Le contenu

Test matos: La Sportiva TX3

La sportiva propose une gamme de chaussures ultra complètes et balaye ainsi toutes les activités de « montagne ». De la grosse chaussure prête pour l’Himalaya, aux tongs décontractées pour flâner dans les ruelles de Briançon, la firme italienne s’est forgé une réputation solide à l’image de leurs chaussons que l’on connait mieux.

Nous avons testé cet été le modèle TX3 issu donc de la gamme TX (TRAVERSE X) annoncée comme des chaussures de marche d’approche fiables, solides et légères dans leur version homme et femme.

Une chaussure de marche d’approche doit répondre à plusieurs critères pour être performante en condition d’utilisation réelle (aller faire la vaisselle au camping ne faisant pas partie des conditions réelles…). Malheureusement, ces critères deviennent un vrai casse-tête pour les fabricants et pour nous, utilisateurs, car la recette n’est pas si simple.

La rigidité est un point essentiel à ne surtout pas négliger. Deux paramètres sont à prendre en compte : la rigidité longitudinale et la rigidité en torsion.

La rigidité longitudinale correspond à la capacité de la chaussure à accompagner le déroulé naturel de votre pied. Une chaussure de ski, pour donner un exemple parlant, a une rigidité longitudinale « extrême » !! Il est bien évident qu’une chaussure souple est plus confortable, mais confort ne rime pas toujours avec performance… Dans notre cas, une chaussure d’approche doit nous permettre d’atteindre une falaise dans des terrains parfois très accidentés, et doit être capable de faire un peu d’escalade. Une chaussure trop souple devient vite un cauchemar. Un minimum de rigidité vous permettra de charger les prises comme avec un chausson d’escalade.

La rigidité en torsion correspond, elle, à la capacité de votre chaussure à « vriller ». Pour faire le test, prenez votre chaussure avec une main au niveau du talon, et l’autre sur la pointe et essayez de faire vriller celle-ci.  Si vous êtes capable d’essorer votre chaussure comme une serpillère, c’est que sa rigidité est très faible. Une fois encore, on demandera à une chaussure de marche d’approche d’avoir un minimum de rigidité en torsion pour apporter de la stabilité sur les terrains difficiles (vos chevilles vous remercieront).

La Sportiva a fait le choix sur cette gamme TX de proposer des produits avec une rigidité très mesurée. La prise en main est très agréable. On le sentiment d’enfiler une paire de baskets !! Pour le coup, c’est avec grand plaisir que l’on se rend au bac à vaisselle…

Ce premier sentiment laisse vite place à d’affreux doutes. Cette chaussure ne serait-elle pas trop souple ? Et bien, et c’est là le tour de force de La Sportiva, la réponse est non.  La TX3 s’est montrée très convaincante durant nos diverses ascensions. Elle conserve tout le confort d’une basket, mais a su montrer de bonnes qualités de randonneuse notamment en stabilité.

La raison réside sûrement dans la forme de la semelle. On remarque instantanément ce petit appendice sur le carre externe de la chaussure. Aussi léger que cela puisse paraitre, cet ajout apporte beaucoup. On a le sentiment d’avoir une semelle extrêmement large, ce qui apporte une stabilité très rassurante et bluffante.

Le choix des matériaux constitue un deuxième critère important. Là encore, il n’est pas toujours évident de faire le bon choix. Car c’est bien véritablement de « choix » dont on parle. Pour faire simple, quoi de mieux que des claquettes l’été ? On a les pieds à l’air libre et c’est léger !! Certes, mais dans un pierrier, on risque de finir les pieds en sang par absence totale de protection.

Sur un sentier tout beau tout propre que l’on rencontre souvent en forêt pour aller à un secteur de bloc, le manque de protection ne posera pas de problème. Mais sur des terrains accidentés, avec beaucoup de pierres, votre petite escapade peut vite se transformer en cauchemar. Les cailloux et autres arrêtes vont venir percuter vos pieds dans d’atroces douleurs, vous vous briserez les orteils, viderez de votre sang… Bon j’arrête…

Il faut donc, vous l’aurez compris, assurer un minimum de protection. Trop de protection, et la chaussure deviendra lourde, chaude et perdra en respirabilité. Ce choix doit donc être guidé par votre pratique, vos besoins et la saison à laquelle vous allez les utiliser.

La TX 3 réussi, là encore, à proposer une belle synthèse avec un produit très respirant, bien agréable en période estivale, léger, mais qui saura vos protéger le pied. La pointe est légèrement coquée et cet enrobage se poursuit tout autour de la chaussure.

 

Nous avons poussé le vice en partant dans une course d’arêtes. Rien d’exceptionnel mais a priori déjà trop pour ce type de chaussure. On parle bien de chaussure de marche d’approche et pas de chaussure de randonné. 6 heures de marche sur un terrain technique, caillouteux, et un finish de presque une heure dans un pierrier. Force a été de constater que nos TX3 s’en sont bien sorties.

La TX3 est bien équipée. Semelle Ortholite, gomme Vibram… Le serrage est une vraie réussite et permet un vrai ajustement du volume avec un laçage très bas. De plus, chaque passant est presque autobloquant (je dis « presque » puisqu’il existe de vrais passants autobloquants sur les chaussures d’alpi notamment). Un vrai plus qui offre un agrément très intéressant. Il est presque possible de marcher avec seulement quelques boucles de serrées (pour marcher entre deux blocs ou pour effectuer une parade).

 

Des défauts ?

  • La TX3 est large, presque trop à notre goût. Au quotidien, cette largeur n’apparait pas comme un défaut, au contraire même, elle participe activement au confort de l’ensemble. Mais en terrain plus accidenté, vous êtes obligés de bien verrouiller votre pied par le laçage sous peine de le voir glisser et vriller dans la chaussure. Le talon est très bien maintenu, mais la zone des métatarses pas assez pour éviter à l’avant du pied de bouger dans la chaussure notamment dans les devers.
  • Il faudrait essayer avec une semelle plus large pour diminuer le volume général de cette TX3.
  • Sa grande souplesse ne permet pas de « grimper » comme avec d’autres chaussures plus rigides. Sa large climbing zone offre une belle zone d’adhérence les pieds à plat, mais n’en fait pas une arme pour charger une réglette (on en revient à notre fameux problème de souplesse…).
  • La TX3 est proposée à 150€ plein tarif, de quoi relancer le débat sur notre maigre pouvoir d’achat.

 

Conclusion :

Nous avons beaucoup apprécié cette TX3. Le design nous a vraiment plu. La chaussure est belle et se détache des modèles qui ressemblent à des chaussures d’alpi en tige basse. Proposé en plusieurs coloris (coloré ou sobre), la TX3 conserve une identité visuelle qui respire l’escalade.

Par sa grande souplesse, la TX3 devient aussi très accessible et permettra au plus grand nombre de posséder une chaussure d’approche performante. Les puristes et autres habitués des « barres à mines » lui trouveront facilement des limites.

Une très belle basket de montagne qui fait le lien entre la gamme de randonnée et la gamme de trail.

A noter enfin, que la TX3 existe en version cuir pour encore plus de protection et de résistance à l’usure (modèle TX4).

 

Publié le : 30 septembre 2016 par Vincent

# Actualités PG# Univers MatosNews MatosTest matos

La SportivaTX3