Le contenu

Interview – Manu Cornu: Qu’est-ce que ça fait de monter sur le podium des Championnats du Monde ?

Il nous a fait vibrer en finale des Championnats du Monde à Paris. Il adopte la personnalité que reflète sa coupe de cheveux: quand Manu Cornu attaque un bloc, il a la rage d’un léopard! Après avoir signé des dizaines et des dizaines d’autographes, nous sommes allés à la rencontre du récent double médaillé des Championnats du Monde. Manu nous raconte ce week-end qui restera un long moment gravé dans sa mémoire !

Salut Manu ! Alors, comment se sent-on quand on vient de monter sur le podium des Championnats du Monde ?

Salut ! Hé bien je me sens plutôt heureux ! Content d’être arrivé au bout de mon projet sportif, mais hâte de repartir pour de nouveaux défis.

Revenons d’abord sur ta finale de bloc. Avec un peu de recul maintenant, comment l’as-tu trouvé, comment l’as-tu vécu ?

J’étais très concentré, mes 2 premières finales de coupe du monde n’avaient pas été une réussite sur ce détail. J’étais à la maison je voulais bien faire !

À la lecture, j’ai senti qu’il y avait un vrai coup à jouer, les trois premiers blocs me correspondaient bien, le dernier un peu moins mais ça allait le faire.

Et le bloc 1, m’a secoué, c’était complètement mon style, mais il m’a fallu du temps pour rentrer dans la finale. Et à partir de ce moment, j’ai réussi à me mettre dans ma bulle, c’était fou, quand j’ai revu le streaming, mon attitude m’a étonné, je ne me reconnaissais presque pas.

Le reste de la finale est allé très vite, je me revois juste me dire qu’avant d’attaquer le bloc 3 j’étais premier, j’avais mon destin entre les mains et que c’était maintenant.

img_1559

Tu as fait preuve d’une sacrée ténacité en finale. Tu semblais possédé par une rage de ne rien lâcher, notamment dans le premier bloc, et dans ton dernier run du bloc 4. Où as-tu puisé cette force ?

Ahah c’est vrai que cet ultime run de finale est dingue ! C’est le plus gros combat de ma vie, je ne voulais pas que ça s’arrête !

Cette ambiance dans l’AccordHotel Arena… Magnifique ! Ce fight, c’est le public qui me l’a donné, j’étais face à eux, je recevais une telle énergie, je souffrais mais c’était mortel !!! Merci à tous pour ça d’ailleurs J  

Justement, qu’est-ce que ça fait de grimper en finale de ses premiers Championnats du Monde, devant plusieurs milliers de spectateurs, chez soi à Paris ?

Personnellement ça me porte. Mais ça fait tout drôle de rentrer dans cette salle à l’appel de ton nom pour la présentation… Un peu plus tôt pour la lecture la salle était vide, alors voir Bercy plein, ça te met une claque et ça motive encore plus !!

Tu as également joué le combiné, où tu te classes 2ème du classement. N’était-ce pas trop dur de gérer toutes ces épreuves en même temps ? Comment as-tu géré la fatigue ?

Jouer le combiné était une volonté de ma part, la Fédération m’a suivi, je la remercie. Je m’étais beaucoup entraîné pour, mais tout enchaîner me faisait peur.

La fatigue nerveuse à gérer n’était pas quelque chose de facile, tous les jours se concentrer pour un objectif différent, en restant sûr de soi… Je faisais l’effort de tout oublier après mes qualifs. Faire une vraie coupure de 3/4h avant de penser à la suite pour ne rien mélanger.

La fatigue physique je ne l’ai sentie qu’après la finale du bloc.       

2016_pb-finales-bloc-h-29

Forcément maintenant, quand on parle du combiné, on pense aux JO. Une participation à Tokyo en 2020, c’est quelque chose que tu envisages ?

C’est quelque chose que j’envisage, ce sera mon objectif à long terme.
Avant ça il y aura les Championnats de France, les Championnats d’Europe et les Championnats du Monde !

Quel est ton plus beau souvenir de ce week-end à Paris ?

 Le combat du bloc 4.

Tu es clairement monté en puissance tout au long de l’année : d’abord 43ème sur la première étape de coupe du monde à Meiringen, puis 19ème à Kazo, 6ème à Munich pour enfin terminer en beauté par ta 3ème place à Paris. Ce pic de forme en fin de saison était-il prévu dans ta planification ?

Oui et non ! Effectivement c’était prévu que je monte en puissance pour arriver au top à Bercy, mais pas de partir d’aussi bas.

Je me suis rompu 2 ligaments à la cheville en décembre dernier. Je me suis battu pour revenir, beaucoup de kiné et une période de doute pas facile à gérer. J’ai dû faire des choix durs, comme ne pas venir aux Championnats de France…

J’ai pris mon ticket au sélectif de justesse pour cette saison, je savais que je n’avais pas le niveau pour les premières Coupes du Monde.

2016_pb-finales-bloc-h-64

Justement puisque l’on parle de planification, peux-tu nous parler un peu de ton entraînement ?

Je m’entraîne avec Nicolas Januel, vous savez un petit chauve costaud qui entraîne l’équipe de France de bloc, c’est lui qui gère tout ça, on axe essentiellement sur le physique, un domaine dans lequel je suis encore faible et la tenue de prise ! 

La saison internationale est maintenant terminée, comment vont s’organiser tes prochaines semaines ?

Je fais actuellement un break de 2 semaines, et après c’est reparti pour la saison prochaine !

Quels sont tes objectifs pour la prochaine saison ?

Être plus fort que l’année passée et passer plus de temps en forêt !

Une petite anecdote à nous raconter sur ces Championnats du Monde ?

 J’avais mis ma coupe de cheveux en jeu… Il y a 2 ans quand je faisais 24ème au France de bloc, mon groupe de pote m’a dit que mon temps était fini, sur quoi j’ai répondu que je prendrai 2 podiums à Bercy en 2016. Le défi était lancé, c’était soit ça, soit les cheveux roses pendant 3 mois…

13938225_1163430950369497_6974228985336981785_o

Puisque tu en parles, on termine avec la question que tout le monde se pose sur toi……. D’où te vient cette coupe de cheveux ? 😉

De chez la coiffeuse…

Quand je me suis blessé en début de saison et que je ne croyais plus en mes chances de revenir, Nico m’a boosté et un jour je lui dis ; « si je me qualifie, je me fais ça sur la tête » … Et puis je me suis qualifié, donc il fallait tenir parole.

À partir de là, on a étudié plein de projets avec ma coiffeuse Prissou et son copain Yann Levesque, graffeur. On avait l’équipe parfaite pour partir dans un délire capillaire, c’est beaucoup de travail et ça ne serait pas possible sans eux alors merci les coupains ! 🙂 

Ps : on travaille sur des nouveautés pour l’année prochaine  😛 

Si tu as un dernier mot à passer, c’est le moment, tu as carte blanche :

Disons… Que j’invite tout le monde à aller grimper à Block’Out, en Scarpa, sur des prises Cheeta !!!

C’est vraiment sympa, et on peut faire ça partout en France et même dans le Pacifique !!

Ahah, nan un petit mot pour remercier mes sponsors, Block’Out, Cheeta et Scarpa le petit nouveau, ils m’aident et me soutiennent dans mes projets, alors un grand merci à eux !

Merci PG pour cette interview !

Photos: Bram Berline, Charles Loury, Lucie Thomas, Vertical Axis

Publié le : 01 octobre 2016 par Nicolas Mattuzzi 2203 vues

# Actualités PGInterviews

Manu Cornu