour un comeback dans quelques mois ou quelques années ?

Je ne pense pas 🙂

Les JO ne seront pas une nouvelle source de motivation pour toi ?

Peut-être une source de motivation sous un nouvel angle ! En tant qu’ouvreuse si j’en ai les capacités !  

Sur la plupart des compétitions,  on te voyait souvent le sourire aux lèvres dans l’échec ou dans la réussite, pour toi c’était donc toujours un réel plaisir ? Peut-être le secret de ta belle saison cette année ?

 Honnêtement c’est vraiment quelque chose que j’ai travaillé et mis en place ces derniers temps. Je me suis rendue compte que si je ne faisais pas ça avec plaisir ca ne servait à rien… Du coup j’ai c’commencé à tout prendre un peu plus légèrement et je dois avouer je me suis vraiment éclatée ! 

J’imagine qu’il y a également des moments plus éprouvants quand on est compétitrice de haut niveau ?

Oui bien sûr mais ça fait partie du jeu ! Pour moi ce sont les blessures les moments les plus durs à gérer et c’est là où j’ai besoin le plus de soutien car j’ai tendance à tout remettre en question dans ces moments… 

Si tu devais nous raconter un souvenir marquant de ta carrière en compétition, ce serait lequel ?

Tous ces  quelques moments dans le flow où j’arrivais vraiment à me dépasser et à faire des choses qui me dépassaient ! Je crois que j’ai fait de la compétition notamment pendant tout ce temps pour me retrouver dans cet état ! 

Tu as fait de la compétition pendant de nombreuses années, tu es donc bien placée pour nous parler de l’évolution du système compétitif. Qu’est-ce qui a changé depuis tes débuts ? Comment aimerais-tu voir évoluer les compétitions à l’avenir ?

Oui c’est vrai que le système a bien évolué et s est bien professionnalisé. Après pour ce qui est de l’avenir, je tends à croire que les compétitions vont continuer dans cette professionnalisation et j’espère juste que plus de jeunes pourront vivre pleinement de ce sport sans se poser de question notamment financièrement. Après, j’espère aussi que les compétitions vont essayer de tendre de plus en plus vers un schéma pour le respect des valeurs de l’escalade et que la communauté entière des grimpeurs restera soudée. C’est une belle famille 🙂 

Du coup, comment imagines-tu ton avenir proche en escalade, quels sont tes projets ?

Ahah je l’imagine avec d’abord avec un peu d’entraînement pour retrouver la forme que j’avais et même aller plus loin dans le but d’aller régler quelques vieux comptes avec le rocher… Ensuite je vois du bloc, des voies, des grandes voies, des voyages ! Mais pour l’instant je le garde le secret comme ça vous pourrez suivre mes aventures sur les réseaux sociaux !   

melissasteppingwolfwide

 

Si tu as un dernier mot à ajouter,  c’est le moment, dis nous tout !

Allé je me lance sur le classique merci mais un merci du fond du cœur bien sûr à mes sponsors Adidas, Five ten et Petzl qui m’ont permis de vivre tout ça. Les premières personnes qui ont crues en moi et qui m’ont aidées à relever toujours plus de nouveaux défis (qui se reconnaîtront !) Jean Marc, Jérôme, René, Matthieu, Remi, Nico. Bien sûre les personnes les plus chers qui sont ou qui ont été autour de moi, mon copain, Alizée, Nina,  Marc, Anna, ma famille qui est  d’un grand soutient. Et bien sur toutes les chouettes personnes que j’ai rencontré dans cette chouette aventure !  

  • Crédits photos: Three Peak Films / The Circuit Climbing 

Publié le : 08 novembre 2016 par Charles Loury

# Actualités PG# Univers compétitionInterviews

Mélissa Le Neve